brochure de Jean Grave sur l'éducation

Brochure des "Temps Nouveaux"
Jean Grave : "Enseignement bourgeois et Enseignement libertaire"
Illustration d'Henri Edmond Cross

Ephéméride Anarchiste

18 février

 

Juan Peiro

Juan Peiro

Le 18 février 1887, naissance de Juan PEIRO BELIS à Barcelone.
Théoricien et militant anarcho-syndicaliste espagnol de la CNT.
Dès 1909, il est un militant actif de la société ouvrière du Verre. Il sera aussi un collaborateur assidu de la presse confédérale et libertaire avec ses nombreuses revues et journaux. Père des fédérations nationales de l'industrie, il obtient, le 4 novembre 1936, un poste de ministre de l'industrie dans le gouvernement de Largo Caballero. Cette participation, de courte durée, de 4 cénétistes au gouvernement, sera une hérésie dans les principes libertaires. Si elle se justifiait peut-être dans l'état de guerre, elle n'empêchera pas moins la défaite, ni la trahison des staliniens.
Juan PEIRO se réfugiera en France en 1939, mais sera extradé vers l'Espagne par Pétain. Refusant de collaborer avec les franquistes, il sera fusillé à Valencia, le 24 juillet 1942. Son fils, José Peiro, lui consacrera un livre.

 

Osvaldo Bayer

Osvaldo Bayer à Paris en janvier 2010
(photo E. B C )

Le 18 février 1927, naissance d'Osvaldo BAYER à Santa Fé (Argentine).
Journaliste, scénariste pour le cinéma et historien du mouvement anarchiste argentin.
Après des études d'histoire à l'Université de Hambourg de 1952 à 1956, il retourne en Argentine où il devient secrétaire de rédaction dans le journal "Noticias Graficas" de Patagonie. Il collabore à diverses revues et milite dans le syndicat de presse dont il devient (de 1959 à 1962), le secrétaire général. Il se consacre par ailleurs à des recherches historiques et publie le livre "Patagonie Rebelle", qui sera tourné en film par Hector Ovivera dont il sera le scénariste (film lauréat de l'Ours d'Argent au festival de Berlin en 1974). Mais il est contraint à l'exil en 1975 sous la présidence de Peron, après avoir été à plusieurs reprises menacé et persécuté par les autorités.
Il s'installe et vit à Berlin jusqu'en 1983, date à laquelle il retourne à Buenos-Aires, et y poursuit son travail de journaliste et d'historien. Il est également l'auteur de : "Severino Di Giovanni, el idéalista de la violencia"(1970), Les anarchistes expropriateurs" (1974) , "Radowitsky, martyr ou assassin ?"(1974) etc.
Il est aussi le scénariste d'une dizaine de films.

Il participe par ses travaux à la réapropriation de la mémoire collective des peuples autochtones, en révélant les responsabilités des hauts personnages génocidaires de l'Etat, ce qui lui vaudra en 1963 de passer deux mois en prison pour avoir demandé à débaptiser un édifice portant le nom d'un des bourreaux du peuple. En 2008, il a écrit le scénario et produit le film "Awka Liwen" qui aborde l'histoire de la propriété des terres en Argentine et la dépossession des peuples indigènes.
Le 20 avril 2003, l'Université Nationale du Centre de la Province de Buenos-Aires, lui décernera le grade de "Docteur Honoris Causa"
pour l'ensemble de son action en faveur des Droits de l'Homme; en mai 2009 l'Université Nationale de Cordoue (Espagne) fera de même.

 

jacques doubinsky

Jacques Doubinsky
jeune

Le 18 février 1959, mort de Jacques DOUBINSKY.
Militant anarchiste russe juif.
Il naît le 26 mars 1889 à Odessa, Ukraine, dans une famille d'artisans juifs. Il milite très jeune dans le mouvement syndical, et prend part à la révolution russe de 1917. Mais, très vite, le nouveau pouvoir bolchevique pourchasse les anarchistes et écrase (après l'avoir utilisé), le mouvement insurrectionnel makhnoviste.
Jacques Doubinsky passe en Bulgarie, où il milite avec les anarchistes de ce pays. Arrêté et torturé après le coup d'état de 1923, il parvient à s'évader et à rejoindre la France. A Paris, il rencontrera Voline et Makhno qui ont fui la répression communiste. Il travaille dans la confection et y cotoie l'anarchiste Louis Mercier Vega. Avec sa compagne Rosa, il dirige la bibliothèque anarchiste juive "L'Autodidacte". Après la guerre et à la mort de Voline, il crée l'association "Les Amis de Voline" qui éditera "La révolution inconnue" (1947). Il milite aussi dans le groupe anarchiste juif de Paris "La libre Pensée", et est également membre de la "Commission d'aide aux Antifascistes de Bulgarie", qui apporte l'entr'aide aux réfugiés et édite la brochure : "Bulgarie, nouvelle Espagne" (1948).
Son fils Claude, sera un temps (1962) co-responsable de la "Commission Internationale de Liaison Ouvrière" (bulletin anarcho-syndicaliste publié en 3 langues).
Son petit-fils, Sébastien, est quant à lui un écrivain libertaire, auteur de plusieurs romans dont: "Fragments d'une révolution", "Les vies parallèles de Nicolaï Bakhmaltov", "Mira ceti", etc.

 

 

 arrestation par Louis Moreau

Gravure de Louis Moreau : Arrestation

Le 18 février 1847, naissance de Jean BAGUET, dit Jean BAYET, dans l'Allier.
Anarchiste français.
Pour se soustraire aux arrestations qui font suite aux violentes manifestations de mineurs à Montceau-les-Mines au mois d'août 1882, il s'exile en Suisse. Il est condamné par défaut à cinq ans de prison, lors du "procès des 66", en janvier 1883.

 

 

Le 18 février 1893, naissance d'Alexandre SAPOUNDJIEV

 

 

fil chouette

 

journal "Germinal" à Tarrasa

En-tête du premier numéro

Le 18 février 1905, à Tarrasa (Barcelone, Catalogne), sortie du premier numéro du journal "Germinal" Périodique bimensuel défenseur de la classe ouvrière. Publié par le groupe "Hacia la Emancipación", qui sortira 25 numéros. Il s'arrête en fait après le 3 mars 1906, sans doute victime de la répression et en particulier de l'arrestation et emprisonnement du compagnon Jaime Rabassa.
Le journal ressortira dans une deuxième époque, du 13 octobre 1912 au 28 févier 1913 (dix numéros), sous-titré alors "Périodique Libertaire" mais toujours publié par le même groupe.
A noter que de nombreux autres journaux anarchistes portent ce titre.

 

 

 

arrestation de magon

Le 18 février 1916, Etats-Unis. Ricardo Flores MAGON et son frère Enrique sont arrêtés dans leur ferme communautaire près de Los Angeles, par la police américaine. Enrique est violemment frappé et devra être hospitalisé. Les frères Magon sont accusés d'avoir envoyé par la Poste des articles incitant "au meurtre, à l'incendie volontaire et à la trahison". Le procès aura lieu le 21 mai 1916.
 

 


fil chouette


journal "Solidaridad" uruguay

En-tête du 212ème numéro, XVII année (doc. Mundaneum, Mons, Belgique).


En février 1947, sortie à Montevideo (Uruguay) du numéro 212 du journal "Solidaridad" Organe de la "Fédération Ouvrière Régionale Uruguayenne" Adhérente à la A.C.A.T et à la A.I.T. Cette publication mensuelle en est alors à sa dix-septième année de parution.