krieg dem kriege guerre à la guerre

"Guerre à la guerre" ouvrage d'Ernst Friedrich

 Ephéméride Anarchiste

2 mai 

 

pierre chardon

Pierre Chardon
(dessin d'Albin)

Le 2 mai 1919, mort de Maurice CHARRON dit Pierre CHARDON.
Militant anarchiste individualiste et antimilitariste.
Il est né le 3 novembre 1892 à Châteauroux. En 1914, il sera réformé à cause de sa faible constitution, ce qui ne l'empêchera pas de publier, dans l'imprimerie qu'il avait montée, de nombreuses brochures et tracts clandestins qui dénonçaient la guerre et le militarisme. Il devint alors le collaborateur de E.Armand, qui publiait "par delà la mêlée" (1916-1918) et poursuivit l'action d'Armand avec "La Mêlée" quand celui-ci fut emprisonné en 1918. En 1918, il participa aussi à "Ce qu'il faut dire" de Sébastien Faure.
Sa compagne, Jeanne LEMOINE, mourut en 1918 de la grippe espagnole. Lui-même gravement malade, décéde ce 2 mai 1919, à l'âge de 27 ans.

 

 

friedrich ernst

Ernst Friedrich

Le 2 mai 1967, mort d'Ernst FRIEDRICH au Perreux (Région parisienne).
Militant et propagandiste pacifiste, antimilitariste et anarchiste allemand.
Il est né le 25 février 1894 à Breslau Silésie (Pologne). Fils d'un sellier et d'une blanchisseuse, il travaille très tôt en usine mais poursuit des études grâce aux cours du soir. En 1914, alors qu'il est comédien au théâtre royal de Poznan (et déjà fortement antimilitariste), il refuse la mobilisation et est un temps interné en hôpital psychiatrique. Il se joint ensuite à des groupes clandestins de la jeunesse antimilitariste et commet en 1917 un acte de sabotage ce qui lui vaudra d'être arrêté et emprisonné. Libéré au début de la révolution de novembre 1918, il rejoint le mouvement de la jeunesse socialiste autour de Karl Liebknecht et Rosa Luxembourg, puis l'organisation des jeunes communistes. Mais prenant conscience du côté autoritaire de ces mouvements, il évolue vers l'anarchisme. En 1919, il fonde la "Föderation der révolutionären Jugend deutscher Sprache" (Fédération de la jeunesse révolutionnaire de langue allemande) et publie l'hebdomadaire "Freie Jugend" qui servira de lien fédérateur aux divers groupes de jeunes anarchistes d'Allemagne, mais aussi d'Autriche et de Suisse alémanique, qui rejoindront en toute indépendance cette organisation. Au début des années vingt, il ouvre à Berlin un local fréquenté par la jeunesse anti-autoritaire, qui devient un lieu de rencontre entre les jeunes ouvriers et le milieu artistique et littéraire, par le biais d'expositions et de débats.
Il prend également part à la campagne de mobilisation pour exiger la libération d'Erich Mühsam emprisonné suite à sa participation à la révolution de Bavière (Mühsam et Ernst Toller collaboraient à "Freie Jugend"). Editeur, il publie plusieurs ouvrages dont "Kreig dem Kriege" (Guerre à la guerre) un album photos en quatre langues pour dénoncer les atrocités de la guerre et du patriotisme, qui sera vendu à cinquante mille exemplaires.
En 1923, il ouvre à Berlin le premier "Musée international anti-guerre" qui regroupe également une imprimerie et une librairie. Mais il va subir la répression
étatique et les procès succéderont aux procès pour : propos antimilitaristes, incitation à la lutte de classe, offense au président du Reich, à l'église, etc. Les mois de prison et les amendes finiront par le ruiner, malgré la création en 1930 d'un comité de soutien. Le 6 avril 1930, il est finalement condamné à un an de prison pour haute trahison, à la suite de ses publications. Dès sa sortie, devant le péril nazi, il envoie à l'étranger une partie des documents de son musée. La nuit de l'incendie du Reichstag il est arrêté et son musée et saccagé et réquisitionné par les SA. (qui s'en serviront de lieu de torture). Malade, il est finalement libéré en septembre 1933 sous la pression de Quakers américains, mais est placé en résidence surveillée. Il s'en évade et rejoint la Tchécoslovaquie puis la Suisse (d'où il est expulsé en 1934) et enfin la Belgique où, grâce à l'aide des syndicats et partis ouvriers belges, il ouvre un deuxième "Musée anti-guerre" à Bruxelles, lequel sera à nouveau détruit avec l'entrée des troupes allemandes en Belgique en 1940. Réfugié en France, il sera interné dans les camps, recherché par la Gestapo. Arrêté, il réussit à s'évader et à rejoindre les maquis de la résistance FFI en Lozère (il aurait sauvé 70 enfants juifs de la déportation).
Après la Libération, il devient français et adhère au Parti Socialiste (SFIO) mais poursuit son activisme antimilitariste, essayant en vain de recréer un musée anti-guerre.
En 1945, il achète une péniche (l'Arche de Noé) sur laquelle il se consacre à promouvoir l'amitié franco-allemande. En 1954, après avoir perçu des dédommagements de l'Etat allemand, il fait l'acquisition de terrains sur une île sur la Marne (près de la ville du Perreux) pour y construire un Centre international de la jeunesse, qui deviendra "L'île de la Paix" un lieu de rencontre pour la jeunesse ouvrière.

"Le véritable héroïsme n'est pas dans le meurtre mais dans le refus du meurtre!"
in "Guerre à la guerre".

musee anti-guerre de berlin ° journal "Die Schwarze Fahne

Le Musée anti-guerre à Berlin en 1926 et l'en-tête du journal "Die Schwarze Fahne" (Le Drapeau Noir ) publié par Ernst Friedrich entre 1925 et 1929

 


 

 

Le 2 mai 1991, mort de Paul LAPEYRE.
Militant anarchiste, anarcho-syndicaliste et libre penseur.
IL est né le 28 mai 1910 dans le Gers. Coiffeur après avoir été obligé de quitter son poste d'instituteur à cause de son antimilitarisme. En 1926, il adhère, avec ses frères Aristide et Laurent, à la C.G.T- S.R (crée par Pierre Besnard) et participent au journal "Combat syndicaliste". En 1935 éclate "l'affaire des stérilisés de Bordeaux". Aristide emprisonné, c'est Paul qui assurera la parution de "La Révolte" , journal anarchiste du Sud-Ouest. Lorsque débute la révolution espagnole, le 19 juillet 1936, il organise avec ses frères des réseaux pour envoyer armes, médicaments etc. aux compagnons de la C.N.T- F.A.I, et participe au journal "L'Espagne Antifasciste" ainsi qu'à S.I.A. En 1939, mobilisé en Alsace, il est fait prisonnier et envoyé dans un stalag près de Hambourg, d'où il tentera sans succès de s'évader.
Libéré en juin 1945, il reprend son militantisme anarcho-syndicaliste, adhérant à la C.N.T française qui venait de se créer, participant également à la renaissance de la Fédération Anarchiste.
Après la rupture de 1952, il prendra part à la reconstitution de la nouvelle Fédération fin 1953, militant également à la Libre Pensée. Il diffusait tous les journaux et revues libertaires dans son salon de coiffure à Bordeaux. Il trouva la mort ce 2 mai, en Galice, des suites d'un accident de voiture.

 

 

Le 2 mai 1895, naissance de Mécislas CHARRIER

 

Le 2 mai 1918, mort d'Amilcare CIPRIANI.

 

Le 2 mai 1919, mort de Gustav LANDAUER.

 

Le 2 mai 1921, naissance de Paul WULF

 

Le 2 mai 1921, naissance de Roger BOUSSINOT

 

 

 


Le 2 mai 1897, à Rome. L'anarchiste Romeo FREZZI, emprisonné, est retrouvé mort dans sa cellule. Les anarchistes accusent la police d'avoir provoqué sa mort et manifestent contre le gouvernement.

 

 

 fil yeux


Le 2 mai 1920, à Turin (Italie), l'hebdomadaire anarchiste "Cronaca Sovversiva" dresse dans l'article intitulé "D'un carnage à l'autre" le tragique bilan payé par la classe ouvrière italienne. En un an de répression, de mars 1919 à mars 1920, c'est 175 personnes qui sont tombées sous les balles de la police et 330 autres qui ont été blessées.

 

 

fil chouette

 

amigo del pueblo

En-tête de ce numéro 51 du 2 mai 1933 ( Copie doc. Cira de Lausanne)

Le 2 mai 1933, sortie à Azuaga (Badajoz, Espagne) du numéro 51 du journal "El Amigo del Pueblo" (L'Ami du Peuple) troisième époque, quatrième année de parution. Ce journal publié par Juan Guerrero, serait également sorti en 1920.

 

 

 

fil yeux

 

 affiche de soutien aux inculpés

Affiche du "Comite de Défense Sociale de Bordeaux"
invitant à participer au meeting de soutien des inculpés.

Le 2 mai 1936, à Bordeaux, a lieu le procès dit des "Stérilisés de Bordeaux". Cette affaire a éclaté début avril 1935, après avoir été révélée à la police.
Le docteur anarchiste autrichien Norbert Bartosek aidé de Louis Harel et d'un espagnol du nom de Jean Baeza avaient pratiqué les 23 et 24 mars 1935 au domicile du couple André et Andrée Prévotel des vasectomies volontaires sur une quinzaine des militants de la région bordelaise. Plusieurs compagnons, Aristide Lapeyre, André et Andrée Prévotel, Louis Harel et Jean Baeza (par défaut) sont inculpés pour complicité avec le docteur Bartosek (qui avait été extradé de Belgique où il avait cru trouver refuge).
La France n'ayant pas de législation à ce sujet, la justice applique alors injustement l'article 316 du code pénal, qui réprime la castration et le 311 qui vise les violences "crime de castration, et coups et blessures volontaires" et condamnera Bartosek à 3 ans de prison, son assistant espagnol Jean Baeza à deux ans et Louis Harel et André Prévotel à six mois.
Le "Comité de Défense Sociale de Bordeaux" mobilisera l'opinion publique contre ce jugement inique et organisera un meeting de protestation le 16 mai 1936.
En juillet 1936, leurs peines seront confirmées, mais réduites en appel, à respectivement : 1 an (pour Bartosek) et 4 mois de prison (pour les autres prévenus).

 

 

 

 fil yeux

 

Le 2 mai 1968, à la Faculté de Nanterre. La contestation étudiante (entamée depuis le mois de mars), s'amplifie, malgré les menaces que font courir les groupes d'extrême droite qui le matin même se sont attaqués à la Sorbonne. Une journée anti-impérialiste est organisée par le "mouvement du 22 mars" avec Daniel COHN-BENDIT, mais l'Université est fermée sur l'ordre du doyen.
La contestation se transportera alors à la Sorbonne le lendemain.