carte postale "La manifestation" de Félix Vallotton

Carte postale reproduction de la gravure de Félix Vallotton
"La Manifestation"

Ephéméride Anarchiste

28 décembre 

 leon bonneff

Léon Bonneff

Le 28 décembre 1914, mort de Léon BONNEFF à Toul.
Ecrivain prolétarien.
Il est né le 20 septembre 1882, à Gray (Haute-Saône). Avec son frère Maurice (né le 28 décembre 1884) , ils viendront s'installer à Paris où ils poursuivront leur formation en autodidacte et rencontreront Gustave Lefrançais et Lucien Descaves. Décidés à témoigner de la condition ouvrière, ils publieront ensemble plusieurs ouvrages comme "La vie tragique des travailleurs" (1908), "Les métiers qui tuent" (1905), "Les Marchands de folie", "Aubervilliers", etc.
Ils poursuivront auprès des syndicats ouvriers une enquête sur les maladies professionnelles ou encore la situation de l'enfance dans l'industrie et publient leurs articles dans divers journaux de gauche, de la "Guerre Sociale" à "l'Humanité".

Mobilisé lors de la déclaration de guerre, Léon décèdera à l'hôpital militaire des suites de blessures reçues en Lorraine.
"Les dragons chargèrent. La colonne des terrassiers s'arrêta et ne recula point. Plusieurs quittèrent les rangs et fuirent. Mais les plus nombreux attendirent et élevèrent leurs pelles ; (...) Une formidable huée fit cabrer les premiers chevaux de la charge ; le bloc des hommes à pied se fondit d'un seul coup; ils sautèrent dans le fossé et la grêle des pierres tinta sur les casques."
In "Aubervilliers".


mecislas golberg

Mécislas Golberg

Le 28 décembre 1908, mort de Mécislas GOLBERG où GOLDBERG,

 

Le 28 décembre 1865, naissance de Félix VALLOTTON

 

Le 28 décembre 1931, naissance, à Paris, de Guy DEBORD 

 


fil bombe

type de bombe ° degats dans la prefecture de police

Type de l'engin (reconstitué) et dégâts dans le vestibule la préfecture de police
(archives de la préfecture de police)

Le 28 décembre 1892, à Paris, une bombe éclate contre la caserne de la préfecture de police de la Cité en brisant portes et fenêtres.

 

 

fil chouette

 

journal Mordicus

En-tête du premier numéro.
"Pour les Fêtes Tout doit disparaitre"

En décembre 1990, à Paris, sortie du premier numéro du journal "Mordicus" publication à la fois communiste et libertaire, s'inspirant des situationnistes, elle n'hésite pas à appeler à l'émeute et à la révolte. Florence Tosi sera la responsable des quatre premiers numéros, l'écrivain Serge Quadruppani lui succèdera jusqu'à la disparition du journal. Claude Guillon en sera l'un des collaborateurs. Dix numéros et un hors-série sortiront jusqu'en 1994.