couverture de la gde révolution de Kropotkine

Couverture italienne de "La Grande Révolution"
de Pierre Kropotkine

Ephéméride Anarchiste

14 juillet 

 

Le 14 juillet 1764, naissance de Jean-François VARLET, à Paris.
Révolutionnaire français considéré comme un précurseur de l'anarchisme.
Employé de la Poste parisienne, il adhère à la section des Droits de l'Homme et devient propagandiste ambulant (à l'aide d'une estrade roulante). Orateur apprécié des sans-culottes (les plus humbles), il prend part en juillet 1791, à la manifestation populaire du Champ-de-Mars qui est réprimée dans le sang par les monarchistes constitutionnels. Membre du Club des Jacobins, il en est exclu en 1792. Il poursuit la lutte en franc-tireur et édite diverses brochures dont : "Déclaration solennelle des Droits de l'Homme dans l'Etat social". Proche des positions de Jacques Roux (l'auteur du "Manifeste des Enragés"), il participe avec lui au comité insurrectionnel qui prépare une marche sur la Convention pour y imposer des mesures économiques. La tentative échoue, en partie à cause de l'opposition des Jacobins (ces derniers investiront le 30 juin 1793, le Club des Cordeliers qui soutenait l'action des "enragés" et y imposeront leur vision). En septembre, le "Comité de Salut Public" fait arrêter Roux, Varlet et leurs amis, et ferme les clubs de femmes qui soutenaient les "enragés". Varlet échappe de peu à la peine de mort, mais subit le cachot. Libéré en novembre, il poursuit sa dénonciation aussi bien de la dictature de Robespierre que de la réaction bourgeoise qui lui succède. Il est l'auteur d'un des premiers manifeste anarchistes "l'Explosion". Il se manifestera de nouveau pour éviter le retour de la monarchie dans un soutien à Bonaparte, puis à Nantes lors de la révolution de juillet 1830. Il meurt à Corbeil, le 4 octobre 1837, par "submersion" selon son acte de décès.
"Quelle monstruosité sociale, quel chef d'oeuvre de machiavélisme en effet que ce gouvernement révolutionnaire. Pour tout être qui raisonne, gouvernement et révolution sont incompatibles..."

 

ettore molinari

Ettore Molinari

Le 14 juillet 1867, naissance d'Ettore MOLINARI à Cremona (Italie).

 

 

Le 14 juillet 1912, naissance de Woodrow WILSON GUTHRIE dit Woody GUTHRIE,

 

 

Le 14 juillet 1864, naissance de Pierre QUILLARD

 

Le 14 juillet 1896, naissance de Buenaventura DURRUTI

 

Le 14 juillet 1942, mort de Sébastien FAURE

 

Le 14 juillet 1975, mort de Jehan MAYOUX

 

Le 14 juillet 1979, mort de Jean-Baptiste SALIVES dit Claude LE MAGUET

 

Le 14 juillet 1993, mort de Léo FERRE

 

 

 fil yeux

 

 prise de la Bastille

Prise de la Bastille
peinture de Jean-Baptiste Lallemand (Musée Carnavalet, Paris)

Le 14 juillet 1789, Début de la Révolution française, le peuple de Paris assiège et prend d'assaut la prison de la Bastille, symbole de la tyrannie, et c'est tout l'ordre féodal et la monarchie de droit "divin" qui vacillent et finissent par chuter. Bouleversant en profondeur les rapports existants. La révolution suscitera un formidable enthousiasme parmi les classes laborieuses tant en France que dans le monde entier. Récupérée par la bourgeoisie éclairée pour servir ses intérêts grandissants, elle s'achèvera dans le panier de la guillotine et la tentation totalitaire, laissant place à la réaction, à l'Empire et aux guerres de conquêtes.
A lire de Pierre Kropotkine : "La grande révolution 1789-1793".

 

 

fil chouette

 

journal mexicain La Internacional

En-tête du numéro deux

Le 14 juillet 1878, sortie à Mexico, du numéro 2 "La Internacional". "Hebdomadaire consacré exclusivement à la propagande théorico-pratique du socialisme pour la défense des peuples, le salut de la classse ouvrière et prolétaire, l'émancipation de la femme et l'organisation agricole et industrielle de la République, dont la devise est Egalité , Progrés et Solidarité". L'anarchiste mexicain Francisco ZALACOSTA membre de la section de l'Internationale "La Social" en est le responsable, les anarchistes Plotino Rhodakanaty, Félix Riquelme, José Rico et Francisco Tijera y collaboreront également. Le journal qui fait partie avec "La Comuna"(16 numéros parus en 1874) des premières publications véritablement anarchistes publiées au Mexique, s'arrêtera en septembre de la même année après seulement quatorze numéros parus.
Le révolutionnaire anarchiste Francisco ZALACOSTA (qui avait rejoint lorsqu'il était étudiant en médecine en 1864 le "Grupo de Estudantes Socialistas" de Plotino Rhodakanaty), après l'arrêt du journal "La Internacional" et la désagrégation un mouvement ouvrier urbain, convaincu que la seule propagande efficace était l'action, retournera à Chalco, où il formera avec des compagnons le " Gran Comité Comunero" dans le but de fomenter une révolution dans les compagnes. Rejoint par des centaines de paysans, ils attaqueront villes et haciendas telles que San Javier, Pachuca, La Concepción et Actopan, distribuant la terre aux familles des villages alentours. Ils livreront des batailles contre l'armée fédérale dans les Etats du nord-est (Morelos, Mexico, Querétaro et Hidalgo). Mais en 1880, près de Querétaro, Francisco Zalacosta arrêté par l'armée sera exécuté; l'insurrection se poursuivra néanmoins jusqu'en 1884.

 

 

 fil bombe

 

Du 14 au 20 juillet 1881, à Londres, une trentaine de délégués anarchistes représentant une douzaine de pays se réunissent dans le but de reconstruire l'A.I.T anti-autoritaire. Après avoir désigné un bureau international (qui n'aura pas de suite), ils élaborent une méthode d'action désignée sous le nom de "Charte de la propagande par le fait"; elle ouvrira "officiellement" l'ère des attentats.

 

 

 fil yeux

 

Le 14 juillet 1889, à Paris, se tient le congrès constitutif de la IIe Internationale Socialiste et le congrès des "Possibilistes" partisans de Paul Brousse, les anarchistes assisteront aux deux congrès.

 

 

 fil zig

 

Le 14 juillet 1921, à Dedham (Massachusetts U.S.A), le procès intenté aux anarchistes Sacco et Vanzetti, commencé le 31 mai, se clôt par leur condamnation à mort.

 

 

 

fil bombe

 

Gustave Bouvet et son arme

Gustave Bouvet et son arme
Article du Matin" du 15 juillet 1922

 

Le 14 juillet 1922, avenue Marigny à Paris, l'anarchiste Gustave Bouvet tire deux coups de révolver sur le cortège présidentiel qui revenait de la revue militaire de Longchamp. Croyant tirer sur la limousine du président Millerand, il vise en fait la voiture du préfet de police Naudin. Le premier coup rate sa cible, tandis que le second coup est dévié par un spectateur qui immoblilisera Bouvet et permettra à la police de l'interpeler. Seule une personne sera légèrement blessée par la balle déviée.