arrestation bande à Bonnot

Arrestation d'un membre de la bande à Bonnot d'après un dessin de J.-P. Ducret

Ephéméride Anarchiste

28 février

 Antoine Cyvoct en 1883

Antoine Cyvoct en novembre 1883

Le 28 février 1861, naissance d'Antoine CYVOCT.
Militant anarchiste lyonnais injustement condamné.
En 1882, il collabore au journal "Le Droit Social" et est un temps gérant du journal "L'Etendard Révolutionnaire". Soupçonné à tort d'être l'auteur de l'attentat contre le restaurant du théâtre Bellecour à Lyon dans la nuit du 22 au 23 octobre 1882. Il est également impliqué dans le "procès des 66" et condamné à 5 ans de prison par contumace (il s'était réfugié en Suisse, puis en Belgique). Le 23 février 1883, il est mêlé à l'explosion accidentelle d'une bombe à Ganshoren (Belgique). Arrêté, il est condamné dans un premier temps à trois mois de prison pour fausse indentité, puis extradé vers la France en juillet 1883. Le 30 août 1883, il comparaît une première fois devant la cour d'assises du Rhône. Il déclare qu'il n'était pas à Lyon à la date de l'attentat et qu'il n'est pas l'auteur de l'article "Un bouge" publié dans "Le Droit Social" censé avoir incité l'attentat, mais s'oppose à la demande de son avocat Maître Minard (un membre réactionnaire du Conseil municipal de Lyon) qui demande son expertise médicale.
Le 12 décembre 1883, il repasse devant la cour d'assises du Rhône, il a choisi cette fois l'avocat socialiste Georges Laguerre qui a déjà défendu les anarchistes, mais celui-ci n'ayant que très sommairement étudié le dossier fait une médiocre plaidoirie. Antoine Cyvoct est alors condamné à mort bien que sa responsabilité ne soit pas prouvée. Le 22 février 1884, sa peine sera commuée en travaux forcés à perpétuité et Cyvoct est envoyé au bagne de l'île Nou en Nouvelle-Calédonie.
Il passera les dernières annés de sa détention comme employé à la pharmacie du bagne.
En 1895 une campagne est menée par les anarchistes pour obtenir sa libération, elle aboutira à son amnistie en mars 1898. De retour à Paris, il se présente aux élections législatives dans un but uniquement protestataire, destiné à "Attirer l'attention sur le cas des anarchistes restés au bagne". A partir de 1904, il tentera de faire reconnaître son innocence au cour de quatre procédures en révision de son procès qui n'aboutiront pas, alors que le véritable auteur de l'article incriminé était pourtant connu depuis longtemps.
Il travaille ensuite comme représentant en librairie, et donnera des conférences dans les milieux anarchistes sur les conditions de vie au bagne.
Il meurt oublié et dans la misère le 5 avril 1930.

 

 

fil zig

 

 

Le 28 février 1916, à Londres, alors que la première guerre mondiale ravage l'Europe, est signé à l'initiative de Jean Grave et de Pierre Kropotkine le "Manifeste des 16". Contrairement à l'idéal libertaire de fraternité entre les peuple et d'antimilitarisme, ce texte prend publiquement parti pour le camp des Alliés et contre l’agression allemande. Le manifeste fonde son analyse de la situation sur la conviction que l'Allemagne était l'agresseur et que, en outre, sa victoire dans la guerre en cours représenterait le triomphe du militarisme et de l'autoritarisme en Europe. Selon leur schéma l'Allemagne était le bastion de l'étatisme, la France la patrie de la Révolution, c'est pourquoi la victoire de l'Allemagne entraverait le développement des idées libertaires et la marche vers une société fédéraliste et décentralisée en Europe.
"Parler de paix, tant que le parti (pangermaniste) qui, pendant quarante-cinq ans, a fait de l'Europe un vaste camp retranché, est à même de dicter ses conditions, serait l'erreur la plus désartreuse que l'on puisse commettre. Résister et faire échouer ses plans, c'est préparer la voie à la population allemande, restée saine, et lui donner les moyens de se débarasser de ce parti."

Voici la liste des signataires, ils n'étaient en fait que 15, (une localité algérienne ayant été prise pour un nom de personne) :
Christian Cornelissen - Henri Fuss - Jean Grave - Jacques Guérin - Pierre Kropotkine - Charles-Ange Laisant - François Le Levé - Charles Malato - Jules Moineau - Antoine Orfila - (Hussein Dey, signature mal interprétée) - Marc Pierrot - Paul Reclus - Ph. Richard - Ishikawa Sanshiro et Warlaam Tcherkesoff.
Outre Pierre Kropotkine et Jean Grave, ce manifeste comportait des personnalités influentes. Il sera publié en France le 14 mars 1916 dans le journal "La Bataille Syndicaliste" qui était devenu l'organe des militants ouvriers ralliés à "l'Union sacrée".
Ainsi, on peut constater que le virus patriotique n'épargna pas tous les anarchistes et que des militants, et non des moindres, apportèrent leur caution aux massacres décidés par les bourgeoisies nationales. Ce manifeste sema durablement le trouble et la désunion avec les compagnons restés fidèles à leurs idéaux, comme ceux qui avaient, en février 1915, signé le manifeste "L'Internationale anarchiste et la guerre"dont Errico Malatesta.

En avril 1916, afin de contrecarrer l’impression que venait de produire le "Manifeste des 16" dans les milieux libertaires et pour se situer vis-à-vis de ceux qui venaient en le signant, d’adhérer à la Guerre du Droit, des militants réfugiés à Londres, publièrent une protestation intitulée : "Déclaration anarchiste", signée du "Groupe International Anarchiste".
"Nous autres, qui avons conscience d’être demeurés dans la ligne droite d’un anarchisme dont la vérité ne peut avoir changé du fait de cette guerre, guerre prévue depuis longtemps, et qui n’est que la manifestation suprême de ces maux que sont l’État et le Capitalisme, nous tenons à nous désolidariser d’avec ces ex-camarades, qui ont abandonné leurs idées, nos idées, dans une circonstance où, plus que jamais, il était nécessaire de les proclamer haut et ferme."

 

monument aux morts de Péronne

"La Picarde maudissant la guerre", monument aux morts de Péronne (dép. de la Somme).
Oeuvre du sculpteur Paul Auban.




 fil yeux

 

 

marin de kronstadt 

Marin de Kronstadt, dessin de Clifford Harper

Le 28 février 1921, début de la révolte des marins de Kronstadt qui s'insurgent contre le pouvoir des commissaires bolchéviques et contre la pénurie de nourriture et de denrées diverses. Les marins, fers de lance de la révolution russe, se prononcent pour des "Soviets libres", dégagés de la tutelle politique des commissaires. Dès janvier 1921, 5000 marins avaient démissionné du parti communiste. Au mouvement pour de meilleures conditions de vie, se mêleront de fortes aspirations libertaires.
Voir : 5 mars ; 7 mars ; 8 mars ; 9 mars ; 10 mars ; 11 mars ; 16 mars ; 17 mars

 

 

 

 fil zig


Les 27 et 28 février 1921, à Florence (Italie), dans un contexte exacerbé par la montée du fascisme, des affrontements particulièrement graves se produisent avec les fascistes, et causent la mort de deux cheminots: Gino Mugnai et Spartaco Lavagnini. Les fascistes tenteront ensuite de pénéter dans le quartier de San Frediano, ils se heurtent alors à une forte résistance des militants radicaux et de la population qui se retranche derrière une barricade.
A Certaldo (près de Florence), l'anarchiste Ferruccio Scarselli, meurt déchiqueté par un bombe durant un affrontement, tandis qu'à La Spezia c'est l'anarchiste Uliviero qui est tué par la police. Dans le même temps à Trieste, la Bourse du travail est incendiée.
Le 1er mars, en réponse aux violences fascistes, une grève générale est déclenchée à Trieste et à Florence, ville où de nouveaux heurts se produiront. Ils causeront la mort de plus de 20 personnes et feront plus d'une centaine de blessés.

 

 

fil chouette

 

journal uruguayen "Proa"

En-tête du numéro 6 de février 1950 (doc. Mundaneum, Mons, Belgique)

En février 1950, sortie à Montevideo (Uruguay) du numéro 6 du journal mensuel "Proa" (La Proue). Organe de la Fédération ouvrière autonome de la construction et réparation navales.
Epigraphe : "Une offense faite à un est une offense faite à tous"

 

 

 

fil bombe 



Le 28 février 1970, à Paris, des bombes explosent contre les sièges de la Banque de Bilbao et de la Renfe (Chemin de fer espagnol). Deux objectifs visés par des activistes du groupe anarchiste international "The Angry Brigade" qui, par ces actions, veulent attirer l'attention sur la répression franquiste.