cry of nature par John Oswald

Frontispice de "The Cry of Nature or An Appeal To Mercy and Justice On Behalf of the Persecuted Animals"
(Le Cri de la Nature, ou Appel à épargner et à rendre justice aux animaux persécutés)
de John Oswald (Londres, 1791)

Ephéméride Anarchiste

14 septembre 

 

Le 14 septembre 1793, mort de John OSWALD, aux Ponts-de-Cé (près de Thouars, dép. des Deux-Sèvres).
Poète, penseur et révolutionnaire écossais, précurseur des idées anti-autoritaires.
Né à Edimbourg vers 1755-1760 dans une famille modeste, il fait l'apprentissage du métier d'orfèvre, puis s'engage dans l'armée anglaise où il obtient en 1780 le grade de lieutenant. Après avoir combattu en Amérique, il est envoyé aux Indes participer à la guerre de Mangalore, mais il s'intéresse très vite à la culture des hindous et notamment à leur hygiène de vie, il devient végétarien (et traduira cette philosophie dans son ouvrage "The Cry of Nature"), et voyage jusqu'aux limites du Moyen-Orient. Il en vient à condamner le colonialisme et le rôle d'oppresseur de l'armée et en démissionne en 1783. De retour en Angleterre, il devient écrivain et poète sous le pseudonyme de Sylvester Otway. Anticonformiste, il choque la haute société, déclare son athéisme et commence à se manifester dans le courant contestataire aux côtés d'auteurs comme John Horne-Tooke, Richard Price, Wiliams Ogilvie (qui fait une critique du droit de propriété).
Il ne peut résister à l'attrait de la Révolution française et arrive à Paris en 1790. Attiré par les penseurs les plus audacieux, il devient membre du "Cercle Social" animé par Nicolas Bonneville et collabore à son organe "La bouche de fer". Il correspond avec les radicaux anglais et s'affilie également au Club des Jacobins.
Dans son ouvrage "The Review of constitution of Great Britain" (Revue de la Constitution de Grande-Bretagne) il dénonce le système parlementaire et la corruption des députés et se prononce pour l'instauration d'une démocratie directe, qui en fait un précurseur de l'anarchisme.
"Le troupeau peut-il être représenté par les loups? (...) La réforme parlementaire peut servir à amuser, un temps, le peuple... mais elle ne peut jamais remédier aux défauts ou extirper les vices profondément enracinés du gouvernement" "Rappelons-nous toujours que la liberté est seulement un autre nom de l'égalité, et qu'aucune nation ne mérite d'être appelée libre, si les conditions des hommes y sont très inégales"
.
Durant l'été 1791 le "Cercle social" disparaît, Oswald utilise alors la tribune des Jacobins pour maintenir en particulier le contact avec les révolutionnaires anglais, dans le but de fromenter une révolution en Angleterre, mais il s'attire l'hostilité de Robespierre. Le 25 septembre 1792, le "Franco-anglais" comme il se qualifie lui-même est fait citoyen français. Dès la déclaration de guerre, il s'inquiète dans la brochure "La tactique du peuple" du principe des armées permanentes, mais il s'enrôle lors de la levée de volontaires pour aller combattre le soulèvement royaliste catholique en Vendée. Le 1er octobre 1792, il est nommé commandant du premier bataillon de piquiers, mais se fait détester de ses hommes. Il écrit une dernière brochure "Le Gouvernement du Peuple ou Plan de constitution pour la République universelle" avant de se faire tuer par un boulet de canon (ses deux fils qui servaient de tambours à ses côtés seront également tués).

 

 Konstantinos Speras

Konstantinos Speras

Le 14 septembre 1943, assassinat de Konstantinos SPERAS par des partisans communistes.
Figure importante de l'anarcho-syndicalisme grec.
Fils d'un marin, il est né en 1893 sur l'île de Serifos. Orphelin il sera adopté par Theofilos Speras. A 14 ans (1907) il est à Alexandrie (Egypte) et étudie
à l'Ecole française des Frères. C'est en Egypte, où il commence à travailler dans le tabac qu'il entre en contact avec les anarchistes, principalement des immigrants italiens et grecs.
De retour en Grèce, il commence à militer, et est en mars 1910 un des fondateurs du "Centre des travailleurs d'Athènes", il est ensuite menbre du "Centre Socialiste d'Athènes". En mars 1914, à Kavala, il prend part à la grève des travailleurs du tabac, durant laquelle il est arrêté et emprisonné. En 1916 de retour à Serifos, il y crée un Syndicat des mineurs dont il prend la tête. Devant l'intransigeance patronale face aux revendications des mineurs une grève éclate en août 1916, mais celle-ci est réprimée dans le sang. Le 21 août, les affrontements entre mineurs et la troupe feront huit morts (dont quatre mineurs) et une douzaine de blessés. Speras est arrêté et emprisonné avec d'autres grévistes. Durant son séjour à la prison de Syros, puis en Crète (où il est transféré en 1917), il fera un récit de ces événements qui sera publié en 1919 : "La Grève de Serifos".
En août 1918, à Ermoupoli, sur l'île de Syros, il prendra part à la création de la "Société du Travail Educatif" qui publiera le journal "Ergatis" (Travailleur) organe du Centre ouvrier des Cyclades.
Il participe, en tant que membre du Comité de supervision, à la création de la "Confédération Générale du Travail Grec" (GSEE) qui tient son 1er Congrès les 21-28 octobre 1918. Représentant la tendance anarcho-syndicaliste et antiparlementariste, il va rapidement se heurter à la tendance socialiste réformiste et politicienne du Parti socialiste (SEKE) qui est créée un mois plus tard, et dont il fera parti, avec les autres anarcho-syndicalistes, avant d'en être expulsé en avril 1920.
Le 17 mai 1920, Speras est de nouveau arrêté et emprisonné.
Début octobre 1920, il assiste au 2ème Congrès syndical de la "GSEE", Il s'y prononce contre l'adhésion à la 3ème Internationale (ce que les communistes ne lui pardonneront pas) et pour plus de démocratie directe. En 1921, il est élu secrétaire de la Fédération des Travailleurs du Tabac, il crée également le groupe "Nea Zoi" (Nouvelle Vie) qui publiera à partir de mars 1921 un journal du même nom et qui donnera naissance durant l'hiver 1922 à un parti d'extrême-gauche "Le Parti Indépendant des Travailleurs"(AEK).
En novembre 1921, suite à la grève des travailleurs du Tramway, Speras est encore emprisonné.
Le 28 mars 1926, lors du 3ème Congrès de la GSEE, sous la pression des communistes (qui se déchaînent contre lui jusqu'à l'empêcher de trouver du travail), Speras est exclu du syndicat. Il travaillera à partir de 1930 dans la compagnie des chemins de fer d'Athènes, où il prendra part à des mouvements de grèves.
Il sera emprisonné ou exilé plus d'une centaine de fois durant sa vie : la dernière fois dans la prison de l'île de Skopelos, durant de la dictature Metaxás (1936-1941), où il échappera de peu à la mort. Durant l'occupation de la Grèce, il vivait avec sa famille à Metaxourgio. Le 14 septembre 1943, des partisans de la guerilla communiste viendront l'arrêter. Ils le décapiteront peu après et feront disparaître son corps.

 

Yves Peyraut

Yves Peyraut

Le 14 septembre 1934, naissance d'Yves PEYRAUT à Rochefort-sur-Mer.
Militant anarchiste, anarcho-syndicaliste et espérantiste.
Il effectue de brillantes études de physique. Espérantiste, il est membre, dès 1953, de l'Association Mondiale Anationale (SAT), fondée par Eugène Lanti. En mars 1977, il adhère à SAT-Amikaro association des travailleurs espérantistes pour les locuteurs en langue française.
Il devient membre de la "Fédération Anarchiste" française, et sera à partir de septembre 1981 à Paris un des animateurs de Radio Libertaire, radio pour laquelle il mènera, en tant que membre du secrétariat de la Radio (de 1982 à 1985 et de 1988 à 1991), d'intenses luttes et actions pour arriver à la faire reconnaître face aux menaces du pouvoir (de gauche comme de droite). C'est ainsi qu'il sera en particulier amené à créer l'association "Diffusion de tous les moyens de communication" et à animer trois émissions hebdomadaires : "Le Front des radios libres", "Radio espéranto" et "l'Invité du Vendredi".
En 1985, il deviendra le président de SAT. En 1987, il co-traduira pour la série des brochures "Volonté anarchiste" le texte d'Eduardo Vivancos: "Une langue pour tous : l'espéranto".
Militant anarcho-syndicaliste à la "Confédération Nationale du Travail" (CNT française) il sera également responsable du journal "Combat syndicaliste".
Il était également membre de "l'Association Thank you Ferré" qui se créera après la mort de Léo Ferré et qui rassemblera de nombreux artistes pour perpétuer la mémoire de Ferré. Malade, il meurt le 5 janvier 2002.
Yves Peyraut est l'auteur d'une histoire de Radio libertaire : " 89.4 FM Radio Libertaire, la Voix sans maître" (1991), il a également fait paraître un recueil de nouvelles "Libres comme l'air". En 1995, il parviendra à faire éditer une version de "l'Entraide" de Kropotkine en espéranto à Moscou "Interhelpo, kiel faktoro de l'evoluo".
"L'affrontement physique du 28 août 1983, ses répercussions dans l'opinion et le crédit augmenté du mouvement libertaire ont montré que la création d'une radio de la Fédération anarchiste en France était un événement important et sérieux."

 

 

Michel Némitz en 2012

Michel Némitz en 2012
lors de "La Rencontre internationale de l'anarchisme" (photo E.B-C)

Le 14 septembre 1958, naissance de Michel NÉMITZ à La Chaux-de-Fonds, Suisse.
Militant anarchiste du Jura bernois.
Il participe à la création de la "Fédération Libertaire des Montagnes" (1978) qui se veut l’héritière de la "Fédération Jurassienne" de "l’Association Internationale des Travailleurs/euses (AIT ou première Internationale). Il prend part à la réédition du journal "Le Réveil Anarchiste" à la fin des années 70 et dans les années 80. La FLM sera notamment à l'origine de "l’Organisation Socialiste Libertaire" qui fédère plusieurs groupes de Suisse, même si tous les membres de la FLM ne sont pas nécessairement membres de l’OSL.
Il sera également un des membres fondateurs de "l’Association pour la Défense des Chômeurs" de La Chaux-de-Fonds (1982) et de la coopérative pour les sans-emplois "Partage". Il participe aussi à la création d’une éphémère section Neuchâteloise de la "Libre Pensée". Il milite dans de nombreuses associations populaires de luttes ouvrières, syndicats, pour les droits humains, l’écologie, la culture alternative, l’économie sociale et solidaire, contre le racisme et l’extrême-droite, pour l’autogestion, etc.
En février 1989, il s’engage dans la Coopérative culturelle et sociale autogérée d’inspiration anarchiste "L'Espace Noir" à St-Imier et en devient le principal animateur.
En janvier 1993, il est acquitté lors du procès qui lui est intenté pour avoir distribué lors du cortège du 1er mai 1992, de faux titres de transport pour les bus et trolley de la Chaux-de-Fonds (marqués du sigle FLM de la "Fédération Libertaire de Montagne"), pour protester contre la hausse des transports. Il fera en revanche 10 jours de prison pour un énième refus d'acquiter la taxe militaire.
Du 31 août au 2 septembre 2006, "l'Espace Noir" a durant trois jour fêté ses 20 ans d'existence.
Du 8 au 12 août 2012, il est à l'initiative de "la Rencontre internationale de l'anarchisme" célébrant les 140 ans de la création de l'Internationale anti-autoritaire à St-Imier. Evènement qui voit débarquer près de quatre mille anarchistes venus du monde entier dans cette cité horlogère, pour débattre et échanger leurs visions de l'anarchisme aujourd'hui et faire la fête.
"Se soumettre à la loi du marché, c'est renoncer à la démocratie"


Biographie tirée en partie de "l'Encyclopédie des Illustres Inconnus" édition 2009

 

 

Le 14 septembre 1892, naissance de Martial QUINTANE

 

Le 14 septembre 1903, mort de Jules-Cesar ROZENTAL

 

Le 14 septembre 1925, mort de Pedro ESTEVE

 

Le 14 septembre 1939, mort de Nicolo CONVERTI

 

 fil chouette

 

revue Guangara libertaria de Miami

Couverture du n° 41 (hiver 1990) de la revue "Guángara Libertaria"
publié à Miami depuis 1979 par le MLCE "Movimiento Libertario Cubano en el Exilio".
"A la libertad por la libertad"

 

 

fil yeux

 

Du 14 au 16 septembre 1991, dans la province de Cuernavaca au Mexique, se tient la première rencontre internationale d'anarchistes. Quatre-vingts délégués sont présents, venus principalement des Etats-Unis et d'Espagne, et notamment les rédactions des revues "Guángara libertaria" de Miami, "Amor y Rabia" de New York, la librairie "Bound Together" de San Francisco, le syndicat WSA-AIT du Texas et, venus d'Espagne, des représentants de la CNT-AIT, de la CGT, et de la Fondation Salvador Segui.
Les thèmes principaux abordés sont : - Anarchisme, histoire, présent et avenir - Culture, communication et éducation - Organisation et autogestion - Revendications des femmes. A noter à l'issue de cette rencontre : l'adoption d'un manifeste du Socialisme humaniste ainsi qu'une déclaration de principe sur la participation à la défense de l'écosystème.

 

 

fil chouette

 

reuve Iztok

En-tête de la revue Iztok

Septembre 1979, à Paris, sortie du premier numéro de la Revue Libertaire sur les Pays de l'Est "Iztok". Revue sociale et culturelle à laquelle collaboreront des libertaires, pour la plupart réfugiés ou enfants de réfugiés ayant fui les "paradis" bolcheviques des Pays de l'Est.