gravure de Louis Moreau

Bois-gravé de Louis Moreau pour une carte postale des éditions de l'en dehors

Ephéméride Anarchiste

17 juin 

 

photo de Kurt Wilckens

Kurt Gustav Wilckens

Le 17 juin 1923, mort de Kurt Gustav WILCKENS, né le 3 novembre 1886 à Bad-Bramstedt (nord de l'Allemagne).
Militant anarchiste, pacifiste tolstoïen, responsable de l'attentat contre Varela.
D'abord mineur en Silésie, il émigre aux Etats Unis à 24 ans où, après avoir exercé divers métiers, il retrouve la mine en Arizona. Devenu anarchiste et membre de l'I.W.W, il anime une grève en 1916. Arrêté, il est interné dans un camp de prisonniers allemands, mais s'en évade. Repris, il sera expulsé en Allemagne en 1920 d'où il repart cette fois pour l'Argentine. Il y arrive le 29 septembre 1920 et trouve du travail comme ouvrier agricole à Rio Negro, puis comme docker. Le 12 mai 1921, à Buenos-Aires, alors qu'il fréquente le local anarchiste, il est victime de la manipulation d'un policier qui tente de le faire expulser d'Argentine, et ne retrouve la liberté qu'après 4 mois de prison. Il consacre ensuite son énergie et son argent à aider les compagnons emprisonnés. En 1922, révolté par l'assassinat des 1500 ouvriers agricoles grévistes en Patagonie (commis par le lieutenant colonel Varela), il décide alors de frapper le responsable de cette barbarie.
Le 25 janvier 1923, il jette une bombe sur Varela. Blessés tous les deux aux jambes, Varela tente de dégainer son sabre, Wilckens vide alors son colt, mettant fin à ce bourreau. Il est ensuite arrêté puis emprisonné.
Mais, dans la nuit du 16 juin 1923, Pérez Millan (membre de la ligue patriotique) devenant gardien de prison, tire sur Kurt Wilckens qui dort dans sa cellule.
Il meurt au matin du 17 juin. La police et le gouvernement confisquent son corps mais ne peuvent empêcher que la nouvelle de son assassinat se répande, ce qui provoque une grève générale illimitée dans tout le pays et une fusillade avec la police lors d'une manifestation le lendemain, 18 juin.
La vie de Kurt Wilckens, faite de solidarité, d'abnégation et d'intégrité restera un modèle du genre pour la classe ouvrière et pour tous les anarchistes.

 

Angelo Sbardellotto

Angelo Pellegrino Sbardellotto

Le 17 juin 1932, mort de l'anarchiste vénète Angelo Pellegrino SBARDELLOTTO, sous les balles d'un peloton d'exécution à Forte Bretta, Rome.
Militant anarchiste et activiste antifasciste italien.
Il naît le 1er août 1907 à Mel (près de Belluno) Vénetie, Italie. En 1924, il suit son père Luigi (qui fuit le fascisme) dans son exil en France, puis au Luxembourg et enfin à Liège, en Belgique.
En 1928, il écrit à sa mère restée en Italie pour lui expliquer son refus de rentrer en Italie, lui déclare son idéal anarchiste et sa condamnation du fascisme.
Le 4 juin 1932, il est arrêté à Rome sous une fausse identité; lors d'une perquisition à son domicile, on découvrira des armes et deux bombes. Durant l'interrogatoire, il avouera s'être rendu en Italie pour tuer le dictateur Mussolini (Michele Schirru avait fait de même). Après une instruction rapide et un jugement sommaire dans la matinée du 16 juin 1932, il est condamné à mort par le Tribunal Spécial (fasciste), pour avoir eu l'intention d'attenter à la vie du dictateur.
Ce 17 juin, à 5 h 45 du matin, il tombe courageusement sous les balles fascistes après avoir refusé un prêtre et crié à la face des militaires : "Viva l'anarchia".
Le 16 octobre 2005 une stèle sera inaugurée à Mel, dans son village natal.

 

 

 

 

 

Du 15 au 17 juin 1919, à Sofia (Bulgarie), se tient le congrès constitutif de la F.A.C.B ( Fédération Anarchiste Communiste de Bulgarie). L'anarchiste Mikhael GUERDJIKOV est le principal fondateur de cette organisation.

 

 

fil bombe

 



Salvador Salsench Sala
(photo communiquée à la police française)
Archives Nationales

Le 17 juin 1921, sur la place Sant Jaume à Barcelone, l'anarcho-syndicaliste Salvador SALSENCH SALA tente d'assassiner le maire de Barcelone Antonio Martínez Domingo (celui-ci ne sera que blessé) tandis que des cénétistes sont postés aux alentours attendant la venue du Gouverneur de Barcelone Severiano Martínez Anido qui est plus directement visé, étant le promoteur de "la ley de fugas" (loi de fuite) qui a permis l'assassinat de nombreux syndicalistes de la CNT. Mais Anido ne se montrera pas.

 

 

fil chouette

 

l'emancipazione libertario del west

En-tête du numéro 9 de septembre 1928,
numéro spécial consacré au souvenir de Sacco et Vanzetti assassinés un an plus tôt (doc. Cira de Lausanne).

En ( juin?) 1927, sortie à San Francisco du premier numéro de "L'Emancipazione periodico libertario del West" (L'Emancipation périodique libertaire de l'Ouest). Mensuel en langue italienne qui sera publié jusqu'en octobre 1932.

 

 

 

fil zig

 

 17 juin 1953 chars à Berlin soviétiques

Berlin, juin 1953, les chars écrasent la rébellion

Le 17 juin 1953, en Allemagne de l'Est et particulièrement à Berlin, la décision de l'appareil d'Etat communiste d'augmenter les normes de productivité de dix pour cent pour un salaire équivalent provoque une révolte ouvrière d'ampleur. Partie des ouvriers du bâtiment de Berlin-Est, la révolte gagne rapidement les autres corps de métiers et s'étend à travers le pays. Un million de personnes descendent alors spontanément dans les rues des villes pour manifester leur opposition au régime communiste et demander le départ des troupes soviétiques.
La répression est féroce, les chars soviétiques écrasent violemment la rébellion. Entre 50 et 125 manifestants sont tués ainsi qu'une quinzaine de fonctionnaires du Parti ou des forces de sécurité. Près de 1400 personnes sont également emprisonnées. Les autorités communistes qui obtiennent le soutien d'intellectuels comme Bertolt Brecht, qualifieront ce soulèvement ouvrier de fasciste. Ce n'est qu'après Budapest (1956) et Prague (1968) que le mensonge communiste éclate au grand jour. Les anarchistes quand à eux n'avaient pas attendu aussi longtemps pour dénoncer le fascisme rouge.