>


"Quarto Stato" tableau de Pelizza da Volpedo

"Quarto Stato" (Le quatrième Etat) peinture de Giuseppe Pelizza da Volpedo

Ephéméride Anarchiste

31 janvier 

 

Le 31 janvier 1924, suicide de Georges Simeonov POPOV, né à Kilifarévo, en 1900.
Anarchiste bulgare, instituteur, poète, orateur et organisateur des groupes anarchistes.
Il sera à l'initiative d'un mouvement insurrectionnel contre le coup d'Etat de juin 1923. L'insurrection est matée après une semaine de combat contre l'armée. Popov se réfugiera dans la montagne, formant avec d'autres compagnons des groupes de maquisards anarchistes, qui harcelèrent, par des actions de sabotages, les détachements de l'armée. Mais durant l'hiver, sa cachette est découverte et, encerclé par l'armée, il se suicide pour ne pas tomber entre leurs mains.

 

Marcel Voisin

Marcel Voisin en 1978

Le 31 janvier 1981, mort de Marcel VOISIN.
Anarchiste et pacifiste, collaborateur de l'école libertaire "La Ruche".
Il est né à Tours (Indre-et-Loire) en 1892. Il aura une enfance sans affection, il est d'abord placé chez des nourices à Vouvray, puis mis dans une Maison d'Apprentissage tenu par des religieux, dont il sortira peintre en voiture. Devenu membre de "l'Union des Travailleurs du Tour de France" il part sur les routes de France pour se former. A Bayonne en novembre 1910, il assiste à une conférence de Sébastien Faure. Mais c'est véritablement à Paris, où il arrive en 1911, qu'il découvre le syndicalisme et l'anarchisme. Il fréquente l'Université Populaire du Fbg St-Antoine, puis devient secrétaire du groupe néo-malthusien du 17ème. Il entre en relation avec les figures marquantes du mouvement, Sébastien Faure, Louis Lecoin, May Picqueray, mais aussi des chansonniers comme Gaston Couté. En 1912 venu à l'école libertaire "La Ruche" à Rambouillet, pour y repeindre l'omnibus de Sébastien Faure, il décide d'y rester en tant que surveillant, en fait d'homme à tout faire. Cordial et dévoué, il s'occupe des enfants en dehors des heures de cours, de leur réveil à leur coucher. Surnommé "Mazurka" par les enfants, en raison de ses talents de danseur, il dispense également des leçons de dessin et d'écriture et s'occupe de faire répéter la chorale en l'absence de Sébastien Faure. Exploitant son métier de peintre décorateur, il réalise en particulier les fresques qui ornent les murs des dortoirs.
Lorsque Sébastien Faure publie "Le Bulletin de la Ruche" en 1914, Marcel Voisin y collabore naturellement.
En 1915, à cause des difficultés liées à la guerre et bien que réformé il quitte "La Ruche" pour alléger les charges. En avril 1916, Sébastien Faure fait appel à lui pour remettre en état et tenir la boutique du 69 rue de Belleville à Paris, qui sert de librairie et de local pour "CQFD" (il utilise alors le pseudonyme de Bardet). Lorsque ce journal sera interdit, il participera à la création du nouveau, dessinant en particulier l'en-tête de "La Plèbe" journal qui disparaîtra rapidement victime de la censure.
Après la guerre, alors que "La Ruche" avait cessé d'exister (en 1917), il décide d'organiser une rencontre avec les anciens Ruchards résidant en région parisienne. La rencontre a lieu le 31 août 1919, une vingtaine de personnes émues et joyeuses se retrouvent alors autour de Sébastien Faure dans un petit restaurant parisien tenu par Jean Marquet, qui avait été typographe et relieur à "La Ruche".
Marcel Voisin, après avoir exercé divers métiers dans la capitale, s'installera à son compte comme peintre décorateur.
Il restera profondément pacifiste et soutiendra l'action de Louis Lecoin. En mai 1968, il fait ronéotyper un tract pour saluer la révolte des étudiants et va dialoguer avec eux à la Sorbonne. May Picqueray signale qu'il venait encore discuter dans les locaux du "Réfractaire" avec les jeunes objecteurs de conscience, en 1979.
En 1978, il publie ses mémoires "C'était le temps de la Belle Époque" aux éditions de la Pensée Sauvage.


Le 31 janvier 1849, naissance d'August REINSDORF

 

Le 31 janvier 1899, naissance d'Aristide LAPEYRE

 

Le 31 janvier 1903, naissance de Roger MONCLIN

 

fil lierre

 


Le 31 janvier 1869, à Naples. Sous l'impulsion de Bakounine, les compagnons italiens fondent la première section italienne de l'Internationale (A.I.T).

 

 

 

 

Le 31 janvier 1894, en Italie, Luigi MOLINARI est condamné à 23 ans de prison par le tribunal militaire de Massa, comme étant l'instigateur du mouvement insurrectionnel en Lunigiana.

 

fil chouette

 

journal "L'Avvvenire Sociale"

En-tête du numéro 26 du 27 juin 1901

Le 31 janvier 1896, à Messine, Sicile, sortie du premier numéro du journal "L'Avvenire Sociale" (L'Avenir Social), d'abord sous-titré "Périodique hebdomadaire" puis "L'Avant-garde de l'Anarchisme", "Revue populaire bi-mensuelle du Socialisme-Anarchiste", et "Péridodique Socialiste-Anarchiste". Il interrompt sa publication entre le 29 juillet 1897 et le 19 septembre 1897, mais dans l'intervalle publie quatre numéros uniques "Pro Avvenire Sociale" (7 août 1897); "La Scintilla" (16-17 août 1897); "La Lotta" 27-28 août 1897); et "L'Avvenire" (4 septembre 1897). D'autres interruptions auront lieu entre les 7 mai 1898 et les 19-20 octobre 1899 puis du 30 août 1900 au 15 novembre 1900 et enfin du 11 novembre 1903 au 6 juin 1904. A noter la publication d'un autre numéro unique titré "L'Avanguardia" et daté du 16-17 février 1900.
Il arrêtera sa publication après le numéro 3 de la 10ème année, 26-30 janvier 1905 . Le directeur du journal est Tommaso De Francesco, divers gérants se succéderont : Giuseppe Bruno, Giuseppe Irrera, Salvatore Agresta, Ascanio Fulci fu Benedetto, Mariano Corica, Domenico Utano, Nicolantonio Del Pozzo et Carmelo Egitto.

 

 

fil lierre

 

l'école moderne et rationnaliste de Clivio

Carte postale : Clivio - la scuola moderna razionalista (Clivio - l'école moderne rationnaliste)

Le 31 janvier 1909, à Clivio (Commune italienne de la province de Varèse, Lombardie), ouverture d'une "École moderne rationnaliste" inspirée de l'expérience de Francisco Ferrer à Barcelone. Cette initiative revient à l'anarchiste Felice Monzini. Le but de cette école est de soustraire les enfants d'ouvriers de l'influence de l'école religieuse et confessionnelle en s'appuyant sur les théories libertaires et rationnalistes de Ferrer mais aussi de l'anarchiste italien Luigi Molinari. Les travailleurs ont construit eux-mêmes l'édifice destiné à accueillir leur enfants, ils publieront un bulletin d'information (tiré à six mille exemplaires) destiné à faire connaitre cette initiative alors unique en Italie et à élargir le soutien, notamment financier. La première enseignante sera Anita Molinari, qui commencera avec une douzaine d'enfants (en 1910). L'école est suspendue au début de 1912, suite à la mort (de maladie) d'Anita. Au début de 1914, une nouvelle enseignante est recrutée en la personne d'Anna Di Sciullo (née à Chieti, le 26 juillet 1885, fille du typographe anarchiste Camillo Di Sciullo), mais cinq mois plus tard, la guerre vient mettre un terme à cette experience. Les milieux réactionnaires et religieux ayant tenté de faire interdire l'école quelques mois auparavant.
Durant la guerre, Felice Monzini organise dans les locaux des rencontres qui aboutiront à la réouverture de l'école le 3 octobre 1920, avec Luigi Masciotti comme directeur.
Les autorités voyant d'un mauvais oeil cet enseignement qui leur échappe, finiront par la faire fermer en 1921. Tout espoir de réouverture restera vain, le bâtiment sera ensuite occupé par les dirigeants fascistes qui le livreront aux autorités de la ville. En 1949, après la Libération, toutes les tentatives de négociations avec la Ville de Viggiù et les actions en justice pour récupérer l'école seront rejetées.

Couverture du Bulletin de l'Ecole Moderne de Clivio

Bulletin de l'école moderne de Clivio


 

 

fil chouette

 

reuve "Estudios Sociales" au Mexique

Couverture du premier numéro (doc. CIRA Lausanne)

En janvier 1945, sortie à Mexico du premier numéro de la revue "Estudios Sociales" (Etudes Sociales) par des militants anarcho-syndicalistes espagnols en exil.

 

demi-soleil