dessin de Roubille pour les Temps nouveaux

Carte postale, dessin de Roubille pour la Collection des "Temps Nouveaux"

 Ephéméride Anarchiste

15 décembre


Lucien Guérineau et Max Nettlau * Lucien Guérineau en 1915

Louise Guérineau, Zina Guérineau, Lucien Guérineau, Max Nettlau et Anne Guérineau. (phot. IISH)
et Lucien Guérineau à Bagnolet en septembre 1915

Le 15 décembre 1857, naissance de Lucien GUERINEAU à Pont-St-Esprit (dép. du Gard).
Militant et propagandiste anarchiste et syndicaliste révolutionnaire.
Fils d'un charpentier. De 1878 à 1882, il est contraint d'effectuer une longue période militaire, par suite d'un mauvais tirage au sort. Il devient ébéniste dans le faubourg St-Antoine à Paris et commence à militer en 1884 dans le groupe anarchiste "Le drapeau noir". Il collabore au journal anarchiste "Terre et Liberté" créé la même année par Antoine Rieffel. Le 9 août 1885, Lucien Guerineau est condamné à deux mois de prison pour "violences et coups à agents".
En 1887, il fait partie du groupe anarchiste de Montreuil, puis du groupe "Les Communistes Anarchistes des Amandiers". En 1888, partisan de la grève générale, il est le fondateur de "l'Union syndicale du meuble sculpté et de l'ébénisterie". Le 1er mai 1891, avec une vingtaine de compagnons, il fait sortir le premier numéro du journal "Le Pot à Colle" organe corporatif des ébénistes du faubourg (dix-neuf numéros paraîtront jusqu'au 26 mars 1892). Deux des gérants du journal auront à subir des condamnations. En 1894, il est poursuivi après le vote des "lois scélérates", pour appartenance à "une association de malfaiteurs", mais est finalement acquitté en août.
Devant l'impossibilité de toutes activités militantes, il s'exile à Londres où il résidera plusieurs années. Il devient alors le correspondant londonien des "Temps Nouveau" de Jean Grave. En 1896, il prend part au Comité anarchiste animé par Errico Malatesta qui tente d'appuyer la motion antiparlementaire lors du "Congrès socialiste international de Londres", où Guerineau assistera en tant que délégué du syndicat des polisseurs sur métal de Paris.
Il s'installe ensuite à Bruxelles, d'où il collabore en 1898 - 1899 à la nouvelle série du "Pot à Colle". Le 24 juin 1899, il est expulsé de Belgique pour "participation à l'agitation révolutionnaire". De retour à Paris, il s'implique dans le soutien à Dreyfus en collaborant au "Journal du Peuple" créé par Sébastien Faure à cet effet et s'établit à son compte comme ébéniste. Le dimanche 19 février 1905, il participe comme conférencier aux côtés de Charles Malato, à la fête libertaire organisée par l'Union ouvrière de l'ameublement au cours de laquelle interviendront également Gaston Couté, Paul Paillette, Jehan Rictus et Constant Marie.
Durant la guerre il assistera à plusieurs réunions du groupe des "Amis du Libertaire" et après la mort de Pierre Martin il sera un de ses exécuteurs testamentaires. En avril-mai 1918, il participe au journal "La Plèbe", puis après guerre reprend de plus belle sa collaboration à la presse anarchiste. Militant de "l'Union Anarchiste" il sera désigné en août 1923 administrateur du "Libertaire" pour lequel il était un collaborateur régulier avec sa rubrique "Ceux d'en bas". Il participera aussi à la rédaction de "La Revue Anarchiste" de Sébastien Faure pour lequel il donnera le texte "international" publié dans "l'Encyclopédie anarchiste".
En janvier 1924, il soutient au nom de l'Union Anarchiste la création du groupe de défense des révolutionnaires emprisonnés en Russie. En novembre 1927, refusant les nouveaux statuts adoptés lors du congrès de "l'Union Anarchiste Communiste" il quitte l'organisation et prend part à la création de "l'Union Anarchiste Communiste Révolutionnaire", puis avec Sébastien Faure "l'Association des Fédérations Anarchistes" et collaborait aux journaux "Le Trait-d'Union Libertaire" puis "Voix Libertaire". Secrétaire du syndicat autonome de l'ameublement depuis 1925 il en devint trésorier en mars 1931, il adhérera ensuite à la CGT-SR de Pierre Besnard et collaborera au journal "Combat syndicaliste" où en mai-juin 1937 il publie une partie de ses mémoires.
A la déclaration de guerre, en 1939, il quitte Bagnolet où il avait un pavillon, pour aller dans sa famille à Auvers-sur-Oise où il décède le 28 août 1940.
A noter que Lucien Guerineau a entretenu avec Max Nettlau, avec qui il était très lié, une importante correspondance, conservée à l'IIHS d'Amsterdam.

 

 

Luigi Molinari

Luigi Molinari

Le 15 décembre 1866, naissance de Luigi MOLINARI, à Crema (Italie).
Militant, avocat, et pédagogue libertaire italien.
Janvier 1894, en Sicile, des mouvements de révolte ont lieu suite à l'augmentation de certaines denrées de base comme la farine, mais l'état de siège est décrété. En solidarité, les anarchistes de Lunigiana tentent de riposter en constituant des groupes armés. Le 31 janvier 1894 à Massa, les autorités militaires condamnent Luigi Molinari à 23 ans de prison, l'accusant d'être l'instigateur de ce mouvement insurrectionnel. Mais, le 20 septembre 1895, suite à une importante mobilisation pour obtenir sa libération, il recouvre la liberté. Après l'éprouvante période de répressions et d'attentats, Luigi Molinari se fait le promoteur d'une éducation rationnelle et libertaire et crée, en 1900, "l'Universita popolare" ainsi qu'une revue du même nom. Fidèle jusqu'à sa mort à l'idéal libertaire, il gardera intacte ses convictions antimilitaristes durant la guerre de 14. Il meurt à Milan, le 12 juillet 1918.

 

 

Le 15 décembre 1870, naissance d'Achille DAUDE-BLANCEL



fil chouette

 

la revue libertaire de 1893

En-tête du premier numéro

Le 15 décembre 1893, sortie à Paris du premier numéro de "La Revue Libertaire" qui remplace "La Revue Anarchiste" (publiée entre août et décembre 1893). Les responsables en sont Charles Chatel, Henri Gauche et Henri Guerin. Victime des "lois scélérates", la revue s'arrêtera le 20 février 1894, après seulement 5 numéros parus. En épigraphe du 1er numéro (qui changera à chaque publication) : "L'Etat est la malédiction de l'Individu" - Ibsen.

 

 

fil chouette

 

journal "La Cravache"

En-tête du n° 23 du samedi 24 mai 1913

Le 15 décembre 1906, sortie à Reims (dép. de la Marne) du premier numéro du journal "La Cravache Organe d'éducation libertaire" puis "Organe hebdomadaire de Défense et d'Education ouvrière". Les trois principaux responsables du journal Jean Bourguer, Charles Dhooghe et Victor Grimbert seront poursuivis et condamnés par la justice, Jean Bourguer fuira aux Etats-Unis pour échapper à une condamnation à 20 ans de travaux forcés.
Ce journal qui a un tirage de deux à quatre mille exemplaires comptera de nombreux collaborateurs.
A noter que le dessin de Maximilien Luce du cordonnier qui fait fuir les profiteurs avec sa cravache, et qui illustrera le journal à partir de février 1907, a été emprunté au "Père Peinard".
Cent quinze numéros paraîtront jusqu'au 29 novembre 1913.
A noter également qu'un journal portant ce titre avait été publié entre novembre 1897 et janvier 1898 à Roubaix.

 

 

fil chouette

 

journal "Lotte Sociali"

En-tête du numéro 2 de mars 1934 (doc. CIRA de Lausanne)

Le 15 décembre 1933, à Paris, sortie du premier numéro du journal "Lotte Sociali" (Luttes Sociales), mensuel édité par la "Fédération Anarchiste des Réfugiés Italiens". Le responsable français de cette publication de l'exil antifasciste et anarchiste italien en France est Jean Girardin. Les redacteurs sont Leonida Mastrodicasa, Virgilio Gozzoli, Amleto Astolfi et Remo Franchini. Huit numéros paraîtront jusqu'en février 1935.

 

fil chouette

 

journal de Louis Louvet "CQFD"

En-tête du premier numéro de mi-décembre 1944

Le 15 décembre 1944, à Paris, sortie du premier numéro de "Ce qu'il faut dire" (CQFD) par Louis Louvet. D'abord sous-titré Organe intérieur du mouvement "Ce qu'il faut dire", Journal de tous les militants des la pensée libre, il reflète et diffuse, à partir du 20 juin 1945, les thèses du Mouvement Égalité ((Union Fédérative des Libertaires Rationalistes). Il sera ensuite à partir du 1er novembre 1945, l'Organe intérieur bi-mensuel diffusant les thèses de "l'Association de Propagande et d'Etudes Libertaires" et à partir de janvier 1947 l'Organe bi-mensuel de libre culture et d'action pacifiste. Soixante numéros du journal sortiront jusqu'à fin novembre 1948, quatre numéros sortiront encore de janvier à avril 1949 sous forme de revue.
C'est en fait une reprise par Louis Louvet du titre que Sébastien Faure avait publié entre avril 1916 et décembre 1917.

 

 

 

 fil zig

 

mort de pinelli

PINELLI ASSASSINATO !

Dans la nuit du 15 au 16 décembre 1969, à Milan (Italie), mort du cheminot anarchiste Giuseppe PINELLI, défenestré du 4 ème étage du commissariat central où il était interrogé depuis 3 jours, suite à l'attentat contre la Banque d'agriculture du 12 décembre. Les autorités tenteront de faire croire alors à son suicide avant de conclure en 1972 à "une mort accidentelle".
Le commissaire Calabresi responsable de la mort de Pinelli sera quant à lui assassiné en 1972. Des membres du groupe d'extrême gauche "Lotta Continua" accusés de la mort du commissaire (par un repenti) seront condamnés à la prison.

pietro valpreda

Pietro Valpreda
en 1973

Le même jour, suite à l'hystérie anti-anarchiste, orchestrée par la presse, Pietro VALPREDA est arrêté, ainsi que les membres du "Cercle du 22 mars". Il est soupçonné d'être l'auteur de la bombe de Milan. Ce n'est que bien plus tard que la piste fasciste sera démontrée, ainsi que la collusion avec certains membres réactionnaires de l'Etat Italien.

 fil chouette

le libertaire japonnais

En-tête du journal du n° 131
du 15 décembre 1980

Le 15 décembre 1980, au Japon, sortie du numéro 131 du bimensuel "Le Libertaire japonais".

 


demi-soleil