almanaque de la protesta

Couverture de l'Almanque de la "Protesta"
pour l'année 1927 (doc. CIRA de Lausanne)

Ephéméride Anarchiste

13 juin 

 

Fernand Rude

Fernand Rude

Le 13 juin 1910, naissance de Fernand RUDE (dit Pierre FROMENT), à Lyon.
Historien du mouvement social.
Sympathisant libertaire, il milite pourtant très tôt au parti communiste (1929). Son refus du sectarisme et sa passion de l'histoire sociale le pousse à devenir historien. Il séjourne à plusieurs reprises en URSS, pour des travaux d'histoire et de traduction. A son retour en France, en 1936, il s'éloigne des staliniens, puis milite au parti socialiste et soutient les républicains espagnols. Résistant, il sera nommé sous-préfet à la libération. Auteur de nombreux ouvrages d'histoire sociale :
"Le mouvement ouvrier à Lyon de 1827 à 1832", "La révolution de 1848 dans l'Isère" (1949), "Allons en Icarie" (1952) "C'est nous les Canuts" (1954), "Les révoltes des Canuts 1831-1834" (1982), etc.
Pour le centenaire de la Commune de Paris, il a rassemblé et publié deux textes de Bakounine "De la guerre à la Commune" et "Le socialisme libertaire".
Fernand Rude est mort le 12 mars 1990.

 

 

 

Le 13 juin 1982, mort d'André CLAUDOT (né le 14 février 1892 à Dijon).
Dessinateur et militant anarchiste.
Elève de l'école des Beaux-Arts de Dijon, il fréquente les anarchistes et donne ses dessins dans les journaux anticléricaux et anarchistes. Une illustration parue dans "Le libertaire" en 1911 lui vaut d'être poursuivit par la justice. Fiché au Carnet B (des antimilitaristes), il est mobilisé en 1914, mais il continuera à collaborer durant et après le conflit à la presse libertaire. En 1926, sa passion de l'Orient le pousse en Chine, où il devient professeur à l'institut national des Arts de Pékin, puis à Hang-Tchéou, en 1928. En 1930 il revient à Paris puis ensuite à Dijon comme professeur, où il avait débuté comme élève, mais il s'éloigne de l'anarchisme et adhère à la SFIO et à la franc-maçonnerie. Révoqué en 1941, il s'engage dans la résistance puis milite au parti communiste à la Libération. La fin de sa vie est essentiellement consacrée à la peinture.
Le cinéaste libertaire Bernard Baissat lui a consacré un film en 1979 "Ecoutez Claudot".

 

 

 

 

 journal "Le Droit Social" de Marseille

En-tête du numéro 2 du 13 au 27 juin 1885 (doc. Mundaneum, Mons, Belgique)

Le 13 juin 1885, à Marseille, le journal anarchiste "Le Droit social" après s'être proposé de démontrer l'inanité du suffrage universel, donne dans son n° 2, un conseil aux compagnons pour "voter en anarchiste" (en réalité, provoquer l'incendie des urnes), et "faire flamber tous les torche-culs" se trouvant à l'intérieur. Il suffirait pour cela de glisser un bout de phosphore plié dans un bulletin.
On ne sait si ce conseil fut mis en pratique, mais les anarchistes préfèrent encore bouder les isoloirs ces "pissotières républicaines", et pratiquer comme Octave Mirbeau "La Grève des électeurs".

 

 

 fil zig

 

Le 13 juin 1910, à Paris, des affrontements ont lieu Faubourg Saint-Antoine entre des ouvriers ébénistes et la police. L'anarchiste Henri CLER succombera le 21 juin, aux coups reçus. Ses obsèques au cimetière de Pantin, où se rendront des dizaines de milliers de personnes, sera le théâtre de nouvelles violences policières.

 

 

fil chouette 

 

journal "La Prostesta humana"

En-tête du premier numéro de de "La Protesta Humana".

Le 13 juin 1897, à Buenos Aires (Argentine), création par l'ébéniste catalan Gregorio Inglán Lafarga, du journal anarchiste "La Protesta Humana", paraissant d'abord chaque quinzaine, il deviendra quotidien à partir du 1er avril 1904, et prendra le nom de "La Protesta".
"La Protesta sera un journal purement doctrinal et révolutionnaire qui abordera toutes les questions d'actualité et s'attaquera durement et sans concessions à toutes les crapuleries bourgeoises et autoritaires."

journal la protesta  

En-tête du numéro 5679 du 26 juin 1927 (31ème année de parution)