affiche "Campo libre"

Affiche de la CNT AIT durant la révolutin espagnole
¡campo libre! Federación regional de Campesinos del Centro
Champ libre ! Fédération régionale des paysans du Centre

Ephéméride Anarchiste

7 juillet 

 

marius metge

Marius Metge

Le 7 juillet 1890, naissance de Marius Paul METGE, au Teil en Ardèche.
Anarchiste individualiste et illégaliste, membre de la bande à Bonnot.
Il est élevé par sa grand-mère (orphelin?), une sage-femme du Teil. En 1910, il arrive à Paris où il travaille comme cuisinier. Insoumis au service militaire il part en Belgique où il rencontrera Carouy, Garnier et De Boë. De retour en France il fréquente les anarchistes individualistes et illégalistes qui vivent à Romainville. Il commet alors quelques cambriolages, dont un avec la complicité de son amie Barbe Le CLERCH, à Pavillons-sous-Bois, dans la villa où elle est employée comme domestique, puis ensuite au bureau de poste de Romainville.
Mais c'est à Thiais (banlieue de Paris) dans la nuit du 2 au 3 janvier 1912, qu'il aurait commis avec Carouy un double crime, tuant un rentier de 91 ans et sa vieille servante, afin de leur dérober plus de 20 000 francs. Identifié par un témoin grâce à des photos anthropométriques, il est arrêté le 4 janvier, surlendemain du crime, à son domicile de Garches avec son amie Barbe.
Confondu grâce à ses empreintes digitales, il bénéficie cependant de circonstances atténuantes et échappe à la peine de mort, mais ne peut éviter d'être condamné, le 27 février 1913, aux travaux forcés à perpétuité. Envoyé au bagne sur l'ïle St-Joseph (il y côtoiera Jacob Law, qui lui reprochera d'avoir été le garçon à tout faire des surveillants), il finit par obtenir le poste de cuisinier du gouverneur. Il recouvre la liberté en 1931 et exerce ses talents dans un restaurant à Cayenne, où il meurt en 1933 des suites d'une fièvre.

 

mika etchebehere

Mika Etchebéhère

Le 7 juillet 1992, mort de Mika ETCHEBEHERE, (Michèle FELDMAN de son nom de naissance).
Militante anarchiste puis marxiste, combattante du P.O.U.M en Espagne.
Née le 2 février 1902 en Argentine de parents juifs ayant fuit les pogroms en Russie, elle milite très jeune dans le groupe anarchiste de Rosario. En 1920, à l'Université de Buenos-Aires, elle rencontre son futur compagnon, Hippolyte ETCHEBEHERE qui milite au groupe "Insurrexit". Influencés par la révolution russe, ils adhèrent au parti communiste, mais ils en sont vite exclus pour "tendance anarchisantes". En 1931, ils se rendent en Europe. En 1932, ils sont à Berlin où ils ne peuvent que constater "La tragédie du prolétariat allemand". En juillet 1936, à Madrid, ils s'engagent dans la colonne du P.O.U.M ( Parti Ouvrier d'Unification Marxiste), mais Hippolyte meurt au combat le 16 août 1936. Mika prend à son tour le fusil, et est élue responsable de la compagnie par ses camarades. Puis la militarisation est imposée, et elle rejoint la 38e brigade. Sa compagnie décimée dans de violents combats, elle intègre comme officier la 14e division, dirigée par l'anarchiste Cipriano MERA. Elle participe aux combats jusqu'en juin 1938, puis les femmes renvoyées à l'arrière, elle donne des cours d'alphabétisation. A l'entrée des troupes franquistes dans Madrid, elle parvient à leur échapper et à passer en France. Durant le second conflit mondial, elle séjourne en Argentine, puis rentre en France la guerre terminée.
Auteure d'une autobiographie : "Ma guerre d'Espagne à moi" (1975). "Ce qui peut me rester de l'anarchisme, c'est mon incapacité à respecter les hiérarchies imposées et ma foi dans le cercle de l'égalité..."

 

 

Le 7 juillet 1852 (25 juin, calendrier Julien), naissance de Vera FIGNER

 

Le 7 juillet 1886, naissance le Manuel BUENACASA

 

 

fil 

 

le reveil suisse

En-tête du numéro 282 du 11 juin 1910

Le 7 juillet 1900, à Genève, Luigi Bertoni fait paraître le premier numéro du journal "Il Risveglio socialista-anarchico, Le Réveil socialiste-anarchiste". En 1913, le titre est modifié et devient " Le Réveil communiste anarchiste" puis à partir du 1er mai 1926 "Le Reveil anarchiste". La publication du journal est bilingue italien-français, mais avec des articles différents selon la langue.