La Porte de Brandebourg

Chute du mur de Berlin, dans la nuit du 9 au 10 novembre 1989.
A l'heure où les capitalistes passent à l'Est, les anarchistes franchissent aussi le mur de Berlin...
Voir l'inscription "VIVE L'ANARCHIE" (en français) au sommet de la célèbre Porte de Brandebourg.
Photo du groupe FA de Rennes, publiée dans "Le Monde Libertaire" du 21 juin 1990.
L'inscription figurera également un temps sur des cartes postales commerciales.

Ephéméride Anarchiste

10 novembre 

 

maximov et olga

Grigorï Maximov et Olga
(doc. Heiner Becker)

Le 10 novembre 1893, naissance de Grigorï Petrovitch MAXIMOV à Mitsoutchino près de Smolensk (Russie).
Militant et propagandiste anarcho-syndicaliste russe.
Il est encore enfant lorsque ses parents l'envoient dans un séminaire orthodoxe, mais il rompra avec la religion quelques années plus tard et ira poursuivre ses études à St-Pétersbourg où il obtiendra un diplôme d'agronome. Vers ses 17 ans il découvre l'anarchisme à la lecture d'ouvrages de Bakounine et ne tarde pas à s'en faire le propagandiste. En 1915, il est incorporé dans l'armée russe et en profite pour y répandre ses idées révolutionnaires. En 1917 il est de retour à St-Pétersbourg où il prend part aux grèves et aux combats aux premiers jours de la révolution. Dès août, il intègre la rédaction du journal de l'Union pour la propagande anarcho-syndicaliste "Golos Trouda" (La Voix du Travail). Après la suppression du journal en août 1918, il devient avec Nikolaï Dolenko un des responsables du Nabat et avec Efim Iartchouk le rédacteur du nouveau journal "Volny Golos Trouda" (La Voix libre du travail). En novembre 1918, lors du deuxième congrès des anarcho-syndicalistes russes, il est nommé secrétaire de la Confédération anarcho-syndicaliste de Russie. En 1919, il est emprisonné pour son refus de servir dans l'Armée rouge.
Alors que la répression communiste s'abat sur les anarchistes et les socialistes-révolutionnaires, il profite du congrès de l'Internationale Communiste durant l'été 1920 pour rencontrer des délégués anarchistes étrangers invités, comme Augustin Souchy, Armando Borghi, Angel Pestaña, Louis Lepetit, et les informer sur les persécutions endurées par les compagnons anarchistes en Russie. Répression qui ne faiblira pas, les principaux membres du "Nabat" à Kharkov comme A. Baron, E. Iartchouk, M. Mratchny, Voline, seront arrêtés. Il sera quant à lui emprisonné le 8 mars 1921. Ils seront finalement libérés à l'automne, après le congrès de l'Internationale syndicale rouge et une grève de la faim. Expulsés de Russie, ils arriveront à Berlin où Maximov participera à la fondation de l'A.I.T ainsi qu'au "Comité de défense des révolutionnaires emprisonnés en Russie". En Allemagne il édite avec Iartchouk et Alexandre Schapio la revue "Rabochii Pout". En 1924, il arrive à Paris qu'il quittera un an plus tard pour l'Amérique. Il s'installe à Chicago, où il travaillera comme tapissier et poursuivra son militantisme anarcho-syndicaliste en participant à la rédaction d'un journal syndicaliste de l'I.W.W en langue russe "Golos Troujenika" (La Voix du Travailleur), et à partir de 1940, de "Dielo Trouda-Probouzhdenie".
Il est l'auteur d'un livre dénonçant les persécutions en URSS: " The Guillotine at Work" (La Guillotine du Travail).
Victime d'une crise cardiaque, il meurt le 16 mars 1950 à Chicago.

Un recueil posthume de ses textes "Constructive Anarchism" paraîtra en 1952, et en 1953 "The Political Philosophy of Bakunin" choix d'écrits de Bakounine auquel il est resté fidèle jusqu'à sa mort.

 

 

Le 10 novembre 1869, naissance de Gaetano BRESCI

 

Le 10 novembre 1886, naissance de Virgilio GOZZOLI

 

Le 10 novembre (?) 1891, naissance de Simón RADOWITZKY

 

Le 10 novembre 1949, mort de Louis RIMBAULT

 

 

louis lingg

Louis Lingg

Le 10 novembre 1887, à Chicago, alors qu'on attend une décision concernant une hypothétique grâce des sept condamnés à mort dans le procès des évènements liés au tragique meeting d'Haymarket, on apprend le suicide de Louis LINGG, dans la cellule de sa prison avec un bâton de dynamite. Il évitera ainsi d'être pendu le lendemain avec ses compagnons.
Finalement, parmi les sept condamnés à mort du 20 août 1886, seuls Samuel Fielden et Michael Schwab qui avaient signé un recours en grâce auprès du gouverneur échapperont à la peine capitale qui sera commuée en travaux forcés à perpétuité.

 

 fil yeux

 

 recueil des textes du second Concours Socaliste

Couverture du recueil du "Second Concours Socialiste" de Barcelone

Le 10 novembre 1889, à Barcelone, dans le Palais des Beaux-Arts, se tient le "Segundo Certamen Socialista" (deuxième Concours Socialiste). "L'anarchisme espagnol atteint, avec cet acte, son zénith culturel, qui est à la fois la manifestation culturelle et collective la plus importante de l'anarchisme mondial" (Vladimiro Muñoz).
Les travaux de nombreux anarchistes sont portés à la connaissance, notamment ceux de Fernando Tarrida del Mármol "La teoría Revolucionaria"; Ricardo Mella "La Anarquía, su pasado, su presente y su porvenir"; etc. mais aussi ceux d'Anselmo Lorenzo, de Soledad Gustavo, de Josep Llunas, etc.

 

fil chouette

 

journal "Anarchy"

En-tête du premier numéro de novembre 1891

En novembre 1891, à Melbourne (Australie), sortie du premier numéro du mensuel "Anarchy", sous-titré "Neither God nor Low nor Property but : Liberty-Equality-Fraternity " (Ni Dieu, ni loi, ni propriété, mais Liberté Egalité Fraternité). Le journal est entièrement réalisé par un ouvrier corroyeur du nom d'Andrews. Il a lui-même fabriqué la presse à encre et les caractères qu'il a sculpté dans des morceaux de buis. Ce premier numéro est consacré au tristement célèbre anniversaire de l'exécution des anarchistes de Chicago.

 

 

fil chouette

 

journal Anarkos n1 de 1912

En-tête du premier numéro daté du 10 novembre 1912

Le 10 novembre 1912, à Montevideo (Uruguay), sortie du premier numéro du journal "Anarkos" Périodique anarchiste dont les rédacteurs sont J. Tato Lorenzo et C. Garcia Balsas. A noter la graphie très moderne de ce titre de 1912. Ce même titre sera repris en 1921 à Montevideo.
Numéro numérisé ici.

 

 

 

 fil zig

 

Le 10 novembre 1924, à Barcelone, dans la cour de la "Cárcel modelo" sont exécutés les deux militants de la C.N.T, José LLACER et Juan MONTEJO, impliqués dans l'assaut de la caserne Atarazanas (le 6 novembre). Ils sont également accusés d'avoir assassiné le bourreau de Barcelone, le 28 mai 1924.

 

 

fil chouette

 

journal sia

En-tête du numéro 33 du 29 juin 1939

Le 10 novembre 1938, à Paris, sortie du premier numéro de l'hebdomadaire "S.I.A", Organe de la Solidarité Internationale Antifasciste. Depuis novembre 1937, ses pages (au service des réfugiés politiques, écrites en français, espagnol et italien) étaient hébergées par "Le Libertaire".
Les principaux responsables du journal sont Louis Lecoin, Nicolas Faucier et Vintrigner. Il comptera en son sein de nombreuses personnalités attachées à la défense de la liberté et de la justice sociale, mobilisées dans le soutien de la lutte du peuple espagnol contre les fascismes coalisés.
Son tirage atteindra jusqu'à 50 mille exemplaires, lors notamment des meetings d'appui à l'Espagne libre. Mais, fin juillet 1939, la répression gouvernementale s'abattra sur l'équipe du journal; Robert Louzon, Henri Jeanson, auteurs d'articles prenant la défense du peuple tunisien, seront condamnés à 18 mois de prison; Vintrigner, Lecoin et Faucier seront condamnés quant à eux à deux ans pour "provocation de militaires à la désobéissance dans un but de propagande anarchiste". Le dernier numéro paraîtra le 3 août 1939. Le journal reparaîtra après-guerre en 1947 et publiera chaque année un calendrier.

 

affiche de SIA

Affiche de SIA (Solidarité Internationale Antifasciste),
du Conseil régional de Catalogne (1937-1938)