plaque 28 mai 1871

Plaque située au 17 de rue de la Fontaine-au-Roi (Paris, 11e)
Hommage du "Parti Socialiste" à Eugène Varlin, Théophile Ferré et Jean-Baptiste Clément.
défenseurs, le 28 mai 1871, de la dernière barricade de la Commune durant la "Semaine sanglante".

Ephéméride Anarchiste

23 février 

 

j-b clement

Jean-Baptiste Clément

Le 23 février 1903, à Paris. Mort de Jean-Baptiste CLEMENT (né le 31 mai 1836, à Boulogne).
Communard et auteur de la célèbre chanson "Le Temps des Cerises".
Avant 1870, il est plusieurs fois condamné à la prison pour ses écrits et pamphlets "Les Carmagnoles", "89", etc. Il siège ensuite à la Commune de Paris. Le 28 mai, il est avec Varlin et Ferré, sur la dernière des barricades. Il se cache un temps, avant de pouvoir trouver refuge en Angleterre, via la Belgique. Condamné à mort par contumace en 1874, il ne rentre en France qu'après l'amnistie de 1879. Il devient socialiste, et s'engage dans le syndicalisme, particulièrement dans les Ardennes, où il donne de nombreuses conférences, organise des syndicats, etc.
Le "Temps des Cerises" fut écrit en 1866. Mais c'est en 1885 qu'il dédiera cette chanson à Louise, ambulancière sur la dernière barricade du 28 mai. Cette chanson deviendra le symbole de la Commune de Paris.

"Quand nous chanterons le temps des cerises
Et gai rossignol et merle moqueur
Seront tous en fête.
Les belles auront la folie en tête
Et les amoureux, du soleil au coeur!
Quand nous chanterons le temps des cerises
Sifflera bien mieux le merle moqueur! (...)

Le Temps des Cerises.

 

Le 23 février 1851, naissance d'Antonio PELLICER PARAIRE

 

Le 23 février 1899, naissance d'Emile BAUCHET

 

 



le corps de metayer mutilé

Le corps de Métayer (mutilé) exposé sur la dalle de l'amphithéâtre
de l'hôpital St-Jean de Bruxelles

Le 23 février 1883, à Ganshoren (Belgique), au cour d'une "promenade" dans la campagne, les anarchistes français de Lyon Antoine CYVOCT et Paul METAYER sont victimes de l'explosion accidentelle de la bombe (vraisemblablement destinée à une expérience) qu'ils transportaient.
Paul Métayer qui devait s'embarquer à Anvers pour l'Amérique meurt le lendemain, des suites de ses blessures, sans rien divulguer à la police. Lors de son enterrement civil, l'anarchiste bruxellois Egide Govaerts fera son éloge funèbre et le journal anarchiste anversois "De Opstand" louera son silence devant la police. "C'est ainsi que meurent les anarchistes". Quant à Antoine Cyvoct (survivant de l'explosion), il sera extradé vers la France, pour être jugé dans le cadre de l'attentat Bellecour à Lyon.

 

 

fil chouette

 

journal "La Nueva idea"

En-tête du premier numéro

Le 23 février 1895, sortie à Gracia (Barcelone), du premier numéro de la revue "La Nueva Idea" (La Nouvelle Idée). Cette publication qui annonce sortir quand elle peut, publiera 4 numéros, le dernier daté du 5 mai 1895. Le jeune Luis Más qui faisait sans doute partie de la rédaction, annonce en août 1895, la suspension définitive de la revue après la plainte arbitraire et injuste dont elle a été l'objet. A noter que le malheureux Luis Más sera fusillé le 4 mai 1897, dans les fossés de Monjuic après avoir été arrêté suite à l'attentat de la rue Cambios Nuveos.
Epigraphe de Proudhon : "El primero que dijo : Eso es mio, fue el primer ladrón." (Le premier qui a dit : Ceci est à moi, fut le premier voleur.)

 

 

 fil chouette

 

 a batalha

En-tête du journal

Le 23 février 1919, Portugal. Sortie du quotidien anarcho-syndicaliste "A Batalha", organe de la CGT portugaise. Il deviendra le deuxième quotidien du pays, avec un tirage de 25 000 exemplaires, avant d'être interdit en 1926, après le coup d'Etat militaire.
Après le 25 avril 1974 (renversement de la dictature et retour de la démocratie au Portugal), "A Batalha" réapparaîtra, mais sans retrouver l'influence qu'il avait dans les années 20.