boite de la Commune de Paris

Boite décorée d'une barricade de la "Commune de Paris".

Ephéméride Anarchiste

19 mars

 

Ferdinand Gambon

Ferdinand Gambon

Le 19 mars 1820, naissance de Charles Ferdinand GAMBON à Bourges.
Avocat puis magistrat, d'abord républicain modéré, il devient socialiste révolutionnaire puis anarchiste et pacifiste.
Elu du peuple après la révolution de 1848, il est arrêté dès 1849 pour son hostilité au futur empereur, et emprisonné à Belle-Ile en mer, puis en Corse, jusqu'en 1859. Par la suite, ne reconnaissant pas l'Empire, il refuse d'acquitter l'impôt. Il adhère à l'Internationale et participe à la fédération des sociétés ouvrières. Le 26 mars 1871, il est élu membre de la Commune de Paris. Désigné à la fonction de procureur, il refuse le poste, trop conscient des méfaits de la justice et de la prison. Il est partisan d'aider au soulèvement des villes de province, dans le but de former une grande fédération des communes. Présent sur les dernières barricades, le 28 mai, il parvient pourtant à échapper aux massacres et se réfugie en Suisse. Il devient propagandiste anarchiste et milite à la Fédération Jurassienne. A son retour en France,en 1880, il prend part au mouvement anarchiste aux côtés de Louise Michel, sans rompre avec les socialistes révolutionnaires (il sera même élu député en 1882!). Il défendra les anarchistes lyonnais emprisonnés lors du procès de 1883. Il est l'auteur, dans "Le cri du peuple", du célèbre slogan pacifiste "Guerre à la guerre". Il meurt le 16 septembre 1887.

 

Charles Benoit

Charles Benoit
(photo tirée du livre de Carole Reynaud-Paligot "Les Temps Nouveaux"

Le 19 mars 1950, mort de Charles BENOIT, à Paris (né le 24 mars 1878, à Rouen).
Militant socialiste révolutionnaire, puis anarchiste.
En 1902, à Rouen, il est poursuivi pour avoir organisé une conférence sur l'antimilitarisme. C'est en venant à Paris qu'il rencontre les anarchistes, et plus particulièrement Jean Grave et son journal "Les Temps Nouveaux", auquel il apporte son aide. Puis il crée un groupe de "propagande par la brochure" , et s'occupe activement de la diffusion des brochures éditées par "Les Temps Nouveaux" (Ces fascicules très peu cher -voire gratuit- étaient un excellent moyen de propagande). Pendant la première guerre mondiale, Charles Benoît prit position contre jean Grave et le "Manifeste des 16", en publiant "La paix par les Peuples". Il milita également à "la ligue des droits de l'homme".

 

 

fil yeux

 

affiche anniversaire de la Commune de Paris à Londres en 1890

Affiche de la Socialist League (Ligue Socialiste) pour fêter
l'anniversaire de la proclamation de la Commune de Paris (doc. IISG Amsterdam)

Le 19 mars 1890, à Londres, se tient au South Place Institute, un meeting pour commémorer la proclamation de la Commune de Paris. Les intervenants annoncés du meeting sont John Turner, H.H. Sparling, C. W. Mowbray, D. J. Nicoll, W. Morris, E. Malatesta, P. Kropotkine, R. B. Cunninghame Graham, M.P., B. Feigenbaum et Edward et Eleanor Marx Aveling. L'affiche précise que des chants révolutionnaires seront chantés lors de la soirée.
"Travailleurs du monde entier Unissez vous pour la Célébration des efforts héroiques faits par la Commune en vue de l'émancipation du travail."

 

 

fil

 

journal argentin voz de la cnt

En-tête du numéro 4 de juin 1958 (doc. Cira de Lausanne)

En mars 1958, sortie à Buenos-Aires du premier numéro du mensuel "La Voz de la CNT-AIT" (La Voix de la CNT) Organe de la CNT espagnole en exil. Bulletin interne des réfugiés cénétistes en Argentine dont le directeur est Teodoro Monge.
Epigraphes : "L'anarchie est la plus haute expression de l'ordre."(Elisée Reclus) et "L'émancipation des travailleurs sera l'oeuvre des travailleurs eux-mêmes."