Mémoires de Victor Serge

Couverture du livre de Victor Serge :
"Mémoires d'un révolutionnaire de 1901 à 1941"

Ephéméride Anarchiste

30 décembre 

 

victor serge et rirette

Victor Kibaltchiche et Rirette Maitrejean

Le 30 décembre 1890, naissance de Victor SERGE, (dit aussi Le RETIF) de son vrai nom Victor Napoléon KIBALTCHITCHE, à Bruxelles, Belgique.
Propagandiste anarchiste avant de devenir un collaborateur des bolcheviques puis d'entrer en dissidence. Traducteur, poète et romancier.
Fils de révolutionnaires russes en exil, il aura une enfance difficile, marquée par la pauvreté. Autodidacte, il commence très jeune à militer à la "Jeune Garde Socialiste" qu'il quittera pour le "Groupe Révolutionnaire de Bruxelles"(anarchiste). Il fréquente alors la communauté "L'Expérience" d'Emile Chapelier. Lié à Raymond Callemi depuis l'enfance, il est également en contact avec Edouard Carouy et Jean De Boë ( futurs membres de la "bande à Bonnot "). Il écrit alors sous le pseudonyme du Rétif dans divers journaux anarchistes et rencontre sa future compagne Anna Estorges (Rirette Maitrejean). En 1909, il séjourne dans le Nord de la France puis s'installe à Paris, où il occupe divers emplois: dessinateur, traducteur, professeur de russe, etc. En contact avec le milieu anarchiste individualiste, il crée au quartier latin le groupe "La libre recherche" rejoint par ses amis belges ainsi que par Soudy et Valet. Il écrit dans "l'anarchie", puis succédant à Lorulot il assurera à partir de 1911 (à Romainville, puis à Paris) avec Rirette, la direction du journal.
Mais le 31 janvier 1912, il est arrêté en liaison avec les actions illégalistes (dont le braquage de la rue Ordener) de "la Bande à Bonnot". Lors du Procès de la Bande en février 1913, il sera lourdement condamné pour "recel d'armes volées", à 5 ans de prison et 5 ans d'interdiction de séjour. Il met alors à profit son séjour à la prison de Melun pour parfaire sa connaissance des langues (huit). A sa sortie en janvier 1917, il part pour Barcelone où il participe à "Solidaridad Obrera", journal de la CNT et à "Tierra y Libertad" et se lie avec Salvador Segui. En août 1917 il rentre clandestinement en France avec l'espoir de pouvoir rejoindre la Russie. Arrêté le 2 octobre 1917 pour avoir violé l'arrêté d'expulsion, il est interné plus d'un an au camp de Précigné (Sarthe) où il milite avec un groupe révolutionnaire russe juif et collabore à "La Mêlée" de Pierre Chardon. Le 26 janvier 1919, bénéficiant d'un échange de prisonniers franco-russe, il quitte Dunkerque pour Pétrograd en Russie, où il se met au service de "l'Internationale communiste", adhère au PC russe et traduit des articles de Lénine, Trotsky et Zinoviev pour "l'Humanité". En 1921 il est nommé responsable de la propagande pour l'Europe centrale et séjourne à Berlin, puis Vienne, où il travaille en tant que rédacteur dans une agence de presse communiste. Il rentre en Russie en 1925, de plus en plus critique envers le régime bolchevique qui l'exclut en 1928, puis l'emprisonne, le libère et le condamne à nouveau en 1933 à la déportation dans l'Oural. En 1933, les intellectuels français (dont H. Poulaille, J. Mesnil, R. Rolland, M. Martinet, etc.) se mobilisent pour obtenir sa libération, qui sera effective en avril 1936. Expulsé de Russie vers la Belgique il est hébergé à Bruxelles par Nicolas Lazarévitch. Après avoir pris part à la création de la IVe Internationale, il prend ses distances avec Trotsky. En 1937 il est de retour en France au Pré-Saint-Gervais, où il prend part aux activités d'un "Comité de défense de la révolution espagnole". En juin 1940, il quitte Paris et rejoint Marseille. De là, il réussira à obtenir un visa pour le Mexique, où il s'installera et se consacrera à l'écriture de ses mémoires. Il meurt le 17 novembre 1947 à Mexico.
Il nous laisse de nombreux romans et ouvrages politiques: "Le rétif "( choix d'articles 1909-1912), "Les anarchistes et l'expérience de la révolution russe", "Mémoires d'un révolutionnaire", "Le tournant obscur", "S'il est minuit dans le siècle", "Ville conquise", etc.

"Il partit, il disparut. Par une note, en corps sept, reléguée dans l'infime rubrique des faits divers, les "Izvestia" annoncèrent sa déportation pour "menées insurrectionnelles", accusation extravagante jusqu'à la bouffonnerie".

In "Le tournant obscur".

fil chouette

 

journal "Die Anarchie" de Vienne 1893

Une du numéro de décembre 1893

En décembre 1893, à Vienne (Autriche), sortie du premier (et unique ?) numéro du journal "Die Anarchie" (L'Anarchie). A noter que la même année, un journal portant ce titre a été publié à Londres.
A ne pas confondre avec le journal publié en 1949.


 

 praxedis guerrero

Práxedis Guerrero

Le 30 décembre 1910, mort de Práxedis Gilberto GUERRERO. Né le 28 août 1882, à Leon (Mexique), dans une famille fortunée. A 19 ans, il abandonne une carrière militaire pour se consacrer à la propagande anarchiste du Parti Libéral Mexicain. Il collabore à "Revolución" de Los Angeles. Puis, de 1906 à 1910, il participe à divers mouvements insurrectionnels au Mexique. Du 28 au 30 décembre 1910, il prend la ville de Casas Grandes (Chihuahua), avec des troupes vingt fois inférieurs en nombre aux forces gouvernementales.Mais lors d'un combat à Janos, une balle l'atteint en pleine tête. Figure de proue du mouvement anarchiste mexicain, propagandiste et révolutionnaire courageux, il sera "récupéré" par les autorités, qui en feront un "héros national".



 fil yeux

  logo de la faud

Logo de la F.A.U.D

Du 27 au 30 décembre 1919, à Berlin, sous l'impulsion de Rudolf ROCKER, se tient le Congrès constitutif de la F.A.U.D (Freie Arbeiter Union Deutschland), Union libre des travailleurs allemands, qui se déclare anarcho-syndicaliste, repoussant de fait l'Etat et le parlementarisme. Elle comptera jusqu'à 125 000 adhérents.