la liberté couverture de l'Assiette au Beurre

"La Liberté" dessin de F. Kupka, couverture
du journal "l'Assiette au Beurre" du 14 avril 1906

Ephéméride Anarchiste

1er août

 

Le 1er août 1875, naissance de François-Henri JOLIVET, à Paris.
Poète ouvrier, chansonnier pacifiste et libertaire.
Issu d'un modeste ménage ouvrier, il devient livreur (avec une charrette à bras), et c'est en parcourant les rues de Paris qu'il compose ses premières chansons. A 17 ans, il commence à se produire sur scène, puis rejoint le groupe de chansonniers révolutionnaires "La Muse Rouge". Il participe aux fêtes ouvrières à la "Vache Enragée" de Montmartre, et aux rendez-vous pacifistes de "La Patrie Humaine", etc. Dans les années 20, il fréquente le "Musée du Soir" créé par Henry Poulaille qui préfacera un recueil de ses "Chansons Sociales et Satiriques" (édité en 1956). Encouragé par Edith Piaf, il se produira encore dans les cabarets de Montmartre jusqu'à la fin de sa vie, le 31 octobre 1955.

"PAPIERS A CUL

Un jour souffrant et tout pâle
D'une colique autoritaire,
Je me suis servi de mon livret militaire.
N'allez pas m'accuser ici
De façon trop peu délicate,
Ils usent à peu près ainsi
De leurs traités, les diplomates." (...)

 

 

Le 1er août 1897, naissance d'André DAUNIS, à Bages (Aude).
Militant et propagandiste anarchiste du sud de la France.
Fils de pêcheur. Pendant la première guerre mondiale, il s'engage pour 4 ans. Puis il travaille aux chemins de fer du Midi, à Narbonne, mais il est révoqué, vraisemblablement après les grèves de 1920. Il exercera alors divers métiers, électricien, maçon, etc. Anarchiste convaincu, il participe activement au groupe "Elisée Reclus" de Narbonne, et milite pour la création d'une Fédération anarchiste du Midi de la France. Propagandiste avéré, il organise de nombreux meetings où il diffuse la pensée libertaire au moyen de brochures. Il se présentera même à plusieurs reprises à des élections, mais en tant qu'anarchiste et abstentionniste, il se retirai avant le scrutin.
En septembre 1939, il est arrêté et interné avec d'autres libertaires dans le camp de Saint-Sulpice-la-Pointe dans le Tarn, où il restera jusqu'en octobre 1941.

 

 

 

Le 1er août 1919, naissance d'Alexandre Metodiev NAKOV, à Kosatcha (Bulgarie).
Militant anarchiste et espérantiste bulgare.
D'abord agriculteur, il travaille ensuite comme ouvrier ajusteur dans les mines de Pernik. En 1937, il s'engage dans l'action militante et prend part à la création d'un groupe anarchiste. En 1941, il est arrêté avec cinq autres compagnons; ils sont condamnés à des peines de prison allant de 6 à 8 ans.
Libéré après 3 ans de réclusion, il poursuit son activité avec la création, fin 1944, du groupe "Elisée Reclus". L'Union Anarchiste du sud-ouest bulgare le désigne comme responsable de l'organisation. Mais, après la prise du pouvoir par les communistes, la répression s'abat sur le mouvement anarchiste qui est mis hors la loi. En décembre 1948, Nakov est arrêté avec plus de 600 anarchistes et envoyé dans un camp de travail et de rééducation. Toujours fidèle à ses idées, malgré les mauvais traitements, il est libéré le 10 août 1953. Il reprend aussitôt son militantisme anarchiste et espérantiste, s'opposant au pouvoir en place et pratiquant l'entraide avec les compagnons malgré une surveillance policière constante.
Cette petite biographie est d'ailleurs un condensé d'une fiche de la police politique bulgare publiée par la revue "l'Arc" en 1984.

 

Jeanne Humbert

Jeanne Humbert

Le 1er août 1986, mort de Jeanne HUMBERT (Rigaudin, de son nom de naissance).
Militante anarchiste, pacifiste, néo-malthusienne et naturiste.
Elle naît le 24 janvier 1890 à Romans (Drôme), influencée très jeune par l'anarchiste Auguste Delalé (compagnon de sa mère), elle adhère à l'idéal libertaire. Sa rencontre avec Eugène Humbert sera déterminante pour son action en faveur de la libre maternité et de l'émancipation féminine. Le 15 avril 1908, Eugène lance le journal néo-malthusien "Génération consciente". Jeanne en devient une active collaboratrice. Elle donne également de nombreux articles dans la presse libertaire et pacifiste. Mais la propagande néo-malthusienne se heurte à la répression, et Eugène effectue plusieurs séjours en prison. Lorsque éclate la guerre en 1914, il se réfugie à Barcelone, Jeanne l'y rejoint. Après leur retour en France en 1919, Eugène est arrêté et condamné à 5 ans de prison.
Le 5 novembre 1921, en vertu des nouvelles lois (votées en 1920) pour réprimer la propagande anti-nataliste, Jeanne et Eugène sont condamnées chacun à deux ans de prison et à 3000 francs d'amende.
Incarcérée à la prison de St Lazare, Jeanne est libérée le 30 juillet 1922. Eugène ne le sera qu'en février 1924. Ils poursuivent alors leurs actions pour la libre maternité mais aussi dans le mouvement naturiste, dont Jeanne s'inspire pour écrire en 1928, le roman "En pleine vie". Avec Eugène, elle participe à la création de la section française de la "Ligue mondiale pour la Réforme sexuelle", et à partir du 1er mai 1931, ils publient le journal "La Grande Réforme". En 1932, elle adhère à la "Ligue Internationale des Combattants de la Paix". En 1934, elle est à nouveau condamnée pour propagande néo-malthusienne à trois mois de prison, mais elle est graciée, suite à la mobilisation d'amis écrivains et intellectuels. L'acharnement judiciaire et la guerre lui enlève Eugène, elle n'en poursuivra pas moins son militantisme après la libération en republiant "La Grande Réforme" jusqu'en 1949.
Elle est l'auteur de plusieurs biographies, dont celle d'Eugène Humbert (1947) et de son filleul laïque Jean Vigo, ainsi que des brochures contre la guerre (1933), où plus tard sur "Les problèmes du couple"(1982), etc.
De Roger-Henri Guerrand et Francis Ronsin lire : "Le sexe apprivoisé"(1990), réédité en 2001 avec le titre "Jeanne Humbert et la lutte pour le contrôle des naissances".

Le réalisateur Bernard Baissat lui à consacré un film en 1981 : Ecoutez Jeanne Humbert.

prison Saint Lazare

Paris - Pénitencier Saint-Lazare (où Jeanne Humbert et avant elle Louise Michel ont été emprisonnées).

 

 

Le 1er août 1885, naissance de Pierre MUALDES

 

Le 1er août 1902, naissance le Lola ITURBE

 

Le 1er août 1907, naissance d'Angelo SBARDELLOTTO

 

Le 1er août 1941, naissance d'Etienne RODA GIL


fil chouette

 

journal la federacion

En-tête du numéro 135 du 17 mars 1872

Le 1er août 1869, sortie à Barcelone (Catalogne) du premier numéro de l'hebdomadaire "La Federación". Crée par Rafael Farga Pellicer. Le journal, d'abord républicain fédéraliste, deviendra à partir du 24 juillet 1870 l'organe de la Fédération barcelonaise de l'Association Internationale des Travailleurs (bakouniniste). Il est en fait à l'époque le premier et le plus important périodique de l'Internationale.
Victime du pronunciamento militaire de Pavía, le journal s'arrêtera début 1874 à son 229ème numéro.
Les lettres du titre sont remplies des mots: "Liberté , Coopération, Solidarité, Travail, Rationnalisme, Sciences, Arts, Histoire, Justice, Morale, Vérité, Persévérence, Internationaux, Progrès, Droits, Devoirs, Réciprocité."

 

 

fil chouette

 

der anarchist

En-tête du numéro du 15 juillet 1893 (publié à New York)

Le 1er août 1889, sortie à St-Louis (USA) du premier numéro de "Der Anarchist" journal anarchiste-communiste" en langue allemande, publié par Claus Timmermann. En 1891, il est édité à New York et ce jusqu'en 1895; Emma Goldman collaborera au journal.

 

 

fil chouette

 

journal "De Roode duivel"

En-tête du numéro 13 (deuxième année) du 23 octobre 1893

Le 1er août 1892, à Amsterdam (Pays-Bas), sortie du premier numéro du journal "De Roode Duivel" (Le Diable Rouge), hebdomadaire humoristique et satirique publié par Louis M. Hermans, qui est également le rédacteur et l'illustrateur de cette publication qui sortira jusqu'au 13 décembre 1897. A noter que Louis M. Hermans sera condamné à plusieurs reprises pour ses articles sur la famille royale.
Epigraphe : "Ontmaskering! geen genade !" - "Tegen troon, tegen beurs, tegen altaar !" ( Démasqué ! Aucune pitié !) - (Contre le Trône, contre la Bourse, contre l'Autel !)

 

 

fil chouette

 

journal l'ami des ouvriers

En-tête du numéro 6 (deuxième année) du 15 janviers 1896

Le 1er août 1894, sortie à Hastings (Pennsylvanie, USA) du premier numéro du journal "L'Ami des Ouvriers". Mensuel, d'abord sous titré "Organe des travailleurs de langue française aux Etats-Unis", il sera ensuite publié à Charleroi (Pa). Le journal se veut une tribune libre où tous les ouvriers sont invités à exprimer leurs idées. Vingt-sept numéros et deux suppléments paraîtront jusqu'au 30 mai 1896.

 

 

 fl zig

 

 frank little

Frank Little
(Collection Labadie, Université du Michigan)

Dans la nuit du 1er août 1917, à Butte (Montana), le wobbly (militant syndical de l'I.W.W) Frank LITTLE, qui est un des leaders de la grève des mineurs, est lynché par des tueurs à la solde du patronnat. Traîné sur plusieurs kilomètres à l'arrière d'une voiture, il est finalement pendu avec une pancarte où figure en guise d'avertissement les noms des prochaines victimes.

 

 

fil chouette

 

culmine

En-tête du numéro 29 du 20 octobre 1927

le 1er août 1925, sortie à Buenos Aires du premier numéro de la revue anarchiste "Culmine" (Sommet). D'abord mensuel en langue italienne publié par Severino Di Giovanni, cette publication aura ensuite une périodicité et une forme variées, avant de disparaître en 1928, après 33 numéros parus.

 

 

 fil yeux

 

Le 1er août 1958, à Londres, clôture d'un Congrès Anarchiste International qui se tenait dans la capitale anglaise depuis le 25 juillet. Les anarchites André Prudhommeaux et Clément Fournier en sont les délégués pour la "Fédération anarchiste française".

 

demi soleil