l'homme et la terre  d'Elisée Reclus en espagnol

Couverture de "L'Homme et la Terre" d'Elisée Reclus en espagnol
(ouvrage traduit par Anselmo Lorenzo et publié par "L'Escuela Moderna" de Barcelone

Ephéméride Anarchiste

15 mars 

 

Elisée Reclus

Elisée Reclus
(photo Nadar)

Le 15 mars 1830, naissance d'Elisée (Jacques-Elisée) RECLUS à Sainte-Foy-la-Grande (Gironde).
Géographe reconnu, penseur et militant, figure importante de l'anarchisme.
Quatrième fils d'un pasteur protestant qui aura 17 enfants (dont 3 ne survivront pas), Elisée Reclus est élevé par ses grands-parents maternels.
En 1838, il retrouve ses parents à Orthez (Pyrénées-Atlantiques). En 1843, son père qui le destine à être pasteur l'envoie rejoindre son frère Elie à Neuwied en Prusse, dans un collège des Frères Moraves.
Il y apprend l'allemand, l'anglais, le néerlandais et le latin, mais supportant mal l'enseignement religieux il rentre à Orthez en 1844 (à 14 ans) en passant par la Belgique. Il est ensuite placé chez une soeur de sa mère à Sainte-Foy où il suit les cours du collège protestant et obtient son baccalauréat en 1848. Etudiant avec Elie à la Faculté de théologie protestante de Montauban, en 1850, ils fuguent ensemble à pied jusqu'à la Méditerranée, et sont exclus de la Faculté à leur retour. Elisée retourne à Neuwied où il travaille comme maître répétiteur. En 1851, il va à Berlin, il y vit en donnant des leçons de français, tout en suivant les cours du célèbre géographe Karl Ritter. Il rentre ensuite (à pied) avec Elie jusqu'à Orthez.
Lors du coup d'Etat de Louis-Napoléon Bonaparte (2 décembre 1851), les deux frères manifestent leurs sentiments républicains, mais échappent à une arrestation en partant pour Angleterre où ils arrivent le 1er janvier 1852. Elie trouve ensuite un emploi en Irlande où Elisée le rejoint. Fin 1852, Elisée part pour l'Amérique et débarque en Louisiane où il vit en effectuant divers métiers avant de trouver une place de précepteur dans une famille de planteurs. Il gagne ensuite la Nouvelle-Grenade (Colombie) où il tente sans succès de créer une exploitation agricole. Gravement malade, il rentre en France durant l'été 1857. Il donne des cours de langues et entre à la Société de Géographie.
Le 14 décembre 1858, il se marie civilement avec Clarisse Brian, et s'installe avec Elie et sa compagne Noémie dans un appartement parisien. En 1859, il voyage en Allemagne du Nord puis en Suisse et collabore à la "Revue des Deux-Mondes" qui publie ses récits de voyage en Amérique. Il se déplace ensuite à travers l'Europe pour les éditions Hachette qui le chargent de rédiger des guides pour voyageurs. Sa compagne Clarisse donne naissance à deux filles : Magali (1860) et Jeannie (1863). En 1862 Elisée assiste à l'Exposition universelle de Londres. Le 1er octobre 1863, les deux frères et quelques amis fondent une banque coopérative : "la société du Crédit au Travail" pour aider à la création de sociétés ouvrières (elle fera faillite en 1868). Le 28 septembre 1864, "l'Association Internationale des Travailleurs"(AIT) est créée à Londres, Elisée et Elie adhèrent à la section parisienne des Batignolles. En novembre, ils rencontrent Bakounine à Paris, l'entente est immédiate et les deux frères adhèrent à la "Fraternité internationale", société secrète créée par Bakounine. En 1865, Elisée revoit ce dernier à Florence lors d'un séjour en Italie et en Sicile.
En septembre 1867, il assiste au deuxième congrès de l'AIT à Lausanne et au premier congrès de la "Ligue internationale de la Paix et de la Liberté" à Genève. Début 1868, paraît le premier volume de "La Terre" qui est un succès et lui vaut d'être reconnu comme un grand géographe. En septembre 1868, il assiste à Berne au 2e congrès de "La Ligue de la Paix et de la Liberté", il y fait profession d'anarchisme. Le 22 février 1869, Clarisse meurt après avoir donné naissance à une troisième fille (qui ne vivra pas). Durant l'été 1869, Elisée assiste à Londres à une séance du Conseil général de l'Internationale. Le 12 janvier 1870, il prend part à la manifestation lors des funérailles de Victor Noir. En mai, lors d'une réunion familiale, il s'unit librement à Fanny Lherminez. Après la chute de l'Empire (4 septembre 1870) Élisée s’engage dans la Garde nationale, puis rejoint ensuite le bataillon des aérostiers, aux côtés de son ami le photographe Nadar. En décembre il participe avec Elie, André Léo et Benoît Malon à la création de "La République des travailleurs" organe des sections des Batignolles et des Ternes de l'AIT. En février 1871, il figure parmi les candidats aux élections législatives. Il participe, le 28 mars 1871, à la proclamation de la Commune. Mais le 4 avril 1871, lors d'une sortie de son bataillon à Châtillon, il est fait prisonnier par les Versaillais. Il est emprisonné à Quélern, puis à l’île de Trébéron (rade de Brest), et enfin ramené à Versailles pour y être jugé. Le 15 novembre 1871, il est condamné à la déportation simple en Nouvelle-Calédonie. Mais, grâce au soutien de la communauté scientifique internationale, sa peine est commuée, le 3 février 1872, en dix ans de bannissement.
Le 14 mars 1872, il rejoint Elie en Suisse, à Zurich, rend visite à Bakounine et s'installe avec sa famille au bord du lac de Lugano et commence la rédaction de son grand ouvrage "La Nouvelle Géographie universelle" qui l'occupera jusqu'à la fin de l'année 1893.
Il assiste au "Congrès de la Paix" de septembre 1872, à Lugano. En 1873, il voyage en Autriche, mais en février 1874 sa deuxième compagne Fanny meurt en couches. Elisée et ses filles s'installent à la Tour-de-Peilz (près de Vevey), il participe activement à la Fédération Jurassienne. En octobre 1875, il épouse Ermance Tringant-Beaumont, le couple se fixe ensuite à Clarens où il séjournera jusqu'en 1891. En juillet 1876, Elisée prononce un discours lors de l'enterrement de Bakounine à Berne. En 1877, il rencontre Pierre Kropotkine, qui devient son ami et qu'il remplacera ensuite à la tête du journal "Le Révolté"(lorsque Kropotkine sera emprisonné). Il continue à voyager notamment en Amérique du Nord et du Sud et en Algérie. En mars 1879, Elisée est amnistié pour les faits de la Commune. En octobre 1880, il prend part au Congrès de la Fédération jurassienne de La Chaux-de-Fonds.
Il effectuera jusqu'à la fin de sa vie de nombreux voyages à travers le monde. Le 8 novembre 1887, il assiste à Paris à l'enterrement d'Eugène Pottier. Début 1891, Élisée et sa famille sont de retour en France, ils s'installent à Sèvres. Début 1892, "la Société de Géographie" lui décerne la médaille d'or, alors que Ravachol inaugure l'ère des attentats anarchistes. En février 1893, il se rend à Florence pour soutenir des anarchistes italiens en procès pour avoir traduit en italien son ouvrage "L'Evolution et la Révolution". En 1894, alors que sont votés en France "les lois scélérates" Elisée accepte une chaire de géographie à l'Université libre de Bruxelles, mais celle-ci lui est ensuite refusée.
Il ne renonce pas, et c'est sous son impulsion qu'une "Université Nouvelle" est créée, il y enseignera à partir d'octobre 1894. En 1898, il créera un Institut géographique. Il vit alors à Ixelles (près de Bruxelles) où il est rejoint par Elie et une soeur Louise, qui lui servira de secrétaire. Il fondera également une société d'édition de cartes géographiques (qui fera faillite en 1904).
En janvier 1904, il termine le manuscrit de "L'Homme et la Terre", mais son frère Elie meurt en février de maladie. Il décède à son tour l'année suivante d'une crise cardiaque dans la nuit du 3 au 4 juillet 1905 à Torhout (près de Bruges). Le 6 juillet 1905, il est inhumé au cimetière d'Ixelles.
Auteur prolifique, Elisée Reclus a participé à de nombreuses revues de géographie et de journaux plus spécifiquement engagés comme : "Le Révolté", "L'Insurgé", "Le Cri du Peuple", etc. Il est l'auteur de nombreux ouvrages comme : "La Terre"(2 volumes), "La Géographie Universelle"(19 volumes), et "L'Homme et la Terre"(6 volumes), ouvrage de géopolitique dans lequel il analyse le rapport de l'homme et de son environnement (qui ne sortira qu'après sa mort, édité par son neveu Paul Reclus). Il a abordé la théorie anarchiste dans "L'Evolution et la Révolution".

"Celui qui commande se déprave, celui qui obéit se rapetisse. La morale qui naît de la hiérarchie sociale est forcément corrompue."
Elisée Reclus

 

Jean Meckert

Jean Meckert

Le 15 mars 1995, mort de Jean MECKERT dit Jean ou John AMILA. Né le 24 novembre 1910 à Paris.
Ecrivain libertaire et antimilitariste.
Il exerce de nombreux petits métiers avant de se consacrer à la littérature. Son premier roman "Les coups" (1941) sera remarqué par Gide et Queneau. Tout comme dans ses romans suivant, il y met en scène des gens ordinaires aux prises aux difficultés de la société. En 1950, à la demande de Marcel Duhamel, il se lance, sous le pseudonyme de John Amila, dans la littérature policière. Une vingtaine de romans verront le jour dans la "Série Noire", dont les plus marquants sont "La lune d'Omaha", "Noces de soufre", "Pitié pour les rats (1964), "Le boucher des Hurlus" (1982), etc. En 1971, "La vierge et le taureau",roman écrit après un séjour à Tahiti, dénonce les méfaits militaires (expériences atomiques et bactériologiques). Cela lui vaudra une agression : laissé pour mort, il en conservera une longue amnésie. Ses livres sont tous empreint d'un esprit libertaire et antimilitariste.

"Je ne sais pas si je suis anarchiste, mais j'en ai les idées. Mon père était un anarchiste, il a déserté en 14-18. (...)"
(in "le Monde Libertaire" du 3 décembre 1987)

 

 

Le 15 mars 1891, naissance d'Aldino FELICANI

 

Le 15 mars 1908, naissance de José PEIRATS VALLS

 

Le 15 mars 1966, mort de Jean BISO

 

Le 15 mars 1971, mort de Louis LOUVET

 

Le 15 mars 1980, mort d'Hélio OITICICA

 

 

fil chouette

 

journal belge "L'Insurgé" de 1885

En-tête du numéro 3 du 29 mars au 5 avril 1885 (doc. Mundaneum, Mons, Belgique)

Le 15 mars 1885, sortie à Bruxelles du premier numéro de "L'Insurgé" sous-titré " Organe Communiste-Anarchiste" à partir du numéro 6 d'avril 1885. Le rédacteur en chef est Lucien Pemjean. Le dernier numéro (le 9) sortira daté du 10 au 17 mai 1885.
Le titre sera repris à plusieurs reprises tant en Belgique, en 1896 et en 1903, qu'en France.

 

 

 

fil chouette

 

journal belge "La Question sociale"

En-tête du numéro 5 du 15 juillet au 15 août 1890 (doc. Mundaneum, Mons, Belgique)

journal "La Question sociale" de 1891

En-tête du numéro 7 (deuxième série) du 10 octobre 1891 (doc. Mundaneum, Mons, Belgique)

En (le 15?) mars 1890, sortie à Ixelles (Bruxelles) du premier numéro du journal "La Question Sociale" Revue mensuelle de sociologie anarchiste, publié par Octave Berger, puis A. Manceau. Il y aura une deuxième serie de ce journal qui commencera en 1891, puis une troisième en 1897.

 

 

 

fil bombe

 

interieur de la caserne après l'attentat

Vue des dégâts produits à l'intérieur de la Caserne par l'explosion

Le 15 mars 1892, à Paris, une bombe explose à la Caserne Lobau, elle ne fait que des dégâts matériels. Même si l'auteur de cet attentat ne sera jamais identifié, cette explosion intervient entre les deux attentats de Ravachol le 11 mars 1892, Bd St-Germain, et le 27 mars, rue de Clichy.

 

 

fil bombe 

 

explosion de la Madeleine 

L'explosion prématurée de la bombe de Pauwels

Le 15 mars 1894, à Paris. Attentat à l'église de la Madeleine. L'anarchiste belge Désiré Joseph PAUWELS y trouve la mort (la bombe en sa possession explose prématurément au moment où il ouvre la porte à tambour). Pauwels est également soupçonné d'avoir déposé les bombes du 20 février 1894, rue Saint-Jacques et rue du Faubourg Saint-Martin. Il aurait utilisé pour cela les bombes fabriquées par Emile Henry .

 

 

fil chouette

 

journal "L'Entr'aide"

En-tête du premier numéro

Le 15 mars 1907, à Lille (Nord), sortie du premier numéro du journal "L'Entr'aide". Critique et Éducation - Sciences sociales. Mensuel qui aurait été publié par Paraf-Javal, articles de ce dernier, de Raoul Vogt, de Jean Grave, etc. Edouard Haze est le responsable de cette publication qui n'aurait eu qu'un seul numéro.
Epigraphes : "De chacun selon ses forces A chacun selon ses besoins" et "Faisons des moeurs et ne faisons plus de lois".

 

 

 

 fil chouette

 



En-tête du numéro du 15 février 1919

Le 15 mars 1918, sortie du journal bimensuel "la Mêlée" Libertaire - individualiste - éclectique. Le journal fait suite à "pendant la mêlée" et à "par delà la mêlée" (journaux publiés pendant la guerre). L'administrateur et gérant en est Pierre Chardon. Le journal s'arrêtera en février 1920. "L'Un" puis "Un" lui succèderont.
"L'anarchisme n'est pas une question de classes, il relève de tout individu - ouvrier ou non - à qui la liberté est chère ". Epigraphe

 

 

 

fil chouette

 

journal "La Jeunesse anarchiste" n1

En-tête du premier numéro (doc. CIRA Marseille)

 

Le 15 mars 1921, sortie à Bagnolet (Seine-St-Denis) du premier numéro du mensuel "La Jeunesse Anarchiste" Organe de la Fédération des Jeunesses Anarchistes. La rédaction et l'adminstration du journal sera assurée par André Leroy puis par Gustave Bouvet, René Barril et Vaillant. Le journal s'arrêtera en 1922 après 12 numéros. Un journal portant ce titre sera repris à Paris après-guerre, en 1946-47.
Epigraphe : "Ni dieu Ni maître
"
A ne pas confondre avec le journal "Jeunesse Anarchiste" publié entre 1946 et 1947.

 

 

fil chouette

 

plus loin affiche

Affiche de promotion de la revue

revue "Plus Loin" de mai 1935

En-tête du numéro 121 de mai 1935

Le 15 mars 1925, sortie à Paris du premier numéro de la revue crée par le Dr Pierrot et Paul Reclus "Plus Loin". Cette importante revue mensuelle, gérée par Charles Desplanques puis par Lucien Haussard, publiera jusqu'à la déclaration de guerre (1939) 169 numéros. En 1946 le titre réapparaîtra pour seulement deux numéros.

 

 

 

fil chouette

 

couverture broch "Causeries populaires"

Couverture du premier numéro

Le 15 mars 1931, à Paris, sortie du premier numéro de "Publications des Causeries Populaires" complément du Bulletin mensuel "Les Causeries Populaires" (dont le premier numéro est paru en février 1931). Publication de Louis Louvet reprenant les textes des conférences données par les orateurs anarchistes. Dans ce premier numéro, la conférence d'E. Armand donnée le 28 janvier 1931 "Aux Causeries Populaires" 10, rue Lancry, à Paris, ayant pour thème : Peut-on encore croire en Dieu ? Peut-on encore croire en quelque chose ?
Quatre numéros auraient vu le jour.

 

 

demi soleil