Most : Die Got

Johann Most : Die Gottespeft (La Peste religieuse)

Ephéméride Anarchiste

24 novembre

 

Millie Schumm et Max Baginski

Millie Schumm et Max Baginski
(photo extraite de la revue "Itinéraire" n° 8, doc. Heiner Becker)

Le 24 novembre 1943, mort de Max BAGINSKI à New York.
Militant social démocrate allemand, puis actif propagandiste anarchiste.
Il naît en 1864 à Bartenstein (Prusse-Orientale), son père est un cordonnier libre-penseur. En 1882, il vit à Berlin et commence à militer avec son frère Richard dans le groupe des jeunes (anarchisants) du "Parti Social Démocrate" allemand; il devient en 1890 l'éditeur de leur organe de presse "Proletarier aus dem Eulengebrige". Passionné de théâtre, il fait partie du théätre populaire libre de Berlin. En 1891, il est condamné à 2 ans et demi de prison pour "délit de presse". S'étant acquitté de sa peine, il quitte l'Allemagne pour Zurich, Paris puis Londres et finalement New York où il arrive en 1893. En août, il rencontre Emma Goldman à Philadelphie, puis se fixe à Chicago. A partir de 1894, il est nommé rédacteur du "Chicagoer Arbeiter-Zeitung" puis édite en 1896, son propre journal "Die Sturmglocken" (Les Tocsins). Il collabore également au journal "Freiheit" (Liberté) que Johann Most publie à New York (après la mort de celui-ci, en 1906, c'est lui qui va co-éditer avec Henry Bauer le journal jusqu'en 1910). En 1900, il est à Paris avec sa compagne Millie (Emilie) Schumm (dite "Puck"), mais retourne en 1901 à Chicago. En 1905, il se fixe à New York et vit un moment avec Emma Goldman avec qui il va fonder en 1906 la revue mensuelle "Mother Earth". En 1907, il est délégué (aux côtés d'Emma) au Congrès anarchiste international d'Amsterdam.
Il travaille alors comme publiciste dans divers journaux ouvriers de langue allemande et publie en 1914 un nouveau journal "L'Internationale Arbeiter Chronik"(qui n'aura que 7 numéros). Après la première guerre mondiale il retourne durant un an en Allemagne, avant de rentrer en Amérique en 1920. Il poursuivra sa collaboration à de nombreux journaux anarchistes jusque dans les années 30 (correspondant en particulier à "Der Syndikalist" de Berlin), puis se retirera à Towanda (Pennsylvanie). Il sera alors victime d'une maladie dégénérative, qui finira par lui enlever toute lucidité.
"Un des esprits les plus éclairés et perspicaces du mouvement allemand" dira de lui Rudolf Rocker.

 

Philippe Daudet

Philippe Daudet à 14 ans

Le 24 novembre 1923, mort à Paris de Philippe DAUDET (assassiné).
Fils de Léon Daudet dirigeant de "L'Action Française"(extrême-droite). Philippe se présente le 22 novembre 1923 à Georges Vidal, administrateur du Libertaire.Il se déclare anarchiste, et demande qu'on lui désigne une cible pour commettre un attentat. Après lui avoir expliqué que l'on privilégie le militantisme à la "propagande par la fait", le jeune Daudet va s'adresser à Le Flaouter, libraire (et indicateur de la police), et sera retrouvé mort plus tard, dans un taxi, vraisemblablement "suicidé" par la police qui ignorait, comme les compagnons libertaires, l'identité du jeune homme. Philippe Daudet avait confié à Vidal, avant de le quitter, une lettre destinée à sa mère, et des poèmes écrits de sa main.
Sa mort déclenchera une vive polémique entre l'extrême droite et le "Libertaire", puis avec le Gouvernement et la police.

 

 

Le 24 novembre 1838, naissance de Prosper Olivier LISSAGARAY

 

Le 24 novembre 1868, naissance d'Alexandra DAVID-NEEL

 

Le 24 novembre 1875, naissance d'Albert Joseph dit LIBERTAD

 

Le 24 novembre 1910, naissance de Jean MECKERT

 

fil

 

journal Aube Nouvelle

En-tête du premier numéro

En novembre 1903, sortie à Saint-Claude (Jura) du premier numéro de "L'Aube Nouvelle" Journal ouvrier mensuel, Organe des Communistes Liberaire de l'Est. Le responsable de cette publication est Pierre Dumas qui fera paraître ensuite le journal à Grenoble (Isère). Huit numéros sortiront jusqu'en juillet 1904.
A noter qu'un journal portant ce titre était paru entre 1900 et 1901 à Alès (3 numéros) sous-titré "Feuile révolutionnaire rédigée par Léo Sivasty".