affiche anarchist bookfair de londres 2009

Affiche pour "l'Anarchist Bookfair" (Salon du livre anarchiste)
à Londres, le 24 octobre 2009

Ephéméride Anarchiste

24 octobre

cipriano mera

Cipriano Mera
en 1940

Le 24 octobre 1975, mort de Cipriano MERA, (né à Madrid le 04 novembre 1897).
Anarcho-syndicaliste espagnol membre de la C.N.T.
Travailleur du bâtiment, il organise les groupes de défense confédérales, et fait partie à Saragosse, avec Durruti, du Comité National Révolutionnaire. Arrêté plusieurs fois. Il se retrouve en 1936 aux côtés de Durruti et de sa colonne, pour défendre Madrid. En mars 1937, il est à la tête de la 4eme division, victorieuse des troupes italiennes à Guadalajara. Il est promu responsable du 4 éme corps d'armée, mais les Fronts Républicains s'écroulent. A la fin de la guerre, il se réfugie en Algérie, puis au Maroc (colonie française), et le gouvernement de "Vichy" le livre à Franco. Le 26 avril 1942, il est condamné à mort, puis à la prison à perpétuité, et finalement libéré en 1945. Il passe en France, où il exercera son métier de maçon (jusqu'à 72 ans). Il continue de militer à la C.N.T en exil et écrit son autobiographie : "Guerra, exilio y carcel de un anarco-sindicalista".

 

 

Le 24 octobre 1868, naissance d'Alexandra DAVID-NEEL,

 

le 24 octobre 1999, mort de Philip SANSOM

 

 

 fil yeux

 

 

Le 24 octobre 1886, lettre de Clément DUVAL, membre du groupe anarchiste "La Panthère des Batignolles", au journal "Le Révolté", pour se justifier après avoir été accusé de vol: "Le vol n'est que la restitution, opéré à son profit par un individu conscient des richesses produites collectivement, et indûment accaparée par quelques-uns."

 

 fil chouette

 

Le 24 octobre 1914, à Milan (Italie), pour intensifier l'action contre la guerre, les anarchistes milanais publient le bi-mensuel antimilitariste "Il Ribelle" (Le Rebelle). Malgré des difficultés de toutes sortes, le journal parviendra à se maintenir jusqu'au mois de février 1915.

 

 

 fil zig

 

Le 24 octobre 1920, à Padoue (Italie), se tient une réunion régionale des anarchistes de Vénétie, mais en sortant de la réunion, la route se trouve barrée par de nombreux policiers qui chargent et arrêtent une quinzaine de personnes, parmi lesquelles Giovanni Diodà du groupe anarchiste de Padoue, et Italo Garinei délégué du groupe de Trévise.

 

 

 fil zig

 

procès d'Ernesto Bonomini

Ernesto Bonomini devant la Cour d'assises de la Seine
(photo de presse publiée par "Le Matin" du 21 octobre 1924)

 

Le 24 octobre 1924, à Paris, la Cour d'assises de la Seine qui siègait depuis le 20 octobre, condamne à 8 ans de travaux forcés le jeune anarchiste italien Ernesto BONOMINI, qui avait tué le 20 février 1924, à coup de revolver, Nicola Buonservizi, un des représentants du fascisme italien en France.
Défendu par l'avocat Henry Torrès, Ernesto Bonomini qui risquait la peine de mort, bénéficie de l'émotion causée en Italie comme en France par l'assassinat du député Giacommo Matteotti par les fascistes. Sa peine sera ensuite commuée en emprisonnement, il l'effectuera à la centrale de Riom (Puy-de-Dôme).

 

 

fil chouette

 

il monito

En-tête du numéro 11 du 26 octobre 1928

Le 24 octobre 1925, sortie à Paris du premier numéro du journal "Il Monito" (l'Avertissement). Hebdomadaire anarchiste en langue italienne publié par Raffaele Schiavina qui defend les anarchistes et antifascistes italiens. Il prendra position pour Gino Lucetti diffamé par les communistes, et dénoncera également le néo-bochevisme de la "Plateforme d'organisation" préconisée par Archinov et Makhno. Mais déjà frappé par un décret d'expulsion de France en 1926 pour son activité politique, Raffaele Schiavina finit par retourner aux USA en mars 1928. Le journal cessera de paraître du 20 novembre 1926 au 22 janvier 1927 puis reprendra jusqu'au 1er août 1929 portant le titre : "Il Monito anarchico" avec Marcel Morot-Gaudry comme gérant.