affiche de "Freedom"

Affiche du journal Anarchiste Communiste "Freedom" de janvier 1910.
"All governments are robbers why do yon elect them ?"
(Tous les gouvernements sont des voleurs, pourquoi les élisez-vous ?)

Ephéméride Anarchiste

21 mars

 

Emile Maurin

Emile Maurin
(photo anthropométrique, en 1894)

Le 21 mars 1913, mort de Emile MAURIN (dit Elie MURMAIN) à Paris.
Militant anarchiste et photographe.
Né le 28 juillet 1862 à Marseille. Il fut impliqué dans le "procès des 66" et condamné le 19 janvier 1883 à cinq ans de prison (par défaut car Maurin s'était exilé à Genève). Amnistié en 1889, il revient en France et devient photographe ambulant sous le nom de Murmain, malgré de gros problèmes de vue (il deviendra progressivement aveugle). Ce métier ambulant lui servait à propager les idées anarchistes. En 1891, il est condamné à six mois de prison pour "excitation de soldat à la révolte". A Grenoble, en 1907, il est à l'initiative d'une Université Populaire.

 

 

Le 21 mars 1988, mort de François-Charles CARPENTIER.
Militant anarchiste français et combattant antifasciste durant la révolution espagnole.
Né le 28 octobre 1904 à Reims, il est le fils d'un ouvrier tisseur. En janvier 1915, la famille se trouvant en zone occupée, il est déporté avec son père et interné dans un camp en Westphalie (Allemagne); mais n'ayant que 10 ans, il est rapatrié par la Croix Rouge. A 12 ans, il travaille dans les ateliers de tissage et de filature puis deux ans plus tard dans les mines de Bruay-en-Artois. Il est ensuite docker à Rouen. En 1924, il arrive à Paris, où il travaille comme manutentionnaire aux Halles. Anarchiste depuis son adolescence, il commence à militer avec les compagnons qui éditent "Le Libertaire".
Incorporé durant son service militaire dans un régiment de tirailleurs, il est envoyé avec les troupes d'occupation en Allemagne puis dans le Sud du Maroc face aux rebelles d'Abd-el-Krim. Démobilisé en mai 1926, il rentre à Paris et devient secrétaire du Groupe libertaire de Saint-Denis (banlieue Nord). En 1928, il réside à Aubervilliers et travaille comme livreur de charbon. Il rencontre Charles Ridel (Louis Mercier Vega) avec qui il se lie. En février 1934, au moment des émeutes fascistes, ils assureront ensemble, revolver au poing, la garde de la Bourse du Travail.
En 1936, ils partent rejoindre la Révolution espagnole, et créent "le Groupe international de la Colonne Durruti" qui affrontera de très violents combats à Perdiguera. Ils retournent ensuite en France pour organiser la solidarité. Mais Carpentier revient à Barcelone fin 1936 mandaté par l'Union Anarchiste et correspondant du "Libertaire". Durant les événements de mai 1937 à Barcelone, Carpentier se battra contre les communistes qui tentent d'écarter anarchistes et poumistes. Découragé par les trahisons politiques et militaires, il rentre en France, sans illusion sur la fin de la révolution. Avec Ridel ils collecteront pourtant encore des armes qu'ils achemineront clandestinement à Barcelone. Lors du congrès de l'Union Anarchiste, le 30 octobre 1937, ils quittent l'organisation en désaccord avec les concessions accordées au front antifasciste espagnol (alors que les communistes éliminent les compagnons).
Lorsqu'éclate la guerre en 1939, il est mobilisé, mais son régiment est encerclé près de Boulogne par les troupes allemandes. Pour éviter d'être fait prisonnier, il déserte et parvient à rejoindre Paris. En 1943, il finit par travailler au "Comité ouvrier de secours immédiat". Après-guerre, il exercera à nouveau divers emplois avant de créer une entreprise de transport. Il retrouvera l'ami Ridel en 1946. Dans les années 1980, il accordera un entretien aux historiens libertaires David Berry et Phil Casoar.
"Pour moi il y a eu la famille et les copains, et l'anarchie. Voilà tout ."

 

John Brailey

John Brailey
(photo empruntée au Blog de Stuart Christie)

 

Le 21 mars 2012, mort de John BRAILEY, à Lewisham Hospital, près de Londres.
Militant pacifiste, anarchiste et anarcho-syndicaliste anglais. 
Il est né le 2 avril 1934 à Stocke Newington (au Nord de Londres).
Fils illégitime d'un directeur de lycée, il a grandi dans une famille d'accueil au cours de la seconde guerre mondiale, et a vu son éducation perturbée par les bombardements de son école. Devenu un pacifiste convaincu, il a fait son service national dans un Corps médial en Egypte, dans les années cinquante.
Il travaille ensuite dans une imprimerie sur Fleet Street, emploi qui exercera jusqu'au milieu des années quatre-vingt, tout en militant au sein du syndical SOGAT des imprimeurs. Il se reconvertit ensuite en bouquiniste d'occasion et ouvre une boutique "Rainbow Books" à Forest Hill (Sud-Est de Londres).
Dans les années soixante, il a été un des membres fondateurs du "Comittee of 100" (Comité des 100 anti-guerre), et a participé à partir de 1963 aux actions du groupe "Spies for Peace" (Espions pour la Paix) qui s'opposait à la guerre en pratiquant la non-violence et la désobéissance civile. Il prendra part, cette année là, aux manifestations contre la famille royale grecque en visite en Angleterre. En avril 1967, il participera également à l'occupation de l'ambassade de Grèce à Londres, pour protester contre la dictature des Colonels.
John faisait aussi partie du groupe anarchiste de Notting Hill.

 

 

Le 21 mars 1874, naissance de Gustave FRANSSEN

 

Le 21 mars 1926, naissance de Thodor MITEV dit TOCHO

 

Le 21 mars 1945, mort d'Amédée DUNOIS

 

 

 fil yeux

 

Le 21 mars 1919, en Hongrie. Insurrection des Conseils avec la participation des anarchistes à la Commune de Budapest. Les communistes s'empareront du pouvoir de la nouvelle République, réprimeront les révolutionnaires avant d'être balayés à leur tour, début août, par les armées réactionnaires tchécoslovaque et roumaine, cette dernière occupant Budapest.

 

 

fil chouette

 

journal "Il Corvo"

En-tête de cet unique numéro (doc. CIRA de Lausanne)

Le 21 mars 1946, sortie à Livourne (Italie) du numéro unique du journal Anticlérical "Il Corvo" (Le Corbeau). Edité par le Groupe Antireligieux "Pietro Gori" de la "Fédération Anarchiste Italienne", en hommage à Giordano Bruno.

 

 

fil chouette

 

solidaridad cuba

En-tête du numéro 4 de mars 1948 (doc. CIRA de Lausanne)

En mars 1948, sortie à la Havane (Cuba) de ce numéro quatre (sixième année de parution) du journal "Solidaridad" qui commente le succès du deuxième congrès national libertaire qui vient de se tenir à la Havane. L'article de tête y réaffirme que "La socialisation pour être effective doit être l'oeuvre des travailleurs organisés et non d'une bureaucratie.". Malheureusement, les révolutionnaires cubains ne tiendront pas compte de cet avertissement et se feront berner par la clique marxiste incarné par la figure du dictateur Castro.