sculture de l'anarchiste sur la Sagrada  de Gaudi à Barcelone

Sculpture d'un "terroriste" poseur de bombe inspiré par le diable (sic!)
Vision de l'architecte Gaudi pour la cathédrale "Sagrada Família" de Barcelone

Ephéméride Anarchiste

7 juin

germaine berton

Photo anthropométrique de Germaine Berton

Le 7 juin 1902, naissance de Germaine BERTON à Puteaux.
Militante anarchiste individualiste, auteure d'un attentat contre l'extrême-droite.
Fille d'un mécanicien et d'une institutrice, elle devient ouvrière. Vers 1919, elle commence à militer avec les anarchistes de Tours, puis à partir de 1921 parmi ceux de Paris et s'implique dans les Comités Syndicalistes Révolutionnaires. Début 1922, elle adhère à l'Union Anarchiste qu'elle quitte pour le groupe des anarchistes individualistes du 14 ème arrondissement. Elle est condamnée une première fois à trois mois de prison qu'elle purge à St Lazare pour outrage et violences à un agent de police, puis ensuite à quinze jours de prison pour port d'arme prohibé. Elle milite au comité de défense des "Mutins de la Mer Noire".
Le 22 janvier 1923, elle se rend au siège de "l'Action française" (organisation d'extrême-droite) dans le but de tuer Léon Daudet, son leader haineux. Elle est reçu par Marius Plateau, chef des "Camelots du Roi". Alors que celui-ci l'agresse verbalement, elle l'abat d'un coup de revolver, puis retournant l'arme contre son sein gauche elle tente sans succès de se suicider. Sa blessure n'a pas de suite grave et une fois remise elle revendique seule toute la responsabilité de son acte et refuse de révéler la provenance de l'arme.
Le "Libertaire" organise une campagne de solidarité, et lors du procès plusieurs militants anarchistes connus comme Lecoin et Séverine viennent la soutenir.
Le procès qui avait débuté le 18 décembre 1923 se clôt le 24 décembre par son acquittement.
Le 22 mai 1924, à Bordeaux, elle est arrêtée lors d'une conférence, suite aux bagarres qui s'ensuivent. A nouveau emprisonnée, elle fait une grève de la faim et est finalement hospitalisée. Par la suite, dépressive, elle tentera plusieurs fois de se suicider, puis disparaîtra des milieux libertaires.

 

Alexandre Sadier

Alexandre Sadier à l'âge de 25 ans
à Genève en 1887

Le 7 juin 1862, naissance de Jules Alexandre SADIER dit Alex à Arquian (près de Cosne Cours sur Loire), dép. de la Nièvre.
Militant et propagandiste anarchiste et antimilitariste franco-argentin.
Insoumis au service militaire, il se réfugie en Suisse, rencontre Kropotkine à Genève et devient un actif militant anarchiste. En 1887, il se rend en Belgique (où naîtra son fils Gilbert) mais il sera emprisonné à Liège avant d'être expulsé. Il part alors pour Londres, d'où il s'embarque pour l'Argentine vers 1889. A Buenos Aires, il commence à travailler à la Librairie Internationale d'Emile Piette, laquelle va passer à son nom en 1895 et sera un point de ralliement des forces progressistes. De 1890 à 1897, il collabore au périodique anarchiste "El Perseguido". Le 23 janvier 1893, à Buenos Aires, paraît le premier numéro de l'hebdomadaire anarchiste en français "La Liberté", il en est le co-fondateur avec Emile Piette et un ami intime Pierre Quiroule (pseudo d'Alexandre Falconnet, un anarchiste français réfugié en Argentine, qui deviendra ensuite un romancier utopiste: "La ruta de la anarquia "(1912), "La Ciudad anarquista americana"(1914)).
L'anarchiste Auguste Vaillant aurait également collaboré à "La Liberté".
Correspondant de Max Nettlau et de Jean Grave, Alex Sadier les tient informés des progrès du mouvement anarchiste argentin, il apporte également une aide financière aux publications de "La Révolte" et "Les Temps Nouveaux ". En 1910, il se rend en France, et y séjournera ensuite à plusieurs reprises avant de se fixer à Nice en 1927. Il collabore alors à "L'Emancipateur", à "La Voix Libertaire" à la revue "Plus Loin" du Dr Pierrot et participe au "Groupe d'Etudes sociales de Nice" animé par le couple Yvonne et Jean Lhuillier.
Chimiste amateur, il est aussi l'inventeur d'une recette de coloration alimentaire à base de curcuma.
En novembre 1935, atteint d'un cancer, il retourne chez son fils à Buenos Aires, où il meurt le 8 mars 1936; sa compagne Carolina Kincker lui survira trois ans.

 

 

 fil bombe

 

Le Petit Journal la Bombe de Cambios-Nuevos

Gravure du "Petit Journal" du 21 juin 1896

Le 7 juin 1896, à Barcelone, en pleine répression anti-anarchiste (où des centaines de personnes sont soumises à la torture dans la prison de Montjuich), une bombe explose au milieu d'une procession religieuse du Corpus Christi, rue Cambios-Nuevos, où défile le capitaine général.
Une douzaine de personnes trouve la mort dans l'explosion et on dénombre une trentaine de blessés. Cinq anarchistes rendus responsable de cet attentat seront fusillés le 4 mai 1897 et des centaines d'autres arrêtés et torturés.

 

 

 

 fil zig

 

 ancona villa rossa

Ancône, la garde montée à la Villa rossa

Le 7 juin 1914, à Ancône (Italie), alors que dans tout le pays les forces socialistes, républicaines et anarchistes s'étaient unies pour transformer cette journée de fête patriotique en journée d'action antimilitariste et exiger la libération de l'anarchiste Augusto Masetti (emprisonné depuis 1911), dans cette ville les événements prirent rapidement un tour violent.
A l'issue du meeting d'Errico Malatesta (qui avait été arrêté puis relâché le jour même) la police ouvre le feu sur la foule, elle tue trois jeunes manifestants (un anarchiste et deux républicains) et blesse une quinzaine d'autres personnes.
En réponse à la violence policière, le syndicat révolutionnaire "Unione Sindacale Italiana" proclame la grève générale dans tout le pays, où un mouvement insurrectionel va se développer. C'est le début de "La Settimana Rossa" (La Semaine Rouge), qui durera jusqu'au 14 juin et sera matée par une sanglante répression. Malatesta, échappant à la police, reprendra la route de l'exil.
(voir 8, 10 et 11, et 14 juin)

les trois martyr de la Vila Rossa * plaque aux 3 martyrs de la Settimana Rossa

Image souvenir des trois victimes tués à la Villa Rossa : Antonio Casaccia, Nello Buldini et Attilio Giambrignoni.
et plaque souvenir posée le 5 juin 1960 par les anarchistes et républicains.


 

fil chouette

 

journal "L'Un"

En-tête du numéro de mars 1920 de "L'Un" anciennement "La Mêlée" (doc. Cira Lausanne)

journal "Un"

En-tête du premier numéro de "Un" (doc. Mundaneum, Mons, Belgique)


En juin 1920, sortie à Paris du premier numéro du journal "Un" Bimensuel Individualiste Libertaire éclectique, publié par Marcel Sauvage. Sept numéros paraîtront jusqu'en décembre 1920. A noter qu'en mars 1920 un numéro était paru avec le titre "L'Un".

 

 

fil chouette

 

journal "Settimana Rossa"

En-tête du numéro du 7 juin 1947

Le 7 juin 1947, sortie à Ancône (Marches, Italie) d'un numéro anniversaire du massacre du 7 juin 1914 "La Settimana Rossa" (La Semaine Rouge), Supplément du journal "L'Agitazione". Ce numéro spécial est édité par la Fédération anarchiste de la Région des Marches.