>


Photo d' Antonio Téllez Sola en 1948

Photo d'Antonio Téllez Sola en 1948

Ephéméride Anarchiste

18 janvier



Le 18 janvier 1857, naissance de Gustave BOUILLARD, à Launois-sous-Vence.
Anarchiste ardennais, membre des groupes "Les sans-patrie" de Charleville, puis "Les déshérités" de Nouzon, et enfin "Les libertaires de Nouzon" qui se réunissaient à la Colonie d'Aiglemont, fondée par Fortuné Henry. Il fut (en outre!) condamné à six semaines de prison pour avoir déclaré au Maire de Nouzon : "Je t'emmerde, toi et ton écharpe, je suis anarchiste et je ne reconnais pas ton autorité".



Antonio Téllez Solá

Le 18 janvier 1921, naissance d'Antonio TELLEZ SOLA, à Tarragone (Catalogne).
Militant anarchiste et historien de la guérilla espagnole.
Fils d'un cheminot, il est marqué par l'insurrection d'octobre 1934 dans les Asturies où il réside avec ses parents, alors qu'il n'est encore qu'un enfant. En juillet 1936, il est à Lérida lorsqu'éclate la révolution. Il adhère alors aux "Jeunesses Libertaires". A l'âge de 18 ans, il est mobilisé, mais le camp républicain est vaincu, et c'est l'exil en France pour des milliers de réfugiés. Antonio est interné au camp de Septfonds, puis est employé dans des compagnies de travail. Il s'en évade, est repris et de nouveau interné au camp d'Argelès-sur-Mer. Employé ensuite comme travailleur forcé dans des mines, puis à la construction de fortifications, il sabote, en mars 1944, la ligne de chemin de fer Perpignan-Beziers, avant de rejoindre les maquis de la Résistance où il organise l'évasion de prisonniers russes. Il prend part, avec la 9e brigade de FFI, aux combats pour la Libération de Rodez. En octobre 1944, il participe avec d'autres militants espagnols à une tentative de reconquête de l'Espagne par le Val d'Aran (qui échouera). Il s'installe ensuite à Toulouse où, en contact avec Sabaté, Facerías, Carballeira, etc., il apporte son soutien aux groupes qui poursuivent des actions de guérilla en Espagne. En 1945, il est un des responsables du Comité national des "Jeunesses Libertaires" (FIJL). En 1946, il effectue une mission de 3 mois en Espagne, puis de retour en France se fixe à Paris où il donne des articles et dessins à la presse libertaire en exil "Atalaya", "Cnt", "Ruta", "Solidaridad Obrera", "Suplemento Libertario". Mais lassé des querelles au sein du MLE, il commence alors un important travail d'historien sur la guérilla espagnole d'après-guerre. Il travaille alors comme journaliste à l'Agence France-Presse. En 1986, il prend sa retraite et s'installe à Céret (Pyrénées-Orientales) et collabore à la nouvelle presse libertaire espagnole tout en continuant son travail de mémoire sur le mouvement. Il meurt le 26 mars 2005 à Perpignan.
Il laisse, outre ses articles, de nombreux ouvrages historiques: "Facerias: la guerrilla urbana 1939-1957"; "Sabaté, guérilla urbaine en Espagne 1945-1960" (traduit dans de nombreuses langues); "Historia de un atentado contre el general Franco"; "El MIL y Puig Antich"; "La red de evasión del grupa Ponzán"; etc.
"Leur champ de bataille fut surtout l'Espagne, alors terre de violence et d'intolérance, où les hommes étaient torturés physiquement et moralement. Ils combattirent constamment l'ordre établi, ne respectèrent aucune loi étatique, ne comptant que sur ce qui leur appartenait en propre: leur courage, leur intelligence, leur volonté."
Dans la préface de l'édition française de "Sabaté..."(1990).

 

 

Le 18 janvier 1970, mort accidentelle de René KERAVIS, à l'âge de 42 ans.
Militant anarchiste français.
En novembre 1952, il participe activement à la création des "Jeunes Libertaires" au sein de la Fédération Anarchiste. Puis, sans renier ses idées, il s'investit dans le mouvement des "Auberges de Jeunesse", où son action fut exemplaire.



Eleuterio Quintanilla

Le 18 janvier 1966, mort d'Eleuterio QUINTANILLA PRIETO

Le 18 janvier 1803, mort de Sylvain MARECHAL

 

Le 18 janvier 1966, mort de Carlo FRIGERIO

 

 

fil zig

 

l'hôtel Bristol de Varsovie

L'Hôtel Bristol de Varsovie où a été commis un attentat fin 1905

Le 18 janvier 1906, à Varsovie (Pologne, sous domination Russe), cinq membres du groupe anarchiste-communiste de Varsovie sont fusillés, pour leur supposé participation à un attentat commis fin 1905, contre l'Hôtel Bristol de la ville. Il s'agit de Rosenweig, Holschein, Scheier, Pfeffar et Viktor Rivkind (ou Rifkind), ce dernier ne pouvant être l'auteur de cet attentat puisqu'il était emprisonné depuis septembre 1905 pour une distribution de tracts à des soldats.
Le lendemain 19 janvier, cinq autres militants anarchistes (où supposés tels) seront passés par les armes. Une quinzaine d'anarchistes auraient été ainsi assassinés par les autorités pour cet attentat. Un autre nom parmi les fusillés nous est connu, celui d'Igolson.

 

fil

 

journal idiste libereso

En-tête du numéro 7 du juillet 1922 (doc. Cira de Lausanne)

En janvier 1922, sortie du premier numéro du journal "Libereso" (Liberté) Organe Mensuel de la Section Anarchiste "L'Etoile Emancipatrice", Union Cosmopolite des travailleurs Idistes, rédigé dans la langue internationale Ido. Ce journal est publié par Jules Vignes.
Le numéro 7 de juillet 1922 est consacré à Jane Morand et à sa condamnation (en mai 1922) par le tribunal militaire de Bordeaux.

 

 

 

fil yeux 

 

émeutiers arrêtés en janvier 1932

Émeutiers conduits sous bonne garde, à bord de l'un des navires de guerre
ancrés en rade de Barcelone ( photo de L'Illustration, janvier 1932)

 Le 18 janvier 1932, en Catalogne, dans la région minière du Haut Llobregat, à Berga, Cardona, Fijols, Sallent, Suria, le Communisme Libertaire est proclamé. Le gouvernement mate l'insurrection en une semaine. Une centaine de militants seront déportés à Rio de Oro, dont Ascaso et Durruti.