almanacco libertario de 1929

"Almanacco Libertario" de 1929
pour des victimes de la répression politique
(doc. CIRA de Lausanne)

Ephéméride Anarchiste

12 mai

 

Le 12 mai 1876, naissance de Louis Eugène JAKMIN (dit JACQUEMIN) à Paris.
Propagandiste anarchiste, antimilitariste et militant syndicaliste.
Ouvrier forgeron, responsable syndical puis secrétaire de la "Fédération Communiste Anarchiste" (1913). Gérant du "Libertaire", il participe également au journal "Le Réveil Anarchiste Ouvrier" (1912-1913), puis "le réveil anarchiste" (1914). Antimilitariste convaincu et coauteur avec Sené et Jacklon de "La brochure Rouge" qui préconise le sabotage en cas de mobilisation, il aura à subir diverses condamnations. Notamment le 29 janvier 1914, à un an de prison pour "provocation de militaires à la désobéissance".
Durant la guerre, il sera mobilisé et envoyé en Algérie. Dans les années 20, il poursuit son activité syndicale, dans l'est de la France, et publie "Le Réveil Ouvrier", à Nancy, où il est également le créateur de coopératives de production. Toujours anarchiste, il sera condamné en 1921 à deux mois de prison pour avoir incité, dans un article, les travailleurs à refuser le chômage en s'emparant des usines. Sur la fin de sa vie il adhère à la S.F.I.O. Malade, il meurt le 26 août 1930.

A noter que sa compagne Emilie JACQUEMIN (née LEPREUX) couturière de profession, était une militante syndicaliste, anarchiste et antimilitariste.
Après l'incarcération d'Eugène en juillet 1913, elle assurera le secrétariat du journal "Le Réveil Anarchiste Ouvrier".

 

 

Le 12 mai 1892, naissance de Pietro FERRERO,

 

Le 12 mai 1890, naissance de Renzo NOVATORE

 

Le 12 mai 1910, mort d'Auguste DELALE

 

Le 12 mai 1985, mort de Jean DUBUFFET

 

fil chouette

 

journal portugais "A Revolta" de 1889

En-tête du numéro 9 (deuxième série) du 11 novembre 1892

Le 12 mai 1889, à Lisbonne (Portugal), sortie du premier numéro de "A Revolta" (La Révolte) Revue hebdomadaire du socialisme anarchiste. La première série s'arrêtera en février 1890, une deuxième série commence le 11 septembre 1892 et s'achèvera le 11 novembre 1893 (44 numéros parus). A noter qu'un journal portant ce titre paraîtra ensuite à Coimbra en 1913 et en 1914.

 

 

fil bombe

 

bombe de l'avenue Kléber

Type de l'engin explosif (reconstituée)
(archives de la préfecture de police)

Le 12 mai 1894, avenue Kléber à Paris, l'explosion d'une bombe devant l'hôtel de Massing cause d'importants dégâts.

 


fil chouette

pub presse libertaire

"Lisez les Journaux Socialistes"



En-tête du numéro du 9 au 16 août 1896

Le 12 mai 1895, de retour en France grâce à une amnistie (suite à l'élection présidentielle) Emile Pouget publie à Paris le premier numéro d'un nouvel hebdomadaire "La Sociale". Ce n'est en fait qu'un changement du nom (destiné à contourner la loi) le journal "Le Père Peinard" restant frappé d'interdiction.
Cela vaudra à Pouget un séjour de quatre mois en prison pour un délit de presse. Malgré cela, le journal continuera à sortir jusqu'en octobre 1896 (76 numéros parus) . Il s'éclipse en fait avec la réapparition du "Père Peinard".
"La Sociale n'est pas une couveuse électorale. La politique lui pue au nez, aussi, s'il lui arrive de broussailler dans cette forêt de Bondy, c'est uniquement pour crier "casse-cou" au populo et crosser un tantinet nos illustres politicards."

 

 

fil chouette

 

journal "Korrespondenzblatt" n°2

Première page du numéro 2 de juin 1911

En mai 1911, à Berlin-Treptow (Allemagne), sortie du premier numéro du journal "Korrespondenzblatt der Vereinigung individualistischer Anarchisten" (Correspondance de l'Association des anarchistes individualistes). Organe mensuel de "l'Association des anarchistes individualistes" (créée le 12 août 1910 par Max Dankwart, Bernhard Zack, etc., et dissoute en 1913). Six numéros sortiront jusqu'en octobre 1911.

 

 

fil zig

 

 sacco vanzetti protestations

Manifestation pour la défense de Sacco et Vanzetti

Le 12 mai 1926, Etats-Unis, la cour suprême de justice du Massachusetts confirme la condamnation à mort de Nicola Sacco et Bartolomeo Vanzetti

 

 

 
fil lierre


Le 12 mai 1946, à Tokyo, le Congrès constitutif de la "Fédération Anarchiste Japonaise" se clôt par une déclaration de principe :
"Nous affirmons que l'unique chemin à suivre est celui de l'anarchisme qui combat pour une société basée sur la liberté, l'égalité et l'entr'aide mutuelle. Nous insistons sur la nécessité d'établir une fédération de peuples libres et autonomes, basées sur l'indépendance de notre peuple et de tous les peuples du monde. Nous convions le peuple japonais et tous les peuples de la terre à lutter contre tous les gouvernements, contre le capitalisme et contre la réaction".