papier peint de William Morris

Papier-peint "Artichaut" produit par la William Morris & Co en 1897.

Ephéméride Anarchiste

3 octobre 

 

Le 3 octobre 1881, naissance de Louis BARA à Denain (dép. du Nord).
Militant syndicaliste, anarchiste et antimilitariste ardennais.
En 1908, il milite à l'Union des Syndicats des Ardennes, et fréquente la Colonie d'Aiglemont, fondée par Fortuné Henry. Il est condamné, le 1er février 1911, à 18 mois de prison, suite à la manifestation du 17 octobre 1910, où il avait incité les soldats à mettre "crosse en l'air". En 1913, il collabore au journal antimilitariste "La Guerre Sociale".

 



William Morris (en 1880)

Le 3 octobre 1896, mort de William MORRIS, à Hammersmith, Londres.
Poète, écrivain, traducteur, peintre, dessinateur, architecte, créateur et rénovateur des arts décoratifs, mais également utopiste et théoricien socialiste révolutionnaire, proche des anarchistes.
Il est né le 24 mars 1834 à Walthamstow (Essex) dans une riche famille bourgeoise, son père est un homme d'affaire prospère. Il fait des études à Marlborough puis au Exeter Collège à Oxford. Influencé par la lecture de Ruskin et Charles Kingsley, il commence alors à s'intéresser à la question sociale, et renonce à une carrière ecclésiastique pour se consacrer à la création artistique, étudiant l'architecture puis les Beaux-Arts.
Horrifié par la laideur des produits manufacturés issus de la standardisation industrielle, il est amené à s'intéresser aux arts décoratifs et effectue sa première décoration à l'intérieur de sa propre maison. Dans le désir de concilier l'esthétique décorative et les besoins de la production, il va créer en 1861 une entreprise capable de répondre à tous les impératifs de décoration. Elle se fera une solide réputation dans la fabrique de vitraux, textiles, papiers peints etc., et deviendra la Morris & Co, qui va révolutionner les Arts décoratifs et l'Artisanat d'Art.
Outre son activité industrielle, il déploie aussi son talent comme poète, traducteur (des Sagas islandaises, etc.) et écrivain, auteur de fictions romanesques (qui lui vaudront d'être considéré comme le précurseur du genre Heroic fantasy) et d'utopie socialiste communaliste "News from Nowhere" (Les Nouvelles de nulle part) parue en 1890.
Préoccupé par les questions sociales, il commence à militer au sein de la "Labour Emancipation League" qui se joindra en 1883 à la "Social Democratic Federation". Mais, opposé à l'autoritarisme de son fondateur, il la quittera en décembre 1884 pour la "Socialist League" qui se réclame d'un socialisme révolutionnaire, antiparlementaire et anti-autoritaire, et aura comme organe de presse "Commonweal". Morris en est lui-même l'éditeur, le directeur et le principal rédacteur. Une alliance se nouera un temps avec la fraction anarchiste -Lane, Kitz, Mowbray- et Morris pour prendre en main la Socialist League. Durant les années quatre-vingt, il parcourt le pays donnant de nombreuses conférences, prônant l'amélioration de la qualité de vie des travailleurs grâce à l'éducation, les loisirs et l'enseignement des arts appliqués. En 1888, la League organisera des conférences avec Lucy Parsons. Mais en 1889 la majorité anarchiste retirera le journal à Morris pour en faire un organe purement anarchiste. Déçu, ce dernier quittera la League en automne 1890 pour revenir à un socialisme plus légaliste. Morris sera aussi un ardent défenseur du patrimoine architectural et de l'environnement et nous pouvons y voir aussi un précurseur de l'écologisme.
L'année même de sa mort, il manifestera encore son opposition à la sociale démocratie en prenant la parole dans un meeting à Londres pour apporter sa solidarité aux anarchistes exclus lors du Congrès international socialiste de 1896.
"Nous nous présentons devant vous comme une organisation qui soutient publiquement les principes du Socialisme Révolutionnaire International. Cela signifie que nous recherchons un changement des fondements de la société - un changement qui détruirait les distinctions de classes et de nationalités."
Premiers mots du "Manifeste de la Socialist League" (1885)

Chants Socialistes de Morris

"Chants pour les Socialistes" par William Morris
Bureau de la "Socialist League" London, 1885

 

 fil bombe

 

 

Le 3 octobre 1897, le journal "Le Père Peinard" d'Emile POUGET résume la fin du Congrès de la CGT à Toulouse en ces termes:

"...C'est surtout quand le "boycottage" et le "sabotage" sont venus sur le tapis que l'entente s'est faite franchement et carrément. Au lieu de perdre son temps et ses forces à nous foutre en bisbille, on foncerait tous en coeur contre les capitalos et les gouvernants. Et, nom de dieu, ça ne traînerait pas. On aurait vivement fait d'écheniller le vieux monde."

sabotage de tergnier

Type de sabotage
réalisé dans la nuit du 11 au 12 octobre 1910, durant la grève des cheminots.
Deux machines tamponnées sur la plaque tournante du dépot de Tergnier (carte postale).

 

fil chouette

 

journal allemand junge anarchisten

En-tête du numéro 7 de 1924 (doc. CIRA de Lausanne)

En octobre 1923, sortie à Leipzig et Dresde (Allemagne) du premier numéro du journal "Junge Anarchisten" Cet organe mensuel de la "Jeunesse Anarcho-Syndicaliste Allemande" (SAJD) sera publié jusqu'en 1931 ( 1932?). Parmi les rédacteurs de ce journal : Willy Ermer (de Dresde), Joh. Stein (de Leipzig), Paul Albrecht, Walter Kaps, Reinold Bush (de Berlin) et Walter Schuster (de Bautzen).
Titre de chapitre de ce numéro 7: "Le Rebelle reste toujours jeune!"

 

 

fil chouette

 

journal "Via Libre" Cnt Fai

En-tête du premier numéro (3 octobre 1936)

Le 3 octobre 1936, sortie à Badalone (près de Barcelone) du premier numéro de "Via Libre". Hebdomadaire porte parole de la Confédération Nationale du Travail et de la Fédération Anarchique Ibérique de Badalone. Soixante neuf numéros de ce péridodique anarcho-syndicaliste paraîtront jusqu'au 10 février 1938.