en-tête de Socia Revuo

Couverture de la revue espérantiste "Internacia Socia Revuo" d'avril 1907
Dessin de Jossot : La laboro estas la libereco (Le travail c'est la liberté)

Ephéméride Anarchiste

18 avril

 

Joe Labadie

Joseph Labadie

Le 18 avril 1850, naissance de Joseph (dit Jo) A. LABADIE, à Paw (Michigan) USA.
Militant ouvrier américain, écrivain et poète anarchiste individualiste.
Descendant d'une famille huguenote française et d'une mère indienne. A l'âge de 17 ans il parcourt le pays, puis se fixe à Detroit où il travaille au journal "The Detroit Post and tribune". En 1877, il adhère au "Socialist Labor Party" puis en 1878 à l'organisation "Les Chevaliers du travail", mais c'est en 1883, influencé par Josiah Warren, Benjamin Tucker, mais aussi Proudhon, qu'il devient un militant de l'individualisme anarchiste, partisan de l'associationnisme volontaire. En 1887, il rend visite aux prisonniers de "Haymarket" victimes de l'hystérie anti-anarchiste. En 1888, il démissionne des "Chevaliers du travail", pour fonder la "Michigan Federation of Labor". En 1894, il crée plusieurs clubs de discussions sur l'anarchisme et organise les meetings d'Emma Goldman. Orateur, journaliste, pamphlétaire, mais aussi poète, qui imprimait lui-même sa poésie (The Labadie Booklets) à défaut d'éditeur.
Outre de nombreux textes, il est l'auteur de la brochure: "l'anarchisme ce qu'il est et ce qu'il n'est pas."
Extrait:"L'anarchisme est une philosophie pratique et ne vise pas à l'impossible. Ce que veut l'anarchisme, c'est de rendre le principe de l'égale liberté accessible à tout humain. Sous ce régime, la majorité n'a pas plus de droits que la minorité, la multitude pas plus de droits qu'une seule unité humaine.(...) L'anarchisme affirme que la liberté dans toutes les sphères de la vie est encore le meilleur moyen d'amener l'espèce humaine à un niveau d'existence plus heureux."

Jo Labadie,"the gentle anarchist" (le doux anarchiste) s'est éteint à l'age de 83 ans, le 7 octobre 1933, après avoir remis, quelques années plus tôt, sa bibliothèque à l'Université du Michigan sous la vigilence d'Agnès Inglis.

 

Alexandre Granach

Alexander Granach

Le 18 avril 1890, naissance d'Alexander GRANACH (Jessaja Szajka Gronach, de son véritable nom) à Werbowitz, en Galicie autrichienne (aujourd'hui Verbkovice en Pologne).
Comédien et acteur, sympathisant libertaire.
Il naît dans une famille juive. Après un apprentissage de boulanger, il fréquente des étudiants révolutionnaires juifs russes et découvre le théâtre Yiddish. En 1906, il arrive à Berlin où il travaille comme boulanger et se joint à une troupe de théâtre amateur. En 1909 il suit les cours de l'école de théâtre du célèbre Max Reinhardt et commence une carrière de comédien en jouant "Hamlet" de Shakespeare. Durant le premier conflit mondial, il est mobilisé dans l'armée austro-hongroise. De retour en Allemagne, il commence dès 1920, à Berlin, une grande carrière d'acteur de cinéma en tournant dans "Nosfératu" de F.W. Murnau (1921), puis dans "La tragédie de la mine" de G.W. Pabst (1931). Carrière qu'il poursuivra ensuite aux USA dans "Ninotchka" de Ernst Lubitsch (1939) puis dans "Pour qui sonne le Glas" de Sam Wood (1943), qui sera l'un de ses derniers films.
Succès qui ne le détournera pas de sa sympathie pour le mouvement libertaire; en 1927, il n'hésitera pas à donner de l'argent aux anarchistes espagnols Durruti et Francisco Ascaso, pour leur permettre de trouver refuge en Belgique. Il tient également le rôle principal dans la pièce de théâtre "Staatsraison"(Raison d'Etat) écrite par son ami Erich Mühsam. Cette pièce est un vibrant hommage en faveur de Sacco et Vanzetti en même temps qu'une dénonciation de la machine judiciaire américaine.
En 1933, il fuit les persécutions antisémites du régime hitlérien et pense trouver refuge en Union Soviétique où il retrouve quelques amis révolutionnaires. Mais, en 1936, il est victime des purges staliniennes et emprisonné. Libéré, il quitte le pays pour la Suisse d'où il émigrera en 1939 aux Etats-Unis où il poursuivra une seconde carrière à Hollywood. Il figure au générique de plus d'une cinquantaine de films et participera en particulier à plusieurs films anti-nazis.
Il meurt à New York le 14 mars 1945, lors d'une intervention chirurgicale.

 

 

fil chouette

 

journal "justicia Humana"

Fragment de l'en-tête de ce journal

Le 18 avril 1886, à Barcelone, sortie du premier numéro du bimensuel Communiste Anarchiste "La Justicia Humana". Ce journal édité par Emilio Hugas et Martí Borràs (partisan de la propagande par le fait, qui s'est suicidé en prison, le 9 mai 1894, à Barcelone), serait le premier journal se proclamant du communisme anarchiste en Espagne. Huit numéros sortiront jusqu'au 25 novembre 1886.
Epigraphe : "La resistencia à la opresion y a la tirania, es el primer deber del hombre y también el primer derecho que concede la Naturaleza. Sin este derecho los demás son ociosos y ridículos porque carecen de garantia." (La résistance à l'oppression et a la tyrannie, est le premier devoir de l'homme et aussi le premier droit que lui donne la Nature. Sans ce droit les autres sont oiseux et ridicules parce qu'ils sont dépouvus de valeur.)


 


fil chouette

 

journal le niveleur

En-tête de cet unique numéro annonce.

En 1890, à Troyes (dép. de l'Aude) France, sortie de cet unique numéro du "Niveleur" Organe communiste-anarchiste, qui annonce un hebdomadaire qui ne verra jamais le jour. Cette initiative est due au groupe communiste-anarchiste "Les Niveleurs Troyens" qui font par là référence à Gerrard Winstanley et à la révolution anglaise.
"Nous sommes partisans de l'autonomie personnelle, partisans de la liberté pleine et entière de l'individu, mais nous savons aussi que cette liberté, cette autonomie, ne peuvent être complètes et avoir leur entier effet que dans le groupement des forces individuelles, c'est pour cela que nous nous déclarons Communistes."
" Luttant pour tous, nous comptons sur l'appui moral et matériel de tous ceux qui ont à coeur le triomphe de la liberté. Vive l'Egalité sociale! "