dessin de jacques tardi  espagne 36 pour le monde libertaire

"Espagne 1936", dessin de Jacques Tardi
pour la couverture du "Monde Libertaire" été 2006.

Ephéméride Anarchiste

20 juillet

 

Ida Mett

Ida Mett
vers 1938

Le 20 juillet 1901, naissance d'Ida GILMAN, dite Ida METT, à Smorgone (Russie).
Militante anarchiste et syndicaliste révolutionnaire.
Ses parents, marchands d'étoffes de la communauté juive, lui permettent de faire des études de médecine. Arrêtée pour activités subversives, elle parvient à s'enfuir et à quitter la Russie. Après un séjour de deux ans en Pologne, elle arrive à Paris en 1926. Elle y rencontre Voline et Archinoff ainsi que Nicolas Lazarévitch qui devient son compagnon. Le groupe édite le journal "Dielo Trouda"(L'Oeuvre du Travail). En 1928, Ida et Nicolas se séparent du groupe, et organisent des campagnes d'information sur les réalités de la classe ouvrière en Russie soviétique.
Ils éditent le journal "La Libération syndicale", mais sont expulsés de France, le 25 novembre 1928. Réfugiée en Belgique, avec son compagnon, elle poursuit ses études de médecine ainsi que son action militante. La rencontre d'Ascaso et Durruti les amènent à partir en Espagne en 1931. De retour en Belgique, ils créent en 1933, avec Jean De Boë le journal "Le Réveil syndicaliste", mais subissent plusieurs condamnations pour leurs activités militantes. En 1936, ils sont de retour en France, elle est secrétaire du syndicat du gaz à la Bourse du travail.
Le 8 mai 1940, ils sont arrêtés et séparés, Ida est internée avec son fils au camp de Rieucros durant un an, puis grâce à Boris Souvarine, ils peuvent séjourner en résidence surveillée dans le Var. En 1848, elle travaille comme médecin, puis ensuite comme traductrice.
Elle meurt à Paris le 27 juin 1973.
Elle est l'auteur de plusieurs ouvrages dont :"La Commune de Cronstadt", "Souvenir sur Nestor Makhno" etc.

 

 

 

Le 20 juillet 1942, mort de Paolo ANTONINI au Maroc.
Militant anarchiste Italien.
Il est né à Civitavecchia, Italie. Il participe à la Révolution espagnole, mais après la défaite des troupes républicaines en 1939, il parvient à passer au Maroc. Par la suite, il tente avec plusieurs compagnons anarchistes de rejoindre Gibraltar, en s'emparant d'un chalutier, mais l'acte de piraterie échoue et il est arrêté.
Il meurt dans la prison de Casablanca, victime des mauvais traitements de ses geôliers (français).

 

Le 20 juillet 1868, naissance de Georges YVETOT

 

Le 20 juillet 1921, mort de Jacques LONG dit JACKLON

 

Le 20 juillet 1936, mort de Francisco ASCASO ABADIA

 

fil chouette

 

journal "La Rebelión" n° 1

En-tête du premier numéro

journal "La Rebelión" n16

En-tête du numéro 16 du 8 mars 1903 (doc. Mundaneum, Mons, Belgique)

Le 20 juillet 1902, à Montevideo (Uruguay), sortie du premier numéro du journal "La Rebelión" (La Rébellion), Périodique anarchiste qui sort quand il peut et fait appel à la souscription volontaire. Dix-sept numéros de cette publication sortiront jusqu'au 14 juin 1903. Correspondance à adresser à José Aquistapace, puis à partir du numéro 15 (février 1903), mention du directeur Perfecto Amor, puis Mariano Torres (sur le dernier numéro).

 

 

fil chouette

 

journal "Les Semailles" n1

En-tête du premier numéro en date du 20 juillet 1905

le 20 juillet 1905, à Bourges (dép. du Cher), sortie du premier numéro du Journal Anarchiste "Les Semailles" Publication d'Achille Legeret qui annonce une publication toutes les quinzaines, mais seuls trois numéros verront le jour, le dernier datée du 1er octobre 1905. Le gérant est A. Coudereau. En Une du premier numéro, un article de Sébastien Faure "Ce que nous voulons".
Epigraphes : "De chacun selon ses forces à chacun selon ses besoins. Voici la logique anarchiste." et "Tant que durera l'iniquité, nous anarchistes, communistes, nous resterons en état de révolution permanente."
Les deux premiers numéros sont consultables à cette adresse : http://archivesautonomies.org/spip.php?article76

 

 

journal allemand Die Direkte Aktion

En-tête du numéro 8 supplément de "Der Revolutionär" numéro 29
(coll. du CIRA de Lausanne)

Le 20 juillet 1907, parution à Berlin du numéro 8 (première année) du journal "Die direkte Aktion" (L'Action directe). Organe anarcho-syndicaliste, vendu en tant que supplément (à partir du n° 22 ) du journal hebdomadaire "Der Revolutionär" (Le Révolutionaire), qui était l'organe de la Fédération anarchiste allemande (publié depuis juin 1905). Le n° 29 de 1907 de "Der Revolutionär" et son supplément "Die direkte Aktion" n° 8) seront frappés d'interdiction à cause d'un article de Léon Tolstoï traitant de l'antimilitarisme. Victime d'une farouche répression, de nombreux numéros du journal seront saisis (44 interdictions entre 1905 et 1909); à la fin de 1907, six rédacteurs du journal se trouvaient de détention.

 

 

fil zig 

 

 

Le 20 juillet 1920, à Rome, l'anarchiste Spartaco Stagnetti, secrétaire du syndicat des traminots de Rome est attaqué et blessé par un ramassis de nationalistes et de fascistes. Cela déclenche une grève générale contre ces violences.

 

 

 fil yeux

 

 image de l'assaut contre la caserne Atarazanas

Image de la Guerre d'Espagne "Ataque y redición de Atarazanas" (Attaque et rédition d'Atarazanas).

Le 20 juillet 1936, Barcelone, à 13 heures, la caserne Atarazanas où s'étaient retranchés les derniers factieux tombe aux mains des ouvriers. Mais les pertes humaines sont importantes, Francisco Ascaso y trouve la mort, touché par une balle en plein front. Il fait partie des trois mille autres révolutionnaires qui durant ces journées donnèrent leur vie pour que triomphe la Révolution sociale.
Cette journée, où tout devient possible, se prolonge dans la fête révolutionnaire, hommes et femmes libérés des servitudes du vieux monde marchent ensemble vers un autre futur harmonieux et solidaire.

Couverture de la revue Tiempos Nuevos de juillet 1938 (doc. Cira de Lausanne)

tiempos nuevos

 

 

fil chouette


 



En-tête du journal

Le 20 juillet 1956, sortie au Japon du numéro 3 du journal "Citoyen du Monde" (Mondcivitano, en esperanto). Ce journal est publié par l'anarchiste japonais Taiji Yamaga. Organe de l'antimilitarisme au Japon, il est affilié à "l'Internationale des résistants à la guerre".

 

 

fil zig

 

 

Le 20 juillet 1968, en Avignon, après les évènements du 18 juillet, un nouveau rassemblement de protestation contre la censure a lieu. Il est dispersé par les CRS qui procèdent à de nouvelles arrestations. Mais alors que la presse locale répand ses diatribes haineuses et racistes contre la troupe du "Living Theatre" des nervis fascisants (recrutés parmi les sportifs de la ville par le maire et les politiciens de gauche comme de droite) attaquent dans la nuit le lycée où sont hébergés les comédiens du Living, et frappent à coup de barres le directeur d'un théâtre de New-York. Ils rosseront et tondront, sur leur passage, un jeune dont le seul tort était d'avoir les cheveux longs. (voir également les 27 et 28 juillet)

 

 

 fil yeux

 

Le 20 juillet 2001, après Göteborg, c'est à Gênes (Italie) que se sont donné rendez-vous les militants antimondialisation pour protester contre la tenue du Sommet du G8. Le centre ville a été pour l'occasion militarisé et isolé du reste du monde par de hautes barrières métalliques (zone rouge).
La veille (19 juillet) trente mille manifestants ont défilé pour les droits des immigrés et contre le racisme, mais ce vendredi 20, alors que des dizaines de milliers de manifestants tentent d'approcher "les barrières de la honte", l'armée et la police chargent avec une extrême violence les opposants, pour la plupart pacifistes. Un jeune militant de 23 ans, Carlo Guiliani est alors abattu d'une balle dans la tête par un carabinier et écrasé par un véhicule de l'armée. Plusieurs centaines de manifestants sont également blessés. Mais c'est les anarchistes du "Black block" qui sont vilipendés par les autorités et la presse qui les accusent d'avoir commis des violences contre la propriété (en l'occurence des vitrines de banques et de commerces de luxe brisés, ainsi qu'une prison attaquée). Mais, après ce drame, la mobilisation ne faiblit pas et dès le lendemain une immense manifestation regroupera deux cents mille militants.