Monument à Bernard Lazare

Nîmes, monument à Bernard Lazare
oeuvre d'Hippolyte Lefebre et Roger Bioche (carte postale)

Ephéméride Anarchiste

14 juin 

 

Bernard Lazare

Bernard Lazare

Le 14 juin 1865, naissance de Bernard LAZARE à Nîmes. Ecrivain, journaliste, anarchiste, défenseur de Dreyfus et des juifs persécutés.
Né dans une famille de la bourgeoisie juive, à 20 ans il gagne Paris et se passionne pour la littérature symboliste alors fortement influencée par les idées anarchistes. Mais après les attentats et le vote des "Lois scélérates" la répression s'abat sur les anarchistes et leur presse. Bernard Lazare prend leur défense, et témoigne au procès de Jean Grave (poursuivi pour son livre "La société mourante et l'anarchie"), en février 1894. Membre du comité de rédaction de la revue "Les Entretiens politiques et littéraires" il collabore aussi aux "Temps nouveaux". Cette même année 1894, il publie "L'antisémitisme, son histoire, ses causes" en réponse à "La France juive" de Drumont. La fin de l'année voit la condamnation de Dreyfus.
Bernard Lazare est un des premiers à prendre sa défense. Ses livres "Silence autour de l'affaire" (début 1895) puis "Une erreur judiciaire, la vérité sur l'affaire Dreyfus" (1896) mobiliseront l'opinion bien avant Zola. En 1896, il fonde la revue "L'Action d'Art" dans laquelle écriront Fernand Pelloutier et André Girard, partisan d'un art social, opposé à un art de classe. De sa rencontre avec le théoricien du sionisme Theodor Herzl, commence son engagement dans ce mouvement. En 1898, il fonde la revue sioniste et sociale "Le flambeau". Mais très vite, il rompt avec le mouvement; ses idées libertaires s'opposant à la conception d'un Etat sioniste avec comme corollaire le maintien des classes sociales et des inégalités.
De 1900 à 1902, il séjourne en Europe Centrale, où il prend la défense des juifs opprimés. De retour en France, il participe aux "Cahiers de la Quinzaine" et écrit "Le fumier de job". Mais, malade et épuisé par ses combats, il meurt le 1er septembre 1903, à l'âge de 38 ans.
Lire la remarquable biographie de Bernard Lazare, écrite par Philippe Oriol (septembre 2003).

 

 Jules-César Rozental

Jules-César Rozental

Le 14 juin 1872 (1878?) , naissance de Jules-César ROZENTAL à Irkoutsk (Sibérie).
Militant et combattant anarchiste.

Fils d'un révolutionnaire russe d'origine polonaise, réfugié en Bulgarie, Jules accompagne son père médecin dans les villages bulgares et en profite pour semer les premières graines d'anarchie. En 1903, il adhère au mouvement révolutionnaire macédonien et rejoint les partisans libertaires de Nicolas Detchev qui pénétreront fin août 1903 en Macédoine pour y chasser l'occupant turc. Avec d'autres partisans, ils livreront bataille aux Turcs dans la nuit du 11 au 12 septembre 1903, près du village de Loukovo. Plus de 400 militaires turcs succomberont durant la bataille, mais aussi 113 Bulgares dont Nicolas Detchev. Quant à Jules-César Rozental, gravement blessé, il meurt le 14 septembre 1903. A noter que Jules était aussi poète, et qu'un recueil de ses poésies sera publié après sa mort sous le titre de "Chants Inachevés".
Lire à propos de ces événements méconnus en France, l'ouvrage de Balkanski : "Libération nationale et révolution sociale à l'exemple de la révolution Macédonienne", ainsi que la brochure de Volonté anarchiste : "Histoire du mouvement libertaire en Bulgarie".

 

rirette maitrejean

Rirette Maitrejean

Le 14 juin 1968, mort de Rirette MAITREJEAN à Limeil-Brévannes (Seine-et-Oise).
Militante et propagandiste anarchiste individualiste, mêlée à l'affaire de la bande à Bonnot.
Elle est née Anna Henriette ESTORGES, le 14 août 1887 en Corrèze, dans un milieu paysan. A 16 ans, elle perd son père et ne peut (faute d'argent) devenir institutrice. Refusant un mariage arrangé par sa mère, elle arrive à Paris en 1904. Elle y découvre la rude vie des couturières, mais prend des cours à la Sorbonne, puis dans "les Universités populaires" qui fleurissent alors (la première a été créée par l'anarchiste Georges Deherme).
Elle en vient à fréquenter "Les Causeries populaires" animées par Libertad qui édite le journal "l'anarchie" et se joint aux sorties champêtres organisées par les individualistes qui prônent l'amour libre. En 1906, elle donne naissance à deux filles Maud et Sarah et se marie avec le compagnon Louis Maîtrejean, sellier de profession. Il sera condamné en 1910 à 5 ans de prison pour fausse monnaie, mais avant cela, elle le quitte pour aller vivre à Champrosay, près de Draveil, avec le conférencier Maurice Vandamme dit Mauricius. Le 30 juillet 1908, alors qu'elle prend part à une manifestation de solidarité avec les terrassiers, en grève depuis le 1er mai, le cortège est violemment chargé par un régiment de dragons qui n'hésite pas à tirer sur la foule, provoquant 4 morts et deux cents blessés, dont Rirette qui est sérieusement atteinte à une jambe.
Elle retourne s'installer à Paris, et assure quelques mois en 1909 (avec
Mauricius) la direction du journal (après la mort de Libertad). Elle part en voyage pour la Tunisie avec Mauricius, mais atteinte d'une méningite à Rome, elle est contrainte de rentrer à Paris où elle va se lier avec Victor Kibaltchiche, arrivé de Belgique. En juillet 1911, avec lui, elle succède à Lorulot à la direction de "l'anarchie" que ce dernier a installé à Romainville. Ils y retrouvent certains compagnons belges de Victor qui vivent en communauté, mais qui sont de plus en plus portés vers l'illégalisme. Carouy et Jeanne Belardie, puis Callemin, Garnier et Valet sont bientôt contraints de fuir Romainville. Rirette et Victor ne pouvant plus payer le terme, reviennent s'installer à Paris, 24 rue Fessart, où ils poursuivent la publication du journal. C'est là qu'ils apprendront le braquage de la rue Ordener. Le 31 janvier 1912, ils sont perquisitionnés par la police, puis Victor est arrêté. Rirette subit plusieurs interrogatoires avant d'être à son tour placée en détention le 25 mars 1912 (pour un recel de revolvers), alors que la bande poursuit une escalade sanglante à Chantilly. En février 1913 elle est jugée dans le procès des survivants de la bande. Elle est acquittée mais Victor est condamné à 5 ans de prison. Elle livre ensuite au journal "Le Matin" ses "Souvenirs d'anarchie", qui dépeignent amèrement le milieu individualiste, ce qui lui sera vivement reproché. Le 3 août 1915, elle se marie en prison avec Victor. Mais celui-ci, libéré en janvier 1917, est expulsé de France. Il rejoint alors Barcelone, puis se brouille avec Rirette avant de rejoindre la Russie bochevique.
Elle travaille ensuite comme typographe, avant de devenir correctrice de presse et d'intégrer le syndicat des correcteurs en 1923. Durant des années trente, elle s'installe au Pré-St-Gervais et vit avec Maurice Merle (un actif syndicaliste des usines Renault) et collabore à "La Revue Anarchiste".
Elle participera encore, en 1959, au journal "liberté" fondée par Louis Lecoin, mais deviendra progressivement aveugle à la fin de sa vie.
"J'essayai d'expliquer au tribunal que si l'anarchie enseignait aux hommes le mépris des morales conventionnelles, par contre elle ne les incitait pas au meurtre. Chacun demeurait libre de se déterminer selon sa conscience..."

 

Le 14 juin 1947, naissance de Yves FREMION,

 

Vicente Marti

Vicente Marti

Le 14 juin 2006, mort de Vicente MARTI.
Militant anarchiste espagnol.
Il naît en 1926 à Madrid dans une famille d'actifs militants anarcho-syndicaliste. En 1932, la famille s'installe à Alcira en Pays Valencien. Il n'a que dix ans lorsqu'éclate la révolution en juillet 1936, mais il se souvient d'avoir vu brûler l'argent de la Banque et comment on a constitué une importante collectivité industrielle. En 1939, après la défaite, alors que sa mère est en fuite et son père en prison, il est contraint de travailler dans une ferme. En 1948, fuyant (avec sa famille) la dictature franquiste, il traverse clandestinement les Pyrénées et se réfugie en France à Avignon. En 1955, il commence à militer au sein du Mouvement Libertaire Espagnol en Exil et en particulier à la "Fédération Ibérique des Jeunesses Libertaires". De 1961 à 1976 il participe activement à l'organisation de campings libertaires internationaux dans le sud de la France. En 1961, il est délégué de la FIJL et de la CNT au congrès du Mouvement libertaire à Limoges où sera créée une organisation de combat "Défense interieure"(DI) chargée de coordonner l'action révolutionnaire clandestine contre le franquisme. Il en fera partie, se chargeant en particulier de l'envoi de véhicules et d'armes en Espagne. Il connaissait notamment Delgado et Granados qui seront exécutés par les franquistes durant l'été 1963. Sur la pression de Franco, les autorités française persécuteront alors les antifascistes de la FIJL qui seront emprisonnés puis libérés après une grève de la faim. Il sera également un militant actif sur son lieu de travail et en particulier en mai 1968. En octobre 1976, fiché comme antifranquiste, il est assigné à résidence à Belle-Ile-en-Mer avec d'autres activistes, durant la visite officielle du roi d'Espagne en France. Un film de Gabriel Auer retrace cet événement "Vacances royales"(1980).
Lassé des polémiques, il cesse ensuite de militer à la CNT, mais ne reste pas inactif durant sa retraite. Il navigue sur un bateau en Méditerranée avec des jeunes en difficulté et travaille durant une dizaine d'années, aux côtés de Marianne Enckell, au CIRA de Lausanne, où il contribue à exhumer l'histoire d'une Ecole Libertaire en Pays Valencien, au début des années 20. Il a également travaillé avec la "Comunidad del Sur" de Montevideo, avec la compagnie de théâtre de rue "Ilotopie" et a même construit un bateau dans son jardin.
Il retrace ses souvenirs dans le livre "La Saveur des patates douces" (ACL 1998).
"Je me rappelle bien quand ils ont brûlé l'argent, à Alcira. C'était tout au début de la révolution: les anarchistes, et peut-être bien les socialistes de l'UGT aussi, ont éventré la banque, pris tous les registres, tous les documents. Ils les jetaient par les fenêtres et en faisaient un feu sur la place, en dessous. Et voilà que l'argent aussi, les billets de banque ont volé par les fenêtres, se sont enflammés!"

 

Le 14 juin 1896, naissance de Jean Le GALL

 

Le 14 juin 1944, mort de Jules Le GALL

 

Le 14 juin 2002, mort de Jacky TOUBLET

 

 fil

 

 alfonsine le cercle monachiste après le saccage

Alfonsine (en Emilie-Romagne), le cercle monarchiste après le saccage
(voir l'inscription Masetti sur le mur)

Le 14 juin 1914, à Ancône et dans toute l'Italie. Fin de la "Settimana rossa" (Semaine rouge), l'ordre bourgeois est rétabli. De nombreux prolétaires ont payés au prix de leur vie, ont été bléssés ou arrêtés dans les affrontements avec les forces de répression durant cette semaine révolutionnaire qui a vu une fois de plus les camarades socialistes renier leur classe et se ranger derrière le pouvoir étatique. (voir 7, 8, 10, 11 juin)

 

 

fil chouette

 

journal "El Productor" de 1930

En-tête du premier numéro

Le 14 juin 1930, sortie à Barcelone (Catalogne) du premier numéro de l'hebdomadaire "El Productor" (Le Producteur). Seuls six numéros de ce journal anarchiste verront le jour, le dernier en date du 19 juillet 1930. A noter que plusieurs publications anarchistes porteront ce titre (voir en particulier ceux de 1887, de 1925 et de 1936-37)

 

 

 

fil chouette

 

journal " l'avanguardia

En-tête du numéro 2 (deuxième année), de septembre 1931

Le 14 juin 1930, à Melbourne (Australie), sortie du premier numéro du journal "L'Avanguardia Libertaria" (L'Avant-garde libertaire), Bimensuel de Lutte et de Propagande. Cette publication en langue italienne, dirigée par Isidoro Bertazzon, sortira jusqu'au 15 novembre 1932 (à noter une interruption entre le 27 octobre 1931 et le 1er janvier 1932, il est ensuite mensuel).

 

 

 

fil zig


 retour a la normale

Le 14 juin 1968, à Paris, après la reprise en main par le pouvoir, le retour progressif au travail et l'interdiction de toute manifestation et la dissolution des groupes d'extrême-gauche, c'est au tour du théâtre de l'Odéon (occupé depuis le 15 mai) d'être évacué par la police. Les derniers "enragés" qui s'y trouvaient encore se rendent aux forces de l'ordre. A dix heures du matin, la banderole de la façade est enlevée ainsi que le drapeau rouge et le drapeau noir qui flottaient au fronton.
"L'ex-Odéon, la première tribune libre d'Europe vient d'être supprimée".
Le 16 juin ce sera au tour de la Sorbonne d'être évacuée par la police.

 

 

 fil zig

 

Le 14 juin 1914, à Ancône et dans toute l'Italie. Fin de la "Settemana rossa" (Semaine rouge), l'ordre bourgeois est rétabli. De mombreux prolétaires ont payés au prix de leur vie, ont été bléssés ou arrêtés dans les affrontements avec les forces de répression durant cette semaine révolutionnaire qui a vu une fois de plus les camarades socialistes renier leur classe et se ranger derrière le pouvoir étatique. (voir 7, 8, 10, 11 juin)

 

 

fil chouette

 

revue temps maudits

Couverture du numéro 5 de mai 1999


En juin 1997, à Paris sortie du premier numéro de la revue "Les Temps maudits" Revue syndicaliste révolutionnaire et anarcho-syndicaliste éditée par la "Confédération Nationale du Travail française" (C.N.T-A.I.T). La décision de sa création a été prise au congrès de la CNT de Lyon l'année précédente. Elle constitue un supplément du journal "Combat syndicaliste" qu'elle complète en abordant à travers des articles bien documentés des sujets traitant de notre mémoire sociale ou de l'actualité militante tant nationale qu'internationale (26 numéros parus jusqu'en 2007).