pastiche d'un dollar 1968

Pastiche d'un dollar avec la tête de De Gaulle (série 1968)
"Le Fond monétaire international c'est l'internationale capitaliste. Mort au capitalisme"

Ephéméride Anarchiste

17 mai

Le 17 mai 1916, naissance de José BORRÁS CASCAROSA à Monegrillo, Saragosse (ne pas comfondre avec José Ester Borrás).
Militant et combattant anarcho-syndicaliste espagnol et résistant antifasciste.
Il naît dans une famille d'ouviers agricoles de convictions radicales socialistes et évolue très jeune (16 ans) vers l'anarchisme et l'anarcho-syndicalisme. En 1936, il est secrétaire d'une section de la CNT dans son village. Mais lorsqu'éclate la révolution, il s'enrôle comme milicien au sein de la Colonne Durruti. En février 1937, il assiste au Congrès régional des collectivités à Caspe (Aragon) où il est nommé secrétaire de celle de Pina de Ebro. Il est ensuite secrétaire général du Conseil régional des Collectivités et assistera à la razzia et à la destruction de ces dernières par la tristement célèbre division Lister (stalinien). Il réintègre alors la Colonne Durruti (devenue 26 éme division) et milite au sein des "Jeunesses Libertaires" . Après la déroute républicaine en février 1939, il est interné dans divers camps de concentration français. Il prent ensuite part à la résistance antinazis au sein du groupe Ponzan. Après la "Libération" il devient secrétaire de la CNT de l'Ariège (de 1946 à 1948), puis membre du comité national des "Jeunesses Libertaires" et responsable du journal "Ruta" (1952). En 1958, il est délégué au Congrès anarchiste de Londres. En tant que membre du secrétariat intercontinental du Mouvement Libertaire en Exil (MLE) et de la CNT, il assistera à la plupart des congrès et plénums du mouvement. A partir de 1965, il est responsable des groupes "Presencia confederal" puis de l'Amicale de la 26e division (Durruti) et de son bulletin. Outre une intense collaboration à la presse libertaire, il est l'auteur de plusieurs ouvrages dont "Políticas de los exiliados españoles 1944-1950"




 fil bombe

 

Le 17 mai 1923, à León (Espagne) alors que la ville célèbre la "Fiesta Mayor" les anarchistes Gregorio Suberviela et Antonio del Toto (Martinez Garzon) membres du groupe "Los Solidarios" abattent l'ex-gouverneur Faustino González Regueral qui sortait d'un théâtre (il était un des responsables du pistolérisme patronal et de la féroce répression contre la classe ouvrière de ce début des années 20). Les deux activistes reussiront à prendre la fuite malgré la présence des gardes du corps et de la police.

 

 

fil chouette 

 

lucha libertaria

En-tête du numéro 173 de juillet 1957 de "Lucha Libertaria"

En mai 1957, sortie à Montevideo (Uruguay) du premier numéro du journal mensuel "Lucha Libertaria" Organe de la Fédération Anarchiste Uruguayenne" (qui s'est créée en octobre 1956). Le journal porte le numéro 171, car c'est en réalité le journal "Voluntad" qui se poursuit sous un nom différent. Le journal existe encore de nos jours.

En-tête du numéro 66 de novembre 1956 de "Voluntad"

voluntad

 

 

fil yeux 



Le 17 mai 1968, Paris, les étudiants décidés à faire front commun avec les ouvriers en grève décident d'une marche en direction des Usines Renault à Billancourt, malgré l'opposition des syndicats ouvriers et en particulier de la CGT qui a peur de la contamination révolutionnaire. Le dirigeant du Parti Communiste n'hésite pas de son côté pas à qualifier Daniel Cohn-Bendit "d'anarchiste allemand" dans le quotidien l'Humanité. Dans la soirée les "Enragés" passent à la télévision. Le mouvement va encore s'étendre les jours suivants (voir 20 mai).

 

 

 fil bombe

 

Le 17 mai 1972, à Milan. Le commissaire Luigi Calabresi, responsable de la mort de l'anarchiste Giuseppe Pinelli le 15 décembre 1969, est tué. Trois militants d'extrême gauche, Adriano SOFRI, Giorgio PIETROSTEFANI et Ovidio BOMPRESSI seront condamnés le 11 novembre 1995 pour cet attentat, à 22 ans de prison, malgré leurs protestations d'innocences et l'absence de preuves formelles.

 

 

 

fil yeux

 

Laura Gomez

Liberté pour Laura - Arrêt de la détention

Le 17 mai 2012, à Barcelone, libération de Laura Gómez, secrétaire du syndicat anarcho-syndicaliste CGT de Barcelone. Laura était en prison depuis le 25 avril pour avoir simplement brûlé une boîte en carton remplie de faux-billets sur le trottoir situé face à la Bourse de Barcelone, action symbolique organisée dans le cadre de la grève générale du 29 mars en Espagne. Son emprisonnement avait été décidé par un juge sans possibilité de recours. Cette atteinte flagrante au droit d'expression et de manifester a alors mobilisé solidairement les anarcho-syndicalistes et les anarchistes au-delà des frontières espagnoles.
Libérée sous caution de 6 000 euros après 23 jours en prison, elle reste accusée de "désordre public" et de "porter atteinte à l’exercice des droits fondamentaux et des libertés publiques"( sic!).
A sa sortie de prison elle a reçu un accueil chaleureux de sa famille et de centaines de compagnons venus lui témoigner leur solidarité.