Emile Masson : les Bretons et le Socialisme

"Emile Masson : Les Bretons et le Socialisme"
Recueil de lettres de de textes où la question nationale bretonne
se mêle au socialisme libertaire et à l'internationalisme.

Ephéméride Anarchiste

28 juillet

Emile Masson

Emile Masson

Le 28 juillet 1869, naissance d'Emile MASSON, à Brest.
Militant, écrivain et propagandiste socialiste libertaire breton.
Issu d'un milieu modeste, il fait des études assez brillantes et obtient une licence de philosophie à la Sorbonne (Paris) et une autre d'anglais. Epoque où il fréquente les milieux socialistes révolutionnaires, anarchistes et antimilitaristes. Il prend notamment part aux "Universités populaires". Après avoir été répétiteur à St-Brieuc, il enseigne à Loudun, à Saumur (la philosophie), puis à Pontivy (l'anglais) de 1904 à 1921. En 1908, il entretient une correspondance avec Jean Grave et commence à s'intéresser à la langue bretonne par laquelle il voit un moyen de faire pénétrer un socialisme libertaire (et non jacobin) dans le milieu prolétaire breton. Il commence à publier "Rebelles", contes "anarchico-bretons", puis écrit divers articles pour les "Temps Nouveaux" ainsi que pour les journaux de la "Fédération Régionaliste Bretonne" et du "Parti Nationaliste Breton", mouvements auxquels il apporte sa collaboration estimant que la liberté de l'individu passe par la réapropriation de son identité et de sa culture (s'opposant de fait aux socialistes jacobins mais aussi à certains libertaires). Il traduit ainsi une brochure d'Elisée Reclus "A mon frère le paysan" en dialectes léonard et vannetais. Ami de Gustave Hervé, socialiste révolutionnaire du journal "La Guerre sociale" (il rompra avec lui lors du revirement de ce dernier en 1914), il impulse une propagande socialiste et antimilitariste en breton, trouvant également un appui dans les militants Pierre Monatte et François Le Levé. De janvier 1913 à juillet 1914, il édite ainsi en breton et français la revue mensuelle d'éducation paysanne "Brug" Bruyères.
Traumatisé par la guerre, il refusera de se laisser entraîner dans la mêlée belliqueuse.
Il meurt à Paris, le 9 février 1923.
Ces derniers ouvrages sont : "Le livre des Hommes et leurs paroles inouïes"(1919) et " L'Utopie des îles bienheureuses dans le Pacifique en 1980"(1921).

 

Albert de Jong

Albert de Jong
( photo empruntée à l'IISH d'Amsterdam)

Le 27 ou 28 juillet 1970, mort d'Albert de JONG, à Heemstede (Pays-Bas).
Important militant anarcho-syndicaliste et antimilitariste hollandais.
Il est naît le 29 avril 1891 à Amsterdam. Il découvre les idées libertaires grâce à l'influence de Domela Nieuwenhuis; il devient le propagandiste de son journal "Vrij Socialist", et à la mort de Domela en 1919, publie l'autobiographie de ce dernier.
Orateur et antimilitariste convaincu, il milite activement contre la guerre et organise avec Bart de Ligt, le soutien aux réfractaires. Ensemble ils seront condamnés en 1921, pour "appel à la révolte". Avec Arthur Lehning, ils font partie du Bureau international antimilitariste dont le but est de coordonner les actions pacifistes.
Sténographe de métier, il assure longtemps la rédaction de l'hebdomadaire "De Syndikalist "et publie de nombreux articles se rapportant à l'anarcho-syndicalisme auquel il ne cessera de se référer.
En 1933, il accueille à Amsterdam les militants allemand de la F.A.U.D, comme le Dr Gerhardt Wartenberg, fuyant les persécutions du régime nazi. En 1939, à la déclaration de guerre, il transfère en Angleterre un capital qui servira en 1945 à l'édition du périodique "Buiten de Perken".
Il est aidé par son fils Rudolf de JONG, continuateur de l'oeuvre de son père et auteur entre autre d'un livre sur la guerre d'Espagne et d'articles sur le mouvement libertaire aux Pays-Bas.
Albert, témoin et acteur de l'histoire sociale de la Hollande, est resté fidèle jusqu'à sa mort à l'idéal libertaire.

 

 

Le 28 juillet 1862, naissance d'Emile MAURIN dit MURMAIN

 

 

 

 

les lois scélérates 

"Les Lois Scélérates" de 1893-1894
Editions de "La Revue Blanche" (1899)

Le 28 juillet 1894, à Paris, la Chambre des députés vote les dernières "Lois scélérates" destinées à renforcer la répression contre les menées anarchistes. Elles violent les principes élémentaires du droit d'expression, de la liberté de la presse, et criminalisent les individus qui, pour un simple article de journal, une amitié où une confidence, deviennent passibles des travaux forcés suivie de la relégation. Inutile de dire que l'expression libertaire est alors impossible. Les tribunaux prendront même le soin d'interdire la reproduction des débats lors des procès, de peur qu'ils ne servent à la propagande.

 

 

 fil zig

 



Raon-l'Etape, carte postale des évènements

Le 28 juillet 1907, à Raon-l'Etape (Vosges), lors d'une manifestation pacifique d'ouvriers en grève, les forces de "l'ordre" tirent sur le défilé, provoquant la mort de deux ouvriers. Des barricades sont élevées dans les rues et le drapeau noir est arboré. Lors de l'enterrement des deux ouvriers, l'anarchiste Francis Boudoux secrétaire de l'union des syndicats de Meurthe-et-Moselle prononcera un discours.

 

fil chouette

 

journal "L'Anarchiste"

En-tête de ce premier numéro

En juillet 1907, à St-Germain-en-Laye (Yvelines), sortie du premier numéro de "L'Anarchiste" par Jean Goldsky. Seuls deux numéros connus pour cette feuille gratuite.
A noter la graphie de la lettre N du titre, imprimée à l'envers qui lui donne un côté slave.
"Pour notre part nous somme décidés à faire tout ce qu'il sera possible de faire pour détruire l'autorité, fut-elle socialiste."

 

 

fil zig

 

Le 28 juillet 1920, à La Spezia (Italie), arrestation de l'anarchiste Pasquale Binazzi, rédacteur de l'hebdomadaire anarchiste "Il Libertario" sous l'accusation d'avoir formé une bande armée durant l'agitation sociale du mois de juin. En réponse, les ouvriers déclenchent une grève générale.

 

 

fil yeux

 

le living theatre en 1968

Le "Living Theatre" en 1968 à Avignon
(photo de Jean-Marc Peytavin)

Le 28 juillet 1968, en Avignon, après l'interdiction municipale et préfectorale qui est faite au "Living Theatre" de jouer la pièce "Paradise Now", la troupe décide de se retirer du Festival alors qu'elle y était invitée et qu'elle devait donner encore seize représentations. Dans la soirée, des bagarres éclatent devant le palais des papes, avec les nervis recrutés par la Mairie, lesquels sont assistés par la police, pour donner la chasse aux "chevelus" et autres "hippies".
Contrainte de quitter la ville, la troupe du "Living Theatre" ira jouer le 1er août, en plein air et gratuitement, au Festival de Châteauvallon, leur pièce interdite en Avignon sans que cela provoque le moindre incident.
La municipalité conviera, le dimanche 4 août, la population à venir déguster un "aïoli démocratique" pour fêter le retour à l'ordre marchand.