brochure "Volonté anarchiste"

Brochure "Volonté Anarchiste" du Groupe Fresnes-Antony de la F.A
Esquisse d'une Histoire du mouvement libertaire en Bulgarie

Ephéméride Anarchiste

30 janvier

 

stoyanov parachkef

Stoyanov Parachkef

Le 30 janvier 1871, naissance de Stoyanov PARACHKEF (ou PARASKEV), à Giurgiu (Roumanie).
Chirurgien, militant et propagandiste anarchiste, historien, professeur, figure importante, considéré comme le père de l'anarchisme roumain et bulgare.
Fils d'un actif militant de la libération nationale de Roussé (ville importante de Bulgarie), il naît en Roumanie où son père avait fui les persécutions turques. Issu d'un milieu aisé, il fait ses études au lycée "St Sava" de Bucarest. Etudiant, il se tourne vers les idées socialistes puis anarchistes après avoir lu la brochure "Aux Jeunes gens" de Pierre Kropotkine. Il est à l'initiative des premiers groupes libertaires en Roumanie.
En 1890, il vient poursuivre ses études de médecine à Paris, et prend part à un congrès international d'étudiants libertaires et à la publication d'un manifeste anti-militariste qu'il signe avec l'anarchiste italien Saverio Merlino. Arrêté le jour même, puis libéré sous caution quelques mois après, il passe en Italie, puis trouve refuge un temps en Suisse où il se lie avec les principaux théoriciens du mouvement comme Pierre Kropotkine et Elisée Reclus. Il participe alors activement à la propagande avec l'anarchiste arménien russe Atabekian (étudiant en médecine comme lui) dans le logement duquel ils installeront une imprimerie et où ils éditeront divers textes. Disposant de moyens financiers, il apporte son aide à la publication de journaux et aux caisses de soutien et de solidarité. Il aidera également Max Nettlau dans ses recherches pour collecter les écrits de Bakounine.
ll entretiendra sa vie durant une abondante correspondance avec un grand nombre d'anarchistes, théoriciens, propagandistes et de militants mondialement connus comme Louise Michel.
En 1896 c'est probablement lui "l'anarchiste bulgare" qui assistera au "Congrès socialiste international de Londres".
Toutes ses activités militantes lui vaudront d'être expulsé de Suisse vers l'Italie où il poursuivra son militantisme avec les compagnons italiens et où il prendra part à la préparation d'une insurrection en Sicile. Arrêté, puis expulsé, il retournera en Bulgarie où il contribuera à la naissance des premiers groupes libertaires à Roussé. Polyglotte (il parlait une dizaine de langues) il traduit et fait publier en 1904 en roumain divers écrits comme "Le salariat", "La Morale anarchiste" de Kropotkine ou encore "La Société au lendemain de la Révolution " de Jean Grave. Il participera à la création de la Fédération anarchiste communiste de Bulgarie. Il ne cessera de collaborer avec des militants tels que : Spiro Goulaptchev, Nicolas Stoinoff, Varban Kilifarski, Michel Guerdjikov, ainsi qu'aux publications libertaires et de prendre part aux activités clandestines du mouvement.
En tant que médecin, puis chirurgien, il assistera à de nombreux congrès scientifiques à travers l'Europe, et pratiquera des milliers d'opérations à Lovech, Varna puis Sofia. En 1918, il sera nommé professeur de chirurgie à la Faculté de Médecine de Sofia. Il créera également, à Varna, le premier sanatorium spécialisé dans la tuberculose des os. En 1932, il publiera dans l'hebdomadaire littéraire "Pensée et Volonté" ses souvenirs sur Elisée Reclus (dont il fut un moment l'élève à l'Université libre de Bruxelles).
Il meurt en pleine guerre au mois de novembre 1941.

 

 

Le 30 janvier 1916, mort de Giuseppe SCARLATTI, à Florence.
Il est l'auteur, en 1909, du livre "L'internationale des Travailleurs et l'agitateur Carlo Cafiero".

 

 

Le 30 janvier 1935, mort de Ludovic MENARD,

travaux


 

 

Le 30 janvier 1940, naissance de Denis LANGLOIS à Etrechy (Ile de France).
Avocat, écrivain libertaire et pacifiste.
Insoumis au service militaire, il est condamné à six mois de prison. Il décrira cette expérience dans son premier livre "Le cachot". De 1967 à 1971, il travaille comme conseiller juridique à la "Ligue des Droits de l'Homme", et sera observateur pour celle-ci lors des nombreux procès politiques en Afrique et Grèce, d'où il est expulsé en 1969: (voir son livre "Panagoulis, le sang de la Grèce"). Il publie par la suite divers ouvrages "Les dossiers noirs de la police française (1971), "Le guide du militant", "L'injustice racontée aux enfants" (1978), "Les partageux ne meurent jamais" (1992), "L'utopie est morte! Vive l'utopie!" (2005), etc. Il écrit également plusieurs romans "Un assassin très ordinaire" (1978), "La révoltution" (1985), "L'affaire Seznec" (1988) etc. Il poursuit parallèlement sa carrière d'avocat, sans illusion sur la machine judiciaire et avoue, de plus, avoir du mal à demander des honoraires aux personnes qu'il défend...
Pendant la guerre du Golfe, il organise, avec d'autres intellectuels, les manifestations (souvent interdites) de refus de la guerre. Il apporte aussi son soutien aux militants des minorités linguistiques en France, notamment aux Basques et Bretons, poursuivis par l'Etat jacobin.

"De toute façon, avoir participé à des combats n'a jamais été une preuve de moralité ou de sincérité. Il y a des héros qui sont des salauds et des types bien qui ne prendront jamais les armes . Je comprends qu'on ne veuille pas tuer d'autres hommes ou qu'on ne puisse pas le faire. Je n'ai jamais analysé cela comme un manque de courage. Je crois que la révolution a besoin de toutes les énergies, de toutes les sincérités.

in "La révoltution". Denis Langlois.

 

Le 30 janvier 1826, naissance de Gustave LEFRANCAIS

 

Le 30 janvier 1940, mort de Heinrich BARTLING

 

 

fil chouette

 

 revue "Cultura"

En-tête de la couverture du numéro 1

Le 30 janvier 1908, sortie à Sabadell (Catalogne) du premier numéro de "Cultura" Revue mensuelle de pédagogie, sciences, arts et littérature. Dirigée par le pédagogue rationaliste Alban Rossell Llongueras (dit Germina Alba) elle sera l'organe de "l'Ecole Intégrale" de Sabadell (inaugurée en septembre 1906). Cette revue bilingue en castillan et catalan, cessera sa publication pour causes financières après avoir publié 6 numéros (le dernier en mai-juin 1908, étant un numéro double). Après la "Semaine Tragique" et de la fermeture de "l'Ecole Intégrale", Alban Rossell se réfugiera en France d'où il rejoindra l'Amérique Latine.

 

 

 

solidaridad obrera en afrique du nord

En-tête de ce numéro 47 du 30 janvier 1947 (doc. CIRA de Lausanne)

Le 30 janvier 1947, sortie en Afrique du Nord (Algérie?) du numéro 47 (quatrième année de publication) du journal "Solidaridad Obrera" Organe du Mouvement Libertaire Espagnol émigré en Afrique du Nord. A noter le défaut d'impression (le i manquant du titre) qui en dit long sur les difficultés rencontrées par les compagnons espagnols pour arriver à publier leur journal.

 

 

fil chouette

 

journal liberté de lecoin

En-tête du numéro 165 du 1er février 1970

Le 30 janvier 1958, sortie du premier numéro de "Liberté" hebdomadaire (puis mensuel) social, pacifiste et libertaire publié par Louis Lecoin. Le journal mènera une intense campagne pour la libération des objecteurs emprisonnés et pour la reconnaissance du statut de l'objection de conscience, cela en pleine guerre d'Algérie (grève de la faim de Louis Lecoin). Le journal se mobilisera également contre la peine de mort et pour une Espagne libre.

 

 

 fil zig

 

Le 30 janvier 1978, à Barcelone, cinquante anarchistes sont arrêtés et "accusés de vouloir reconstruire la F.A.I". Franco est mort, mais les vieilles peurs de voir renaître une puissante organisation révolutionnaire sont toujours là!